The Nubians, Ze Sisterz en "rézistans"


Par | Le 23 Mai 2018 | Lu 2195 fois

Bien bonjour Hélène et Célia… Ki jan a zot les soeurs Faussart… Ka zot fè Les Nubians… What's up "Les pionnières de l’Afropean culture" ! Merci de cet interview à GK. Alors, combien pareilles êtes-vous restées depuis les années 98 ? Combien autres êtes-vous devenues l'une à côté de l'autre, l'une et l'autre individuellement… maintenant que vous avez 20 ans de plus ? En tous les cas, sachez que la Guadeloupe est honorée et comblée de vous voir vous produire sur une de ses scènes et surtout à une telle occasion. Merci à Laurence Neeya Maquiaba et belle vie au Festival Eritaj !


The Nubians, Ze Sisterz en "rézistans"

GK : Au fait, de quelle planète êtes vous tombées pour atterrir ainsi sur la scène musicale ?… et quel est votre élixir, pour y demeurer dans cette excellence plurielle empreinte d'une créativité sans frontières ?
Les Nubians :
La Planète Amour/Vénus. C'est un désir fort d'unir les coeurs, les générations et les cultures qui nous pousse à créer. Partager un élixir d'Amour, d'Amour de soi et des autres. C'est en étant au plus proche de soi que l'on peut créer et se renouveler. Être original est la clef.

GK : Vos messages de début de carrière (le racisme, le vivre-ensemble, le métissage…) ont-ils porté comme vous l'auriez souhaité et vous rendent-ils pionnières en quelque sorte ?
Les Nubians : 
Nous avons commencé notre carrière à une époque où ce qui peut vous paraître "normal" ou "à la mode" n'était pas au devant de la scène : porter ses cheveux naturels, porter des tenues et coiffures africaines ou afro-Inspirées, parler de diaspora, de musique africaine/urbaine moderne, d'afro-futurisme, d'afropéanité. L'afropéanité est même devenue une identité à part entière et nous sommes très fières d'y avoir donner naissance et voix. En fait, très fières de voir tous nos enfants continuer à porter haut le flambeau.

GK : Fortes de votre sisterhood, vous avez choisi d'être Les Nubians : recommanderiez-vous ce style de binôme pour créer, performer, réussir… et surtout durer ?
Les Nubians :
Bien sûr ! C'est beau de travailler en famille, c'est fort, c'est puissant, c'est magique !

GK : Pour optimiser vos choix artistiques (maquillages, coiffures, costumes, décors, chorégraphies, répertoires…) : de quels autres talents est composé votre crew des grands jours ?
Les Nubians :
Nous avons des designers chouchous comme Xuly Bët ou Baifal Dreams, Studio 189 pour les tenues ou Fanta Celah pour les bijoux, Debaze pour les chapeaux. Et nous sommes toujours ouvertes à la rencontre et à la recherche de nouveaux créateurs pour élaborer notre style : nous sommes des urbaines afro-amazones.

GK : Le genre musical antillais traditionnel ou plus moderne pourrait-il être un jour, une source d'inspiration que vous pourriez explorer (si ce n'est déjà fait) ?
Les Nubians :
Nous aimons la musique antillaise, elle a toujours été part de notre inspiration. C'est pour ça que nous avons invité Mario Canonge sur notre 2ème album ou travaillé avec Jean-Michel Rotin sur Nü Revolution. Et nous avons au moins un invité caribéen dans le nouvel album que nous sommes en train de finir. Chhhhhuuuttt! C'est un secret !

GK : Vous clôturez le Festival Eritaj 2018 : pouvez-vous nous confier en avant-première quelle touche particulière sera la vôtre en matière de "Rézistans" ?
Les Nubians :
 Notre touche particulière en matière de "Rézistans" ? Nous sommes toujours là 20 ans après, 10 000 fois vivantes, 10 000 fois en force.

FACEBOOK  LES NUBIANS
SITE FESTIVAL ÉRITAJ
 




Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur