Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl
Facebook
Twitter
Mobile
Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane

Dossier : FÊTE DES MAMANS SPÉCIALE


Par | Le 17 Mai 2014 | Lu 1518 fois


Contribution de Madame George TARER

PAROLES DE MÈRE À FILLE ET… DE PERE A FILLE, EN CE QUI ME CONCERNE
 
Cela pourrait être aussi "Mon Papa M'a Dit…"  du moins, pour moi, la seule fille de mon père : il a eu presqu'autant de recommandations à me faire que ma mère. Donc, autrefois, il est sûr que les parents formataient leur progéniture. Je parle vraiment de formater. Tenez, ma mère m'a toujours dit de "ne pas manger dans la rue". A 93 ans, aujourd'hui, figurez-vous que je suis encore formatée : si je quitte précipitamment ma maison avec un morceau de pain à la main, dès que j'arrive sur le trottoir, ma mâchoire se ferme net.

A 11 ans, quand j'ai eu mes règles, ma mère m'a appelée pour me dire : "Tu sais, tu as tes règles… si tu fais l'amour, tu seras enceinte… et tu auras un enfant…". Puis mon père est intervenu aussi. A 13 ans, j'étais Eclaireuse de France et mon père m'a dit "Tu vas camper dans les bois… si tu veux allez au petit coin… n'y va jamais seule… emmène quelqu'un avec toi… ne t'isole pas…" (sans plus d'explication - lui seul savait contre quel danger il me prémunissait déjà à l'époque !). A propos de chansons jugées "osées" pour la petite fille que j'étais : je veux parler de "Marie-Clémence modi…", j'ai reçu une volée de première d'autant que ma mère m'a surprise alors que je la chantais à tue-tête. En fait, cette punition ainsi infligée a tout de suite pris valeur de recommandation à mettre dans ma tête pour toutes les autres fois : "tu es scandaleuse… c'est une chanson osée… tu chantes fort pour que les hommes t'entendent…".

Et même si nous étions d'un milieu dirons-nous confortable, la notion de travailler, de se donner la peine fut omniprésente dans notre éducation. D'où cette réflexion de ma mère : "Tu peux être riche par tout espèce de moyens… mais l'argent ne fera jamais les choses à ta place… le jour où tu n'auras pas de servante, tu seras bien obligée Mademoiselle de mettre tes petites mains à écailler le poisson… commence donc depuis maintenant !… Tu dois tout savoir faire dans une maison."

Et pour conclure cette belle conversation, Madame TARER a dit ces mots : "Les femmes de notre pays de Guadeloupe sont sur le plateau du monde !"  En effet comme elle explique : avant-hier nous étions encore petites-filles d'esclaves, petites soeurs de Solitude, hier encore nous étions victimes de doubles sévices : les esclaves d'esclaves, les colonisés de colonisés… et aujourd'hui encore, malgré tout ce combat d'arrière-garde, il existe des individus, des lois pour tout de même discriminer cette femme…  est-ce par ce qu'elle est justement PotoMitan, parce que justement cette femme a de la valeur ? Tant de femmes guadeloupéennes ont poussé des portes impossibles à ouvrir, plus d'une de nos soeurs se trouvent vivre et fonctionner convenablement qui en Chine, qui dans des contrées lointaines… plus d'une occupent des emplois dits réservés aux hommes… plus d'une font au quotidien dans cette Guadeloupe tout ce qu'un homme peut faire et ce, sans faire de bruit.

Ma Maman m'a dit comme ça : "Fais ce que tu as à faire ma fille" . Je vous confierai qu'elle m'a fait une telle confiance ainsi que mon père, que j'ai très vite mené ma barque toute seule, sans aucune interférence de leur part dans ma vie de militante, familiale et professionnelle. Et pour tout cela, je les remercie d'avoir été ces parents avant-gardistes et respectueux. Je suis consciente de ce privilège de liberté d'action et de pensée qu'ils m'ont offert. C'est tout ce qui a fait de moi, au fil des années, au fil des combats… George TARER.

A mon tour je souhaite transmettre à nos filles ces mots d'encouragement : "Mes filles prenez en modèles vos soeurs qui autour de vous sont si nombreuses à réussir, elles ont mille façons de réussir, elles ont sûrement tant à vous apprendre et à partager avec vous si seulement vous vous rapprochez d'elles. Vos sources d'inspiration sont vos mères (quelque soit comment et ce qu'elles peuvent vous apporter), vos soeurs, vos marraines, vos bonnes voisines, vos bonnes amies… Ayez avant tout du discernement dans vos choix et dans vos décisions. Projetez-vous : votre avenir est entre vos mains ! Et si je peux me permettre… peut-être que les standards que véhiculent la télévision et les médias, ce n'est justement pas toujours la bonne route à emprunter !". MERCI A GIRLYKREYOL !
((Beaucoup d'émotions de la part des 2 parties dans cette très longue interview à GirlyKréyòl dont nous n'avons ici pu passer que ces extraits.))
 
Madame George TARER
Sage-Femme retraitée
Ancienne Présidente des Femmes Guadeloupéennes
Militante politique



Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Mobile