Mickaël Guirand : « tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir »


Par Sélène Agapé - Rédaction | Le 15 Décembre 2017 | Lu 652 fois

Ex-chanteur du groupe Carimi, Mickaël Guirand reprend le chemin des studios. À la tête d’un nouveau groupe baptisé VAYB, le ténor dévoile un premier titre de kompa qui nourrit l’amour.


© samuelphotopro
© samuelphotopro

Girlykréyòl : Pour en revenir à vos débuts, comment êtes-vous venu à la musique ?
Mickaël :
Depuis tout petit, j’ai toujours eu une passion pour la musique. Pendant mes études secondaires, j’étais dans la chorale de mon école. Par la suite, avec des amis, on a commencé à songer à de petits projets, c’est là que j’ai commencé avec mon premier groupe « Bigaille », j’avais à peine 15 ans. Ensuite, cela a évolué avec d’autres groupes, notamment « Kadans » pour arriver jusqu’à Carimi (NDLR groupe haïtien de musique kompa fondé en 2001), que tout le monde connaît.

Girlykréyòl : Carimi a été une belle histoire (15 ans). Pensez-vous que Carimi ait changé votre vie ?
Mickaël :
Bien sûr ! Quand on fait de la musique, il n’y a pas de formule pour faire un tube. Donc, tu fais de la musique parce que tu aimes et quand tu arrives à la situation où tu fais un tube qui cartonne aussi bien sur le plan national qu’international, ça change ta vie. D’être reconnu à travers le monde, de voir les gens en train de chanter, ça change. 15 ans avec Carimi, ç’a été vraiment vraiment spécial. 

Girlykréyòl : Après cette coupure, vous êtes de retour, l’envie de chanter, d’être sur scène ne vous a jamais quitté ?
Mickaël :
Bon, d’habitude, quand tu fais quelque chose, tu le fais, tu le fais... ça peut arriver que tu sois « brûlé », mais ça ne détruit pas l’envie, l’amour et la passion que tu as. Par-dessus tout, c’est quelque chose qui est ancré dans tout ton être. Donc, là, j’ai pris du recul, j’en avais besoin et maintenant, je suis prêt à reprendre. Comment dire, à redonner à la musique la place qu’elle occupait dans ma vie auparavant.

Girlykréyòl : Aujourd’hui, c’est la création d’un nouveau groupe VAYB. Que signifie ce nom ?
Mickaël :
VAYB, c’est un état d’âme ! Je voulais un nom qui soit assez commercial, qui colle facilement, quand tu le dis en anglais, vibing, ça veut dire que tu es en club, tu vibes avec tes copains. Maintenant le choix de l’orthographe plutôt créole, c’est juste pour garder notre identité haïtienne, pour maintenir un contact constant avec nos racines. Donc VAYB, c’est un état d’âme, c’est une façon de voir les choses, ne pas trop stresser, de faire ce qu’on a à faire et de s’amuser... D’autant que c’est une deuxième grande aventure, si je peux dire, on est en train de bénéficier au maximum de l’opportunité.

Girlykréyòl : Vous avez fait le choix de rester dans l’univers du Kompa ? Vous ne vouliez pas tester un autre style de musique ?
Mickaël :
En général, oui, je m’efforce de rester dans l’univers du Kompa, mais de temps en temps, j’essaie autre chose. Avec la notoriété que j’ai maintenant, je peux me permettre d’essayer autre chose. J’avais déjà fait cela sur Carimi, on a essayé des trucs avec des rappeurs... Là, je peux encore essayer. 

Girlykréyòl : Parlez-nous de Lanmou Fasil, le 1er single de l’album à venir ?
Mickaël :
Lanmou Fasil, c’était mon discours pour revenir, c’est-à-dire qu’après tout le vacarme, la cassure, que Carimi avait provoqués, je voulais un discours pour revenir sur scène et me connecter avec mes fans sur le plan émotionnel et personnel, très sensible. Leur montrer que franchement tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir, malgré tous les aspects négatifs engendrés par mon retrait de Carimi. Quand tu regardes le business, et même le monde en général, il y a beaucoup de négativité. Donc, je voulais diffuser un message d’amour. C’était superbement bien !

© samuelphotopro
© samuelphotopro
Girlykréyòl : Ce sera un album de combien de titres ? 
Mickaël :
Jusqu’à présent, on a de nombreux titres ; je suis en train de finaliser le nombre officiel. Je ne vais pas donner un chiffre qui ne soit pas correct, mais là, on se prépare pour la sortie de l’album au mois de mars 2018. Je peux déjà assurer qu’il y aura plus de 10 titres. 

Girlykréyòl : Que faites-vous quand vous ne chantez pas ?
Mickaël :
Hummm ! Bon, je suis un grand fan de sport : foot, basket... J’adore également regarder des films, je suis un « big fan » de l’univers MARVEL, des comics, surtout avec les films qui sont sortis récemment : Thor, Justin League, etc. J’attends impatiemment Black Panther (la Panthère noire). En général, je suis un fan de films (comédie, etc.). Et puis, je passe du temps avec ma famille... Une vie, on n’est pas là pour une éternité. Donc, on jouit au maximum du temps qu’on a avec eux maintenant. 

Girlykréyòl : Alors, vous serez amené à faire moins de tournées qu’auparavant pour avoir un équilibre familial. 
Mickaël :
Bien sûr, être plus en balance sur le plan personnel et professionnel. Avant, c’était boulot, boulot, dès qu’il y avait du travail, on était là. Maintenant, je ralentis un petit peu pour bien balancer. 

Girlykréyòl : Avez-vous travaillé sur tous les morceaux de l’album ?
Mickaël :
Oui, mais on est une équipe, l’équipe VAYB, on est 8 musiciens sur scène, des musiciens très qualifiés comme mon petit neveu Benjamin (le fils de mon grand frère) qui est avec moi. Le fameux batteur haïtien Shedly Abraham, Max Valcourt... J’ai une équipe assez musclée, on est en studio en train de préparer. Maintenant, grâce à la notoriété, j’ai plus de responsabilité concernant la direction musicale, et je m’y investis au maximum pour donner à notre musique la couleur que j’aimerais qu’elle ait.

Girlykréyòl : Sur l’album, on peut s’attendre à des surprises, des featurings inédits ?
Mickaël :
Bien sûr ! Les featurings ont toujours fait partie de mon approche... Donc, les gens auront la chance d’en découvrir sur l’album. Il y aura de la variété, on restera toujours fidèle au Kompa, mais aussi des Kompas plus matures qu’on ne faisait pas dans Carimi. Je garderai toujours la même couleur que j’avais il y a 15 ans, mais je veux aussi retrouver différentes facettes de Mickaël... Et on verra !

FACEBOOK
Merci à Rebecca Marival