Elles ont décidé de se mettre en couple, après des années de célibat, elles se racontent...


Par La Rédaction | Le 24 Février 2018 | 0 commentaire(s)


Beaucoup d’Antillaises sont célibataires et rêvent d’être à nouveau en couple un jour ou l’autre... GK a discuté avec trois célibataires prêtes. Témoignages.



© WavebreakMediaMicro
© WavebreakMediaMicro
Passer d’une vie de célibataire au couple, facile ! Il n’en demeure pas moins que c’est plus facile à dire qu’à faire. La vie de célibataire a ses avantages, personne ne peut voir nos délires (sauf les enfants) ni nous juger, on fait ce qu’on veut, quand on veut, avec qui on veut ; cependant, certaines ne veulent plus attendre le mec de leurs rêves. Étant donné que l’homme idéal n’existe pas, elles ont seulement envie de trouver un mec bien – pour elles – partager leur lit, mais aussi la vie, pour le meilleur et le pire, même sans la bague au doigt. 

Isabelle, 45 ans, sans enfants
De période de célibat en célibat, le tête-à-tête avec moi-même pendant un moment, c’était top, mais j’ai commencé à flipper. Mon problème, c’était que j’attirais toujours le même type d’homme, soit ils étaient en couple soit carrément mariés. Je me suis posé un ultimatum, un homme libre, rien que pour moi. Donc, quand cet homme m’a draguée, même s’il n’était pas « mon style », je lui ai laissé sa chance, parce qu’il était célibataire. Hourra ! J’avais envie d’autre chose que le célibat, donc nous nous sommes installés en maison assez rapidement, il était prêt lui aussi. On verra comment notre relation évolue dans le temps.

Nathalie, 55 ans, 3 enfants
Mes enfants étaient encore jeunes quand je me suis séparée de leur père et je n’avais pas envie de m’afficher avec quelqu’un. Malgré tout, j’ai eu l’occasion de fréquenter des hommes, mais ça n’a jamais rien donné pour que je puisse franchir le pas et les présenter à mes enfants. Ça a été difficile d’être seule à les élever. Aujourd’hui, ils sont adultes, mais je ressentais l’envie de vivre les coups durs à deux, d’avoir quelqu’un pour m’épauler... Ma vie sociale étant très limitée, évidemment, j’ai dû recommencer à sortir pour faire des rencontres. Et j’ai fait la connaissance d’un homme divorcé, j’ai été contente de rencontrer quelqu’un, tout simplement, c’est chacun chez soi, mais on est en couple.

Jessica, 45 ans, 1 enfant
Je me suis séparée du père de ma fille et même après son départ de la maison, nous sommes restés longtemps à nous fréquenter. Pendant très longtemps, m’occuper de ma fille m’a fait oublier que je n’avais personne d’attitré. Étant indépendante, j’ai du mal à inclure un homme dans ma vie. J’ai mon boulot, mes activités, mes amies... Mais au fil des mois, j’ai eu envie d’avoir quelqu’un couché à mes côtés, même si ça implique de rajuster ma vie. Je sors maintenant avec un homme charmant, il est très indépendant lui aussi. Dans notre relation, je décide de tout, mais chacun chez soi – quelle liberté ! On dort ensemble certains jours de la semaine et cette vie de couple nous va parfaitement pour le moment. Je suis bien consciente que ce ne sera pas tous les jours rose.

Johanna, 30 ans, sans enfants
Je n’ai jamais vécu en couple, j’ai fini mes études, j’ai pris mon premier appartement toute seule. Ma priorité était de réussir professionnellement. Aujourd’hui, je gagne bien ma vie, je bosse énormément, je n’avais pas de relations sérieuses parce que je me contentais de relations sans lendemain. Le désespoir de ma mère a eu raison de moi, j’ai eu une révélation, j’avais aussi envie de fonder un foyer, avoir un mari et un bébé. Au bout de quelques mois de recherches, j’ai rencontré quelqu’un et tout s’est fait naturellement, on a emménagé ensemble et on parle de bébé. 




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
Téléchargez l'application Android
Mobile
YouTube Channel
Podcast