Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl

L'ENDOMARCH DU 24 MARS 2018 : Plaidoyer collaboratif sur l'endométriose


Par | Le 20 Mars 2018 | Lu 2962 fois


GK : Pour conclure (tant reste à dire pourtant), que répondriez-vous au fait de souffrir d'endométriose, oui mais… EN GUADELOUPE, Terre de "fanm doubout" (oui… quand vous pouvez l'être, n'est-ce-pas !), quelles sont les difficultés lokal lokal que vous avez jusqu'ici rencontrées l'une et l'autre, que vous rencontrez au quotidien et que vous risquez de façader encore si rien n'est fait !?!
Oui il faut le dire, le corps médical n'est pas toujours à l'écoute, n'est pas toujours le meilleur partenaire… Nous souffrons presque tout autant que nous fait souffrir l'endométriose, d'un grand isolement et de réflexions encore de praticiens qui nous traitent de "chochotes" ou qui nous laissent parfois à nos sorts avec une arrogance déconcertante et sans approche réelle - ce qui nous forcent à nous "rabattre" vers leurs collègues de l'hexagone. C'est ici que nous souffrons, c'est ici que l'on doit tenter de guérir ou d'aller mieux. On ne peut y passer plus d'argent, ni plus de temps : nos vies et celles des nôtres sont suffisamment impactées par nos absences… Nous en avons marre de continuer à mener ce combat presque toutes seules : indiquer au praticien que peut être telle direction pourrait être prise… que tel traitement semble procurer un soulagement… qu'une opération est absolument la dernière chose à envisager… que nous avons droit de vouloir donner naissance à un 2e enfant… que "endométriose" n'est pas égal à "règles douloureuses"… et que l'on souffre réellement comme cela et comme ci… Au fait, quand est-ce une rencontre nationale ou caribéenne ou internationale de l'endométriose organisée en Guadeloupe et supervisée par nous, Karuk'endo ? A quand une ligue nationale (donc régionale) pour l'endométriose ? Et pour le mot de la fin : l'endométriose n'est pas une spécialité antillaise puisque nombreuses sont celles qui ont commis des livres-témoignages en France et en pays anglo-saxons Nous rejoignent aussi des people telles que Hilary Clinton, Whoopi Golberg, Imany, Laëtitia Milot, Susan Sarandon, Pamela Anderson, Millen Magese, Enora Malagré, Dolly Parton, Sonia Dubois, feue Marilyn Monroe, … Nous n'oublions pas toutes celles qui gardent le silence, toutes celles qui n'ont osé témoigner de leurs problématiques féminines sur cette planète ! Fossss pou tout moun ! Nous sommes des Fanm Gwadloup vivant en pleine insularité : peut-on régler ou du moins commencer à régler un maximum de nos problèmes ICI et puissions-nous toutes espérer être traitées selon les règles de l'art et de la morale… et de la dignité humaine. Pour l'instant, on se contente de beaucoup réseauter pour se soutenir via notre groupe Whatsapp, à aller rencontrer certains publics, à faire quelques recherches et à se passer les noms de médicaments qui "fonctionnent", les "plans de spécialistes en France", les remèdes de Grand-Mère et petits trucs qui semblent soulager etc… Quoi offrir aussi comme espoir aux toutes jeunes endogirls qui grossissent nos rangs… Voilà, nous restons dans l'attente… au combat… et surtout fières d'être Fanm Doubout même si on ne peut être aussi souvent "doubout" qu'on l'aurait souhaité.

MERCI GIRLYKREYOL - Ansanm ansanm nou pou gannyé komba kontr landométriyoz ! RV à l'Endomarch, samedi 24 mars (INFOLINE : 0690 446 143 - communication.karukendo@gmail.com )
 



Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Mobile