Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl
Facebook
Twitter
Mobile
Téléchargez l'application Android
Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane

La câlinothérapie : mode d'emploi


Par La Rédaction | Le 13 Février 2016 | Lu 693 fois

Se faire câliner ou câliner, une pause câline pour (se) faire du bien, booster le moral, améliorer la santé... Voici une prescription « gratuite » pour du pur bonheur !


© UBER IMAGES
© UBER IMAGES
On pourrait se demander, c'est quoi encore cette tendance, mais chacun a déjà reçu – plus ou moins – un câlin dans sa vie. Rappelez-vous à quel point cela vous a fait du bien sur le moment, ça a séché vos larmes, ça vous a réconforté, vous vous êtes senti soutenu, aimé... Accepter ou donner un câlin généreusement, ça ne se refuse pas !

L'HORMONE DU BONHEUR
La libération de l'ocytocine (hormone du bonheur) entraîne l'affaiblissement de l'hormone du stress – le cortisol. Grâce à l’ocytocine – hormone d'attachement – on sent une diminution de l’anxiété et on ressent un sentiment de sécurité, ce qui entraine des bienfaits physiques : régulation du système nerveux, renforcement du système immunitaire... Au niveau psychique : comble d’une nouvelle énergie positive, renforce l'estime de soi, tout cela, seulement par un échange avec l'autre sans articuler un mot, juste avec un gros câlin.

FREE HUGS
Traduction en français « câlins gratuits », ce mouvement est né en Australie (Sydney) en 2004, le but était d’étreindre des passants d'une manière amicale, une affection spontanée. Dans d'autres pays comme les États-Unis, plus particulièrement à New-York, on a vu se créer des soirées câlins « cuddle parties », des étrangers se blottissent l'un contre l'autre (hum, il n'est point question de sexe), comme en Allemagne avec les « Kuschelpartys », au Japon, « les bars à câlins », où l'on passe de l’étreinte à une nuit aux côtés d'une hôtesse – même s'il y a rien de sexuel normalement – ce sont des établissements controversés. Le câlin a même sa journée mondiale, le 21 janvier.

LA PIONNIÈRE DE L’ÉTREINTE
Elle s'appelle Mata Amritanandamayi Devi, surnommée Amma (en hindi) qui se traduit par mère, elle est née en Inde, elle parcourt le monde entier pour exprimer la compassion, en serrant dans ses bras des inconnus, en leur prodiguant une étreinte et aussi des embrassades pour accueillir leur souffrance. Amma a étreint plus de 26 millions de personnes, que ce soit aux États-Unis ou en Europe, beaucoup de monde attendant son passage pour recevoir cet échange cœur à cœur, sa religion c'est l'Amour.

THÉRAPIE
La psychologue clinicienne, diplômée en thérapie neuro-émotionnelle, Céline Rivière a publié le livre « la câlinothérapie », Ed.Michalon, cette thérapie qui réveille l'hormone du bonheur. Elle répond à notre questionnement, qu'est-ce que la câlinothérapie ? Quels sont les bienfaits des câlins sur la santé ? Elle apporte des éléments de réponses en appuyant ses dires de témoignages scientifiques.

DES CÂLINS A QUI ?
Les câlins spontanés avec les membres de sa famille, ses amis sont mieux appréciés. Essayer de câliner un étranger, un collègue de travail (selon le degré d'intimité) peut être mal interprété – même si c'est faisable – pour ne pas créer de confusion, il est souhaitable de prendre dans ses bras ses proches, amis... Son partenaire (agréable pour la relation) et surtout ses enfants parce que même si ce geste est le plus naturel qui soit, certains parents ne savent pas le prodiguer à leurs enfants (éducation, histoire personnelle etc.), cet élan fait du bien et sécurise l'enfant. La psychologue Céline Rivière l’écrit : « la câlinothérapie nous propose de réparer ces manques et de nous faire revivre la sécurité du petit-enfant. Manquer de câlins n'est pas anodin, cela fait souffrir, beaucoup ».

Qu'on adhère ou pas à cette thérapie, il est indéniable que les câlins ont un pouvoir – la promesse que tout ira mieux – un geste simple, facile, plein d'émotions. Il ne fait pas souffrir, n'est pas néfaste particulièrement s'il est bienveillant. Cette méthode est efficace pour celui qui reçoit ou offre, voilà les conseils de la thérapeute américaine Virginia Satir – la mère de la thérapie familiale – à adopter sans modération : « Nous avons besoin de 4 câlins par jour pour survivre, de 8 câlins par jour pour l'entretien, et de 12 étreintes par jour pour la croissance ». Alors, qu'on soit petit ou grand, il n'y a pas d'âge pour réclamer son quota de câlins.
GK vous fait une étreinte virtuelle, un big câlin !





Facebook
Twitter
Mobile