Les bienfaits des légumes et fruits péyi


Manjé Kréyòl | Par | Le 6 Janvier 2018 | Lu 173 fois

Les légumes et les fruits locaux représentent de vraies vertus parfois inconnues pour la santé. Cependant, avec l’exposition de plus en plus accrue des populations au chlordécone, il est nécessaire de mieux connaître ce que les produits du « manjé lokal » nous offrent. GK a choisi de faire le point pour vous.


Les bienfaits des légumes et fruits péyi
Le jardin créole constitue un espace de polyculture à l’image de la tradition des Antilles et de la Guyane. Il regorge également de véritables richesses. A l’intérieur, plantes alimentaires, médicinales et ornementales s’y côtoient.

Diversité et richesse des produits locaux

«Jiwomon fè matla i kouché a tè », autrement dit on ne profite pas assez des richesses de son jardin ! Les plantes alimentaires nous apportent énormément et nous aident à couvrir de façon adéquate les besoins essentiels à notre organisme. La consommation des plantes alimentaires (fruits, féculents, légumes) locales est parfois boudée à tort. Généreuses en antioxydants, en fibres, en vitamines ou encore en minéraux, elles présentent une fonction bien précise dans l’équilibre alimentaire. Les fruits et les légumes doivent être consommés régulièrement. Ils apportent l’eau, les oligo-éléments, les glucides rapides et les fibres. Ils agissent comme un bouclier face aux agressions, à savoir maladies cardiovasculaires, cancer ou autre.
Quant aux féculents, ou comme on le dit « les racines » ou mieux encore « les légumes péyi», ils constituent un véritable groupe riche en glucides lents et en protéines indispensables à notre corps.

La liste des produits du « manjé lokal » est longue. Rien que pour les fruits, on en recense près de 200 espèces sur l’île de la Guadeloupe.

En voici quelques exemples

Fruits
- La mangue : c’est l’un des fruits les plus consommés. Sa chair jaune est juteuse et onctueuse. C’est un antioxydant. Fruit légèrement diurétique et laxatif.
- La goyave : fruit à la chair rose. Peut être consommé en marmelade, confiture ou jus. Bonne source de nutriments.
- La sapotille : fruit en forme d’œuf. Il a la peau très juteuse et sucrée. Favorise le transit intestinal.
La Pomme-canelle : elle contient un cœur blanc et crémeux avec des graines noires. Fruit énergétique et stomatique.
- La cerise des Antilles (Acérola) : fruit rouge connu surtout pour être un superfruit contenant plus de vitamine C que l’orange. La vitamine B5 qui la constitue peut aussi soigner les problèmes de peaux ou de maux de tête.

Légumes
- L’avocat : souvent boudé parce que beaucoup pensent que c’est un légume gras. OUI, certes, mais ses lipides sont des graisses insaturées (donc de bonnes graisses). L’avocat permet de limiter le cholestérol et de lutter contre les accidents cardio-vasculaires (AVC).
- La christophine : légume peu calorique. Contient une chaire fibreuse. Souvent cuite à l’eau ou en gratin.
Le gombo : légume vert, cuit à l’eau et parfois désagréable à manger en raison de sa consistance visqueuse.
- Le Giraumon : appelé potiron pour certains. Il a des vertus méconnues. Ce légume lutte contre la constipation. Les graines peuvent débarrasser d’un ver solitaire.
 
Les féculents
- La patate douce : tubercule qui constitue une véritable source d’énergie et de vitalité. Goût sucré, il peut avoir la chair jaune ou blanche. Utile aux diabétiques pour maintenir leur taux de glycémie. La patate lutte aussi contre les cancers.
- La Banane verte : elle est appelée « Poyo ». C’est un légume-fruit. Le «ti-figue » soigne la diarrhée et prévient le cancer du côlon.
- Le fruit à pain : racine énergétique. Les fibres veillent à assurer un bon transit.

La chlordécone… un cheveu dans la soupe pour la santé

S’alimenter uniquement avec les fruits, les légumes et les féculents du jardin créole ; cela peut être un luxe pour la santé qui n’est pas sans risques. En effet, quand la chlordécone met son grain sel dans l’assiette, il est clair que le « manjé lokal » perd peu à peu de sa valeur auprès des populations qui y sont confrontées, comme aux Antilles. Pour rappel, la chlordécone est l’association de deux insecticides (Képone et Curione) utilisés pour lutter contre la larve du charançon du bananier.
Il peut déclencher, à force d’ingestion, des cancers notamment celui de la prostate pour les hommes. Après une longue enquête intitulée « JAFA » ou « Programme des Jardins Familiaux » de Guadeloupe débutée en 2009, l’Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy (ARS) et l’Instance Régionale d’Éducation et de Promotion de la Santé de Guadeloupe (IREPS) a pu conclure que la contamination des fruits et légumes locaux « se développait principalement par le contact direct avec le sol pollué et, dans la moindre mesure par la sève ».
Le but étant de réduire l’exposition à la chlordécone des populations. Le programme a porté ses fruits. On peut savoir quels sont les fruits ou légumes les plus exposés ou non.

Les bienfaits des légumes et fruits péyi

Des conseils pour mieux manger avec son jardin créole

Manger local c’est bien, mais avec moins de chlordécone, c’est mieux ! Alors voici quelques conseils pour vous maintenir en bonne santé.
1) On ne cesse de vous le répéter, il est recommandé de consommer 5 fruits et légumes par jour.
2) Réduire votre consommation de tubercules (2 fois par semaine)
3) Varier votre alimentation
4) Laver (avant et après) et éplucher scrupuleusement les racines
5) Cultiver différemment les racines (privilégier les cultures hors-sol)

Fruits/Légumes et Féculents pas ou peu sensibles à la chlordécone
Poyo, fruit à pain, banane jaune, igname, châtaigne pays ou pois, avocat, gombo, tomate, aubergine, piment, poivron, haricot vert, chou, christophine... 
Ananas, banane, mangue, goyave, abricot-pays, agrumes, pomme-cythère, maracudja, papaye, carambole, sapotille, acérola, pomme-canelle.

Fruits/Légumes et Féculents très sensibles à la chlordécone
Manioc, madère, gingembre, curcuma, malanga, patate douce.

Ne vous privez pas de manger local. Les plantes alimentaires pays sont d’une qualité excellente. Le tout est d’être prudent dans la façon de les cultiver et de les cuisiner.

Sources : www.JAFA.gp Le CESAG (Centre Environnement Santé de Guadeloupe) « Art culinaire créole des Antilles Françaises », Ary EBROIN, Edition et Diffusion de la Culture Antillaise

Retrouvez aussi

Notre hors-série baptisé "Manjé Kréyòl" qui se consacre à l'alimentation sur nos territoires. 43 pages que vous pouvez consulter sur tous vos écrans est accessible au prix de 2 euros, cliquez ici.


Claudia MIMIFIR
Qui suis-je ? Un vrai cocktail exotique ! Fille des îles de Guadeloupe, le soleil me remplit de... En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Google+
Téléchargez l'application Android
Mobile
YouTube Channel
Podcast







cookieassistant.com