Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane
Girlykréyòl
Facebook
Twitter
Mobile
Girlykreyol - Webzine féminin des Antilles-Guyane

Dossier : FÊTE DES MAMANS SPÉCIALE


Par | Le 17 Mai 2014 | Lu 1499 fois


Les bons mots de sagesse de nos mamans

Ma fille! sache une chose, la priorité : c'est que ton loyer soit payé. Pour le reste, tu peux te nourrir avec tes yeux si tu n'as rien… (Elisabeth de Cayenne)
 
Véyé pwa aw : manjé ou plis enmé sé li ka trangléw. (Malika de Saint-Francois)
 
Komprann : chyen ou fè byen lè i anrajé i ka modéw. (Joëlle de Saint-Anne)
 
Timoun toujou sonjé : bayo pyé yoka pran men. (Carine de Sainte-Rose)

Sè jou babyé ou konnèt paròl kaché. (Francette de Vieux-Fort)

Quoique tu fasses, ne dis pas que personne ne t'as vue dis que tu n'as vu personne (Raynne de Quimper)
 
Lè ou mélé pa ni zanmi : pa konté si moun. (Marie-Etienne de Pointe-à-Pitre)
 
Konnèt trop pa bon. (Ashley de Pointe-Noire)
 
Sonjé kè sèl nonm-aw sè fos a dé pongnèt-aw (Chantal du Gosier)
 
Ne laisse pas ta maison sale ou en désordre… tu ne sais pas comment tu vas revenir chez toi ! (Corinne de Fort-de-France)
 
Jou manman mò a pa jou ou ka kriyé. (Corinne de Gonesse)
 
Sé moun ki pran kou ki paré kou : pa resté pran kou a pan nonm pitit a manman ! (Jessie du Moule)
 
Pawòl an kè pa ni lenmi (Josiane de Capesterre Belle-Eau)
 
Tout manjé bon pou manjé, tout pawòl pa bon pou répété (Franciane de Pointe-à-Pitre)
 
A ton mari, ne dis pas tout, surtout au sujet de ta famille : les confidences d’aujourd’hui sont les mépris de demain. (Malaïka de Saint-Denis de la Réunion)
 
Mets du vinaigre dans tes oeufs pochés si tu veux qu’ils restent consistants. (Carole de Baie-Mahault)
 
Même si tu es fâchée avec ton mari… ne manque jamais de faire à manger, c’est ton devoir. (Pauline de Baie-Mahault)
 
Sé ou sel ki pou konnèt sa kika bouyi an kanari-aw. (Catherine de Vieux-Habitants)
 
Il y a un remède à tout sauf à la mort. (Maryse de Saint-Pierre)
 
Ayen pa tou roz : sa ou pa enmé sé sa ou ka vwè. (Steph de Grand-Camp)
 
Malè ou vlé rivé belmè-aw sé manman-w ika rivé. (Steph de Grand-Camp)
 
Pour contenter ton mari : n’oublie jamais le ventre et le bas du ventre. (Elodie de Bouillante)
 
Toujou sonjé : chòdyè prété pa krévé pwadi (Christine du Moule)
 
Ne dis des gens que ce que tu peux leur répéter vis-à-vis. (Constance de Bouaké)
 
Si tu peux, garde donc le nom que l’on t’a donné à la naissance… au plus, rajoute le nom de ton mari après le nôtre… (Marie-Line du Gosier)
 
Attention à tes chères copines… l’une d’elles peut demain être celle avec laquelle ton mari va te tromper sous ton nez. (Katia de Baie-Mahault)
 
Zot ni chans, an tan annou, sé avè lajan a mari-aw ou té ka fè viv fanmil-la é achté an tou piti-bitin pou plési annou. (Marie du Moule)
 
Sé chiklè et konsign-a-boutey ki permet mwen élevé zot… ou pé pa sav a ki pwen mwen fiyè dè zotchak. (Colette des Abymes)
 
Fò manké néyé pou aprann najé. (Mariette des Abymes)
 
Bonmaché ka kouté chè. (Lydia des Abymes)
 
Sa ki ka pasé an chanm salon pa bizwen konnèt. (Cynthia de Toulouse)
 
Les balais neufs balaient bien. (Martine de Dakar)
 
Avè krédi… tan kè oupo finn payé, sé bank-la douvan-w ki propriyètè a sa ou achté… toujou sonjé sa ! (Line des Abymes)
 
Ne te laisse pas aller dans tes manières à table… car tu t’oublieras vite dehors, chez les gens. (Catherine de La Trinité)
 
Porte toujours des sous-vêtements propres et sans trous… anka ou tombé anlarila ! (Katia de Capesterre Belle-Eau)
 
Pa pran labitid mandé voizin-aw bitin ay… pou ipa vin a kaz-aw ou byen mèt non-aw anlarila. (Patricia de Saint-Louis de Marie-Galante)
 
Une personne organisée, surtout si elle est à la campagne… achète en double les produits de tous les jours. (Patricia de Saint-Louis de Marie-Galante)
 
Quand tu manges ton repas d’aujourd’hui… tu dois déjà savoir ce que tu cuisineras demain ! (Eva de Rabat)
 
Pa joué nonm ankaz-la : même si tu sais faire de la plomberie, changer une roue… laisse donc ton mari le faire ! (Marilyne de la Désirade)
 
Toujou sonjé lésé an par pou lè povr : pa konté manjé-aw kon moun piti, visitè ké few ront ! (Marilyne de la Désirade)
 
Tout fanm modèrn ou pé joué : les affaires domestiques restent tes affaires : donc veille à ce que ton mari ne sorte pas avec des chemises froissées ou auxquelles il manque des boutons… sé vou yo ké malpalé. (Annick de Port-Louis)
 
Rappelle à ton mari que tu n’es pas seule : que ta famille est avec toi, présente au bout du fil à n’importe quel moment et en toutes circonstances ! (Marielou du Quartier du Tampon - Réunion)
 
Si ou a kaz-aw avè mari-aw : apa pou kryé mwen ou mèyè zanmi-aw a-toumoman. (Priscilla de Baie-Mahault)
 
Bel dan pa vlé di zanmi. (Sandrine de Paris)
 
Bonjou pa amè. (Gisèle de Pointe-Noire)
 
Ma fille… celui qui te parle bien le français, n’est peut être pas très intelligent. (Liliane de Cayenne)
 
Belmè ka baw bon kalalou, pa kwè i bon manman pou sa. (Amélie de Petit-Canal)
 
Fo pa jiré manman kaïman tout tan ou pa fini pasé la rivyè. (Charlise du Lamentin)
 
Tes enfants ne sont pas tes amis : la bayè ba sè la bèf ka janbé. (Rebecca de Seine-Saint-Denis)
 
Organizé-w : movè sizo ka gaté bon twèl. (Agnès de Sainte-Rose)
 
Koté kini siro sé la mouch ka rété. (Valérie de Petit-Bourg)
 
Joula ou pli byen abiyé ou paka rankronté belmé aw : ou périvé a jwen mari-aw la ou kay jété poubel-aw - konsa pou sa fèt. (Ketty de Pointe-à-Pitre)
 
Si ou té konnèt jan granmaman-w ka grajé mannyòk ou pa té ké jen manjé kasav. (Ketty de Pointe-à-Pitre)
 
Lavérité : makak pa jen trouvé pititay lèd. (Denise de Pointe-à-Pitre)
 
Ou komprann lavi fasil : chak chaplé ni kwa-ay. (Dominique de Pointe-à-Pitre)
 
Toujou sonjé : ce que connaît le chat, il l’apprend à ses petits… granmanman-w té ka di chyen pa ka fè chat. (Sabine de Morne-à-L'Eau)
 
La poul graté, sé la i ka viv. (Reinette de Basse-Terre)
 
Si zandoli té bon vyann, i pa téké drivé asi bayè. (Reinette de Basse-Terre)
 
Filozofi kochon sé zaboka pouri : sav sa ki bon pouw. (Natacha de Saint-Félix - Gosier)
 
Le sang est plus épais que l’eau… On ne choisit pas sa famille. (Gisèle de Grand-Bourg)
 
Comme on fait son lit on se couche : c’est toi qui construis ta maison intérieure, ta base. (Pavana de Baie-Mahault)
 
Dans la rue, on se retourne sur les bien-beaux et sur les bien-laids : la forme extérieure de l’humain n’a aucune importance, ce n’est pas ce qui est beau qui plaît, mais ce qui plait qui est beau. (Pavana de Baie-Mahault)
 
Ou pa oblijé bay tout dépi prémyè fwa-la : lésé pou dèmin ! (Rachelle de Jarry)



Une passionnée de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Facebook
Twitter
Mobile