Les 4 choses à savoir sur le sex-toy


Par La Rédaction | Le 29 Avril 2018 | 0 commentaire(s)


Des sex-toys stylés, colorés, élégants et raffinés. Une génération plus ludique, renouvelée en mode collection, le sex-toy n’est plus simplement un objet de plaisir, il peut aider lors de troubles sexuels et joue un rôle dans le bien-être et l’épanouissement sexuel. Mais comment choisir ?



© Claudia
© Claudia
Selon une étude IFOP 2017, contrairement à certaines idées reçues, le recours aux sex-toys se fait moins en solo qu’en duo… Accélérateurs de plaisir, objets d’entraînement ou d’amélioration du plaisir en solo ou en duo, il permet de relancer ou d’agrémenter la libido du couple. Oui, ça donne envie de l’intégrer dans sa vie sexuelle, mais il faut être vigilant et faire attention à quelques détails. 

LA MATIÈRE À PRIVILÉGIER 

Souple, rigide... Selon vos besoins et préférences, il est souhaitable d’acheter un modèle 100 % silicone médical. Si on ne se passe pas de lubrifiant, il est préférable d’utiliser les lubrifiants à base d’eau au contraire du silicone – très difficile à éliminer –, attention également aux autres huiles et crèmes (de type crèmes solaires, huiles alimentaires, etc.). Par contre, les sex-toys en jelly (latex gélatineux) ne sont certes pas chers, mais ils contiennent des phtalates.

ATTENTION AUX PHTALATES

Certains sex-toys (ceux cités ci-dessus en jelly) peuvent contenir des phtalates – perturbateurs endocriniens présents dans les matières plastiques –, pour éviter les conséquences néfastes, on opte de préférence pour un sex-toy portant la mention « sans phtalates ». 

UTILISATION PROLONGÉE 

Une idée reçue est que l’abus de sex-toy aurait des conséquences sur le vagin et la vraie relation sexuelle. Eh bien, pas d’inquiétude, aucune incidence sur le vagin ni sur le plaisir qu’on ressent avec le membre physique d’un homme. Ce qui fait qu’on prend du plaisir ou pas, c’est l’excitation (imagination, fantasmes). 

ENTRETIEN

Avant la première utilisation, on nettoie son toy. Par la suite, le sex-toy qui se glisse dans le tiroir de la commode et qui se réutilise sans nettoyage, c’est niet ! Pas besoin de produits spécifiques, avant et après chaque utilisation, pour limiter les infections. On nettoie à l’eau tiède et au savon doux (comme on se laverait les mains), mais pas de bain, même si la plupart sont étanches. Exit désinfectants agressifs ou détergents susceptibles d’irriter et/ou sensibiliser les muqueuses. À la fin, on laisse sécher à l’air libre. Et on le replace dans son sac spécial. Prudence, dans le cas de pratiques anales ; il est en outre possible de placer un préservatif sur le sex-toy, le rinçage n’en sera alors que plus simple. 




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
Mobile
YouTube Channel
Podcast