Parlons sans tabous du cunnilingus


Par La Rédaction | Le 17 Février 2018 | 0 commentaire(s)


La « caresse préférée des femmes » sans qu’elles le sachent. Ça serait dommage ! On fait le plein d’infos et on vérifie (encore et encore).



© Harris Shiffman
© Harris Shiffman
Chaque femme a le droit d’apprendre à se connaître, à définir ses désirs... Nombreuses sont les insatisfaites sexuellement, ce qui aboutit souvent à une perte de désir et de plaisir. Voici quelques conseils (sauf pour les initiées) pour développer ses capacités sensorielles et entretenir son plaisir grâce au cunnilingus.
Le cunnilingus, du latin cunnus (vulve) et lingere (lécher), s’avère être une caresse qui conduit à un maximum de volupté, s’il est maîtrisé. Cependant, nombreux sont les hommes qui sont réticents à l’idée de passer à l’acte ; qui ont juste envie de la pénétration ; ont peur de ne pas savoir s’y prendre ; redoutent l’odeur, le goût, la touffe ; d’y gagner un bouton d’herpès ; d’avoir des crampes, des blocages de la mâchoire à force d’utiliser leur bouche et leur langue ; ou simplement par flemme.

CE QU’ON Y GAGNE
En un mot : PLAISIR. C’est simple, prendre son plaisir plutôt que de vouloir en donner, on arrête le diktat de l’orgasme masculin. Et la fusion avec son partenaire, le cunnilingus est un acte fort, qui exige un abandon total – on est quand même allongée sur le dos, offerte. À coup sûr, on crée de la complicité avec son partenaire.

COMMENT S’Y PRENDRE BIEN
Pour un meilleur échange intime : 1/préparer son sexe pour monsieur qui a peur des effluves, de la toison épaisse. On passe en mode épilation, hydratation...  2/donner les indispensables de la technique : avant tout, il doit prendre son temps, devenir un explorateur. Se familiariser avec le clitoris pour l’apprivoiser, un cunni doit être doux, accompagné des caresses des mains, puis des doigts et de la langue... 3/même si le clitoris est entièrement dédié au plaisir féminin, organe au centre de la jouissance féminine, monsieur ne doit pas faire de l’orgasme sa priorité, pour éviter d’accélérer au mauvais moment et trop appuyer en oubliant que le bouton est sensible et s’agace vite. 4/faire part de ses désirs, ce qu’on aime, un peu moins, pas du tout (gentiment, calmement...) pour ne pas froisser et oser soi-même se lâcher. 5/chaque femme possède ses propres singularités et préférences qui vont évoluer dans le temps, on n’hésite pas à être plus consciente de ce qui nous excite pour mieux le dire et chercher à vaincre les blocages (s’il y en a).

Clitoridienne ou clitoridienne ? Ne cherchez plus. On est toutes clitoridiennes et l’orgasme est clitoridien. Au final, pas de besoin de lui forcer la main, mais on peut DEMANDER-RÉCLAMER son cunnilingus. Attention, monsieur doit aimer ça parce qu’il faut dire que ça a du bon quand c’est bien fait. Le plus important, c’est la pratique et y prendre du plaisir à deux. Pas de culpabilité, on peut ne pas apprécier la pratique et son partenaire non plus. La sexualité est avant tout personnelle.

Et si on n’a pas de partenaire ? On peut opter pour le ORA 2 – sex-toy de LELO (ce n’est pas un gadget, on paie le luxe) pour du sexe oral exceptionnel selon les promesses de la marque.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
Téléchargez l'application Android
Mobile
YouTube Channel
Podcast