Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl

L'ENDOMARCH DU 24 MARS 2018 : Plaidoyer collaboratif sur l'endométriose


Par | Le 20 Mars 2018 | Lu 2962 fois


CONCERNES, MONSIEUR LE RECTEUR, LES INFIRMIERES SCOLAIRES ET LE CORPS ENSEIGNANT… afin que toutes les adolescentes concernées notamment par des règles douloureuses reçoivent l’accueil le plus adéquat, voire qu’il y ait quelques dispositions particulières de prises dans certains cas : absences répétées aux évaluations, examens blancs etc., attitude à adopter dans la classe vis-à-vis des autres élèves, des professeurs… Puissent-elles ne plus être traitées de menteuses, quand elles ne peuvent plus rester dans un cours, faire des activités physiques ou être en position debout… Nos filles - tout comme nous endogirls - n'ont pas vraiment besoin de simuler : elles ont trop mal à en perdre tous leurs moyens. Et ça se voit. Si un matin de cours, elles arrivent complètement "zonées", ce n'est pas parce qu'elles ont whatsapper toute la nuit ou fait la fête hier soir.… c'est simplement que c'est la période et que cela se passe mal pour elles… Appréciez qu'elles fassent parfois l'effort surhumain de quand même venir ! Il faut d'un sacré cran pour ainsi s'exposer chaque fois à des commentaires sexistes ou désobligeants de certains de leurs camarades. Une affaire au demeurant si fémininement privée qui devient une affaire bien publique… et les voilà encore plus misérables, en un rien de temps ! Peut-être qu'elles auraient dû se porter encore absentes : mais ça donne quoi au pied du bulletin scolaire ? Enfin, dans le cadre du parcours éducatif de santé (Ministère de l'Education Nationale), nous souhaitons être invitées dans encore plus d'établissements scolaires, pour optimiser nos campagnes de sensibilisation auprès du jeune public et de leurs encadrants.
 



Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Mobile