Je veux décrocher du sucre


Par La Rédaction | Le 17 Janvier 2018 | 0 commentaire(s)


Éliminer le sucre de notre alimentation, on n’ira pas jusque-là, mais de temps à autre, on peut faire une détox antisucre. Décryptage.



© Andrey Popov
© Andrey Popov
Nous consommons trop de sucre, parfois sans même nous en apercevoir, certes, c’est un carburant essentiel à la vie, cependant, il serait encore meilleur (pour la santé) de réduire l’apport en sucres à moins de 5 % de la ration énergétique totale, soit à 25 grammes (6 cuillères à café) environ par jour selon l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé). Mais quand on a une faiblesse pour ce goût irrésistible, c’est difficile d’arrêter, d’autant que notre alimentation quotidienne regorge de sucres dissimulés... Et qu’au final, on dépasse largement la ration maximum chaque jour. Pourquoi diminuer le sucre, et comment y arriver ? On le sait maintenant – diverses études scientifiques l’ont prouvé – le sucre, sous toutes ses formes, est addictif. Donc, pour vaincre cette addiction, on se lance dans une détox du sucre.

LES AVANTAGES D’UNE CURE DÉTOX 

De nombreuses études pointent du doigt cet ingrédient comme étant responsable de la fatigue métabolique, de la recrudescence des maladies chroniques, de l’obésité, etc. Connaissez-vous les avantages à le limiter ? La liste est longue : améliorer l’humeur, retrouver son énergie (voleur de vitamines), diminuer l’inflammation, atténuer ou éliminer les envies, rééquilibrer les hormones, éviter les troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (THADA), ainsi que la croissance de tumeurs cancéreuses, au final l’amélioration de la santé générale. Sans oublier, top du top, la perte de poids et moins de capitons de graisse...

DISTINGUER LES FAMILLES DE SUCRES

Avant d’entamer une cure détox antisucre, il est nécessaire de faire la différence entre les différentes formes de sucre :  - le sucrose, appelé aussi saccharose, c’est le sucre de table qui provient de la betterave ou de la canne, il est composé de glucose et de fructose ;  - le fructose, naturellement présent dans les fruits, le miel, le sirop d’érable et le sirop d’agave ;  - le glucose, sucre simple provenant de l’alimentation, il représente une source d’énergie essentielle pour l’organisme. Il fournit presque toute l’énergie consommée par le cerveau. 

PHASE 1 : 10 JOURS DE BOOTCAMP ALIMENTAIRE 

La période du bootcamp vise l’objectif zéro sucre caché pendant 10 jours. Exit la recherche du goût sucré en permanence en bouche :

- bannir le sucre ajouté, donc rester loin des aliments transformés...

- bannir les produits à forte teneur en fructose présent sous forme de sucre ajouté ;

- réduire drastiquement la consommation de barres de céréales et de boissons sucrées ; 

- bannir la consommation de produits contenant des édulcorants, qui entretiennent le goût du sucre ; 

- ne pas manger de façon émotionnelle, surveiller son verre et son assiette.

Au final, pendant cette période, on privilégie les sucres naturels, on consomme de préférence les fruits entiers, avec leurs fibres. On réapprend à savourer les aliments nature (Thé, café, yaourt, salade de fruits… sans sucre ajouté). Et on essaye de se concocter des recettes 0 % sucre, mais 100 % plaisir. 

PHASE 2 : 30 JOURS DE RÉÉQUILIBRAGES POUR REPROGRAMMER SON MÉTABOLISME

Oui, le bootcamp est brutal, on supprime tout et de façon drastique, mais heureusement, c’est limité dans le temps. La solution n’est pas la restriction et donc la frustration. C’est le moment de passer en mode rééquilibrage :

- remplacer les boissons sucrées par des boissons sans sucre ajouté, comme l’eau plate, l’eau pétillante, le lait et les boissons végétales nature, ainsi que les tisanes et le café non sucrés. Si besoin, s’aider en buvant moins souvent de boissons sucrées et en plus petites quantités.

- privilégier les fruits sous forme entière plutôt qu’en jus. Si l’on choisit de consommer des jus de fruits, choisir ceux sans sucre ajouté (100 % purs) et on se limite à un petit verre dans une journée (environ 125 ml ou ½ tasse).

- consommer moins souvent et en plus petites portions les collations et desserts sucrés par exemple : friandises, chocolat, gâteaux, biscuits, desserts glacés... A contrario choisir des aliments frais ou peu transformés comme collations et dessert : fruits, noix, petits morceaux de fromage, yogourt et muffins maison peu sucrés, etc. 

QUELQUES ASTUCES AU QUOTIDIEN 

- On prend un petit-déjeuner peu sucré, plutôt que de consommer pain + confiture (ou toute autre combinaison très glucidique), mieux vaut moduler en remplaçant une partie des glucides par des protéines, comme un œuf, du jambon, du fromage, ou encore des noix/noisettes et autres graines. Ou alors, un fromage blanc légèrement sucré au miel, avec une bonne cuillerée à soupe de graines diverses et des morceaux de fruits frais (banane…).

- On consomme avec modération (surtout le matin) les sucres considérés comme sains. Par exemple le pain complet, le miel, les fruits entiers... Ils sont à restreindre le matin, surtout si on surveille son poids.

- On prend un petit goûter un peu sucré. Idéalement, à 16 heures, le combo parfait est constitué d’une banane + 2 carrés de chocolat noir.

- On limite, voire on évite de boire ou de manger des produits sucrés de façon isolée. Non au grand verre de jus de fruits en matinée. 

- On ne grignote pas un paquet de bonbons en regardant ses séries dans l’après-midi ou la nuit.

- On privilégie la dégustation d’un carré de chocolat à la fin d’un repas complet, car les protéines et graisses du repas vont tempérer l’impact du sucre sur la glycémie, donc sur l’insuline. Naturellement avec un café sans sucre.

Le but n’est pas de se priver de tout ce qui nous plaît, mais d’avoir une gourmandise maîtrisée. Le sucre est très utile et à l’époque de nos (arrière) grands-mères, ces dernières n’avaient pas ce défi à relever – détox antisucre –, l’offre alimentaire n’était pas si importante. Donc, facilement, on passe à l’excès, « Tout est poison, rien n’est poison ; c’est la dose qui fait le poison. » Se libérer du sucre devient une réalité et c’est notre corps qui dit merci. 




Nutrition | Minceur & Régime | Sport


Facebook
Twitter
Google+
Mobile
YouTube Channel
Podcast