Pourquoi je remets tout à plus tard ?


Par La Rédaction | Le 3 Février 2018 | 0 commentaire(s)


Je procrastine ; de nombreuses choses à faire et finalement aucune de faite. Inutile de blâmer les autres ou les circonstances, mais nul besoin de se flageller non plus. Comment prendre ses responsabilités, mais sans culpabilité ni jugement, en perdant cette habitude de reporter ? Décryptage.



© Monkey Business
© Monkey Business
Selon la définition du Larousse : la procrastination est une « Tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain. »

LA PROCRASTINATION : COMMENT ÇA FONCTIONNE ? COMMENT DEVIENT-ON PROCRASTINATRICE ?

Il existe une multitude de raisons pour lesquelles vous remettez au lendemain des tâches importantes. La plupart de ces raisons étant reliées à la PEUR, par exemple : se faire juger, se sentir frustré, se tromper, perdre le contrôle, se confronter à une difficulté...  La procrastinatrice a tendance à surévaluer ses possibilités quant au temps libre dont elle disposera dans le futur, quant à ses capacités, sa disponibilité, etc. Elle se basera sur des interprétations erronées de la réalité, des événements, des situations, au point de trouver encore de mauvaises raisons pour procrastiner, mettant à mal son aptitude à décider et à agir au quotidien. Mais pourquoi repousser même les petites choses simples ? Pour éviter d’avoir à porter son attention sur des choses moins agréables, mais plus significatives. 

Contrairement aux idées reçues, la procrastinatrice n’est pas fainéante et ne manque pas de volonté. Donc, déculpabilisez-vous ! Au contraire, c’est une personne impliquée, motivée et exigeante. Si elle souhaite aller plus loin, c’est qu’elle a de l’ambition, mais quelque chose tourne mal dans le mécanisme.

ASTUCES POUR PERDRE CETTE HABITUDE DE REPORTER

« J’ai trop de choses à faire. » « Je n’ai pas le temps de tout faire. » Comment expliquer que certaines d’entre nous s’en sortent, tout en étant placées dans le même contexte (pro, perso) ? Par exemple, plaçons deux personnes devant la même liste de tâches, en leur allouant exactement le même temps, l’une réussira immanquablement à réaliser plus de tâches que l’autre.  Trop d’activités à effectuer, pas assez de temps pour tout faire, trop d’informations à traiter, à l’ère d’internet, du téléphone, du câble, satellite, etc. Et l’un des problèmes est que nous avons énormément d’informations à traiter et que certaines ont peur de rater quelque chose. Une des solutions : vous canaliser vous-même et décider que votre cerveau vous sert à contrôler votre vie, à choisir ce que vous voulez en faire, en tenant évidemment compte de vos proches et de votre environnement, mais aussi de vos capacités, de vos désirs et de vos besoins.

1/ Débranchez les systèmes négatifs/anticipez les difficultés
Imaginez qu’à chaque fois que vous vous dites : « Il faut que je… », « Je dois… » Votre cerveau prend ces ampoules pour des alarmes. Pour les éteindre, il faut agir. Les sensations négatives que vous éprouvez devant la masse de choses à faire proviennent du fait que vous vous adressez des messages dont le thème est votre propre incapacité à être fiable, à respecter vos engagements, à vous respecter vous-même... En plus, notre cerveau nous rappelle d’éteindre nos ampoules quand nous sommes en mode indisponible. Idéalement, nous devrions avoir un système qui nous permettrait d’éteindre les ampoules et de supprimer par là même les émotions négatives dont nous nous bombardons en permanence. Mais ce n’est pas le cas, alors apprenez à calmer vos émotions et à être plus claire avec vous-même.

2/ Dressez une liste de toutes les choses que vous avez à faire et qui vous prennent moins de dix minutes, et accomplissez-en au moins deux par jour. Vous subissez de plein fouet le décalage entre ce que vous voudriez faire et ce que vous effectuez en réalité ? Vous êtes déjà fatiguée en voyant seulement la longueur de la liste. Comme au jeu de hasard, fermez les yeux et laissez votre doigt choisir et vous passez à l’action, la plus simple, la plus petite pour avancer.

3/ Pour les gros dossiers, commencez toujours par la chose la plus pénible ou difficile à faire, cela agira comme un reboosteur de motivation et vous débloquera.

4/ Abandonnez l’ancien comportement en adoptant le 3PA : acronyme de Plus Petite Prochaine Action, c’est-à-dire, en vue d’un résultat désiré, la plus petite action que je peux faire maintenant, pour progresser vers mon but. Pour la trouver, se poser la question : « Si je m’y mettais maintenant, qu’est-ce que je ferais, physiquement, tout de suite ? » Consolidez l’habitude positive qui remplacera votre procrastination.

Il n’y a pas une solution unique pour tous. C’est à vous de la créer, de reprendre le contrôle. Mais que ça fait du bien de pouvoir faire les choses lorsqu’on les a prévues et ne pas perdre de temps en les reportant ! Faites seulement de votre mieux, vous pourrez retrouver la satisfaction du travail bien fait, la fierté d’être cohérente et la sérénité de contrôler votre vie.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
Mobile
YouTube Channel
Podcast