Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl
Facebook
Twitter
Mobile
Téléchargez l'application Android
Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane

Yes, Mandanm Etana, ban-nou reggae-aw en Eritaj !


Par | Le 19 Mai 2018 | Lu 636 fois

[INTERVIEW BILINGUE]
Hey Hey Hey, Mandanm Etana… Ki jan nou yé jodijou… Nous sommes vraiment réellement divinement comblés et privilégiés de vous avoir sur GK. Merci pour votre temps, votre beauté lumineuse et votre voix et vos mots si touchants. Nous voudrions que vous puissiez profiter de ce kontré kozé, pour exprimer tout ce que les gens (qui ne vous connaissent point ou pas assez) ont besoin de savoir à votre sujet, à propos de votre travail et de vos challenges de femme noire, pro des arts et du spectacle et "qui contrôle"… au sujet de combien Dieu vous a dotée… ! Bienvenue, chez vous sur GK !


© Joey Clay
© Joey Clay

GK : You're on a mission for sure - so what are your mottos, your hopes, your dreams when you perform ?
Etana :
My motto is “one perfect love”. My hope is that everyone will feel the positive energy in the music and that, that energy stays with them for a very long time. ​​

GK : C'est sûr que vous avez une mission : alors quels sont vos mottos, vos espoirs, vos rêves quand vous êtes sur scène ?
Etana :
Mon motto est "one perfect love". Et j'espère que tout un chacun va ressentir l'énergie positive dans ma musique et que, cette énergie va s'imprégner en eux pendant très longtemps.

GK : Reggae performer as Bob Marley : how far would you go in the comparison ?
Etana :
I wouldn’t compare myself to Bob Marley nor would I compare myself to a Jimmy Cliff. I aspire to carry the same great energy they bring to music. I feel like I can see their heart almost when I hear the music and I think that’s a great thing. I want to go as far in music as life, time and music will take me. ​​

GK : Vous chantez le reggae, Bob Marley chantait le reggae : la comparaison selon vous va jusqu'à quel point ?
Etana :
Je ne me comparerais pas à Bob Marley, tout autant que je ne le ferais avec Jimmy Cliff. J'aspire à transporter la même bonne énergie qu'ils le font à travers leur musique. J'ai l'impression que je vois presque le fond de leur coeur quand j'écoute la musique et je pense que c'est une bonne chose. Je souhaite aller aussi loin dans ma carrière musicale que la vie et la musique elles-mêmes m'emmèneront.

GK : Would you say that you got to be jamaican-born or raised to be able, to be "authorized" to sing reggae ?
Etana :
No I wouldn’t say that. Bob Marley says the music will always go to its rightful place and its rightful people. Music is best when it’s done from a pure place. I agree that there is magic in the water, food, herbs, and people but wherever there is much love and passion for people, equal rights and justice, struggles, triumphs, and love there can easily be reggae.

GK : Diriez-vous qu'il faut être né en Jamaïque et y avoir été élevé pour être capable, pour être "autorisé" à chanter du reggae ?
Etana :
Non, je ne dirais pas cela. Bob Marley dit que la musique ira toujours là où elle doit aller et vers les gens qu'il faut. La musique est meilleure quand elle émane d'un endroit pur. Je suis d'accord sur le fait qu'il y a de la magie dans l'eau, dans la nourriture, dans les herbes et dans les gens. Mais que là où il y a véritablement de l'amour et de la passion pour autrui, de l'égalité dans les droits et de la justice, des luttes, des victoires et de l'amour… il y a facilement de la place pour du reggae.

GK : How does it work for you in Jamaica : do you feel more ambassador of reggae music at home or abroad ?
Etana :
I have represented Jamaica as a reggae ambassador in South Africa, in Kenya, in Brazil, in Jamaica and in other places, its seems only fitting.

GK : Comment cela va t-il pour vous à la Jamaïque : pensez-vous être davantage ambassadrice de la musique reggae chez vous ou à l'étranger ?
Etana :
En fait, j'ai représenté la Jamaïque en tant qu'ambassadrice du reggae dans des pays tels l'Afrique du Sud, le Kenya, le Brésil. A la Jamaïque et dans les autres pays, c'est juste cool.

GK : Wow… how do you deal on a daily basis with all you mean for so many different people in the world and for so many different reasons ?
Etana :
I just follow my heart. I know that I can’t save the world so I do the best that I can musically and personally that is for the greater good for all. I love people, love to love, and share etc. because it’s such a better feeling than the opposite.

GK : Woah… comment arrivez-vous à concilier au quotidien, tout ce que vous représentez en fait pour tant de personnes dans le monde et pour tant de raisons différentes ?
Etana :
Je me contente de suivre la voie/x de mon coeur. Je sais que je ne suis pas capable de sauver le monde - alors je fais mon maximum sur le plan musical et personnel qui puisse bénéficier au mieux à tous. J'aime les gens. J'aime aimer et partager etc. C'est un tellement meilleur feeling que quand on fait le contraire.

GK : Rézistans @ Eritaj Festival : what will be your input and how would you want to be remembered after your performance here ?
Etana :
I want to be remembered as a strong woman who walks with love and light and positive energy. A woman who is not afraid to be who I am.

GK : Rézistans au Festival Eritaj : quelle sera votre contribution et comment souhaiteriez-vous que l'on se rappelle de vous après votre prestation sur scène ici ?
Etana :
Je souhaiterais laisser le souvenir d'une femme forte qui chemine avec l'amour, la lumière et l'énergie positive. Une femme qui n'a pas peur d'être celle que je suis.


FACEBOOK  ETANA
SITE FESTIVAL ÉRITAJ




Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Mobile