Infertilité masculine ?


Par La Rédaction | Le 17 Novembre 2017 | 0 commentaire(s)


Face à l’incapacité de faire un enfant dans un couple, on pense systématiquement à la femme, mais l’infertilité dans le couple peut être à 20 % d’origine masculine. Celle-ci ne s’accompagne pas de troubles sexuels et n’a aucun rapport avec la virilité. Décryptage.



© lightwavemedia
© lightwavemedia
Il y aura plusieurs interrogations préalables pour établir un diagnostic d’infertilité masculine. En premier lieu, la fertilité féminine chez la partenaire devra être confirmée en sachant que dans 40 % des cas, il y a une infertilité mixte. Il sera indispensable de faire un examen clinique, l’urologue recherchera les diverses anomalies (en sachant que celles-ci peuvent se combiner entre elles) avant de mettre en place un traitement approprié.

QUELLES SONT LES CAUSES ?

L’oligospermie : nombre insuffisant de spermatozoïdes. 

L’azoospermie : aucun spermatozoïde dans le sperme. Cela peut être dû à une anomalie congénitale souvent génétique (associée à la présence de la mutation de la mucoviscidose) ou d’une séquelle d’infection acquise.

L’asthénospermie : défaut de mobilité des spermatozoïdes. Cette anomalie peut être due à des altérations de structure des spermatozoïdes ou à un défaut de production ou encore à des infections.

La nécrospermie : caractérisée par un pourcentage élevé de spermatozoïdes morts (>50 %). Elle est souvent due à des infections.

La tératospermie : présence d’un taux anormalement élevé de spermatozoïdes anormaux. Ces anomalies peuvent intéresser toutes les parties du spermatozoïde (tête, flagelle) et sont généralement dues à un dysfonctionnement de la spermatogenèse.

L’anticorps anti-spermatozoïdes : dans certains cas dus à des traumatismes. Les hommes peuvent s’immuniser contre leurs propres spermatozoïdes, ce qui va entraîner une diminution de leur mobilité et de leurs capacités fécondantes.

Les troubles de l’éjaculation : le sperme est éjaculé non pas vers l’extérieur, mais vers la vessie, c’est l’éjaculation rétrograde. Ces troubles sont liés à des maladies neurologiques dues à des complications du diabète.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE ?

Ceux-ci peuvent être de différentes natures : urologique ; générale (diabète, maladies endocriniennes, affections respiratoires, mucoviscidose, cancer) ; chirurgicale (orchidectomie, orchidopexie, cure de hernie inguinale ou d’hydrocèle) ; environnementale (professionnels, toxiques (alcool, tabac, cannabis), chaleur) ; iatrogénique (radiothérapie, chimiothérapie, traitements en cours) ; et pour finir ces facteurs de risque peuvent résider dans les habitudes sexuelles du couple : fréquence des rapports, lubrifiants, dysfonctions sexuelles...

QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?

L’infertilité masculine sera traitée par des médicaments ou la chirurgie. Cependant, selon la gravité de l’infertilité, il faudra avoir recours à l’aide à la reproduction... 

BON À SAVOIR 

À la différence de la femme, la fertilité de l’homme régresse de façon lente après 30 ans et ne connaît pas d’arrêt. L’azoospermie – absence totale de spermatozoïde dans le sperme se fait à hauteur de 30 % à 60 ans, 40 % à 70 ans, et 50 % à 80 ans.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
Téléchargez l'application Android
Mobile
YouTube Channel
Podcast