Connectez-vous S'inscrire

Rapports sexuels douloureux : nos conseils


Par La Rédaction | Le 30 Mai 2015 | 0 commentaire(s)


Souvent, on a envie de se laisser aller sexuellement, de prendre du plaisir toutes les nuits. Même en faisant abstraction des problèmes, de la fatigue... Au point que ça devienne secondaire. Excepté si les douleurs pendant les rapports rentrent dans l'équation (sensation de brûlure, dyspareunie (douleur lors de la pénétration et/ou pendant le rapport, inflammation...). Elles peuvent être causées par plusieurs infections type cystite, vaginite... Sécheresse vaginale, endométriose ou problèmes d'ordre psychologique (manque de désir...). Les rapports douloureux sont incompatibles avec l’épanouissement sexuel. Certains de ces conseils peuvent vous aider à mieux gérer ces douleurs.



© ruigsantos - Fotolia.com
© ruigsantos - Fotolia.com

JE ME RELAXE : Soufflez un coup et détendez-vous. Plus vous serez détendue, plus votre désir montera (vagin qui se lubrifie). Apprenez à relaxer votre périnée, appelé aussi plancher pelvien (du pubis au coccyx) en effectuant des exercices Kegel ou en utilisant des boules de Geisha. La maîtrise du périnée peut rendre les rapports moins douloureux et en bonus augmenter vos sensations.

JE M’ÉMOUSTILLE POUR AVOIR ENVIE : Il est important, lors de sécheresse vaginale, de ne pas omettre la pratique des préliminaires. La femme a besoin de temps pour entrevoir les premiers signes du désir (ne vous calquez pas sur votre partenaire, s'il a besoin de 2 minutes, il vous en faudra 3 fois plus, en sachant que toutes les femmes ne sont pas identiques). En étant caressée, excitée, votre vagin s’humidifiera et vos muscles se détendront. Même si votre vagin est toujours humide (perte blanche, glaire), le désir sexuel permet une pénétration sans ou avec moins de douleur.

J'URINE : Passez par la case toilettes avant et après l'acte sexuel pour rejeter les bactéries qui favorisent la cystite (infection urinaire qui récidive) mais surtout, ne gardez pas votre urine dans votre vessie quand vous avez une envie de pipi, pour éviter le foisonnement des bactéries.

J'UTILISE UN LUBRIFIANT NATUREL :  Vous savez que vous êtes prête quand un liquide sort de votre vagin (la transsudation vaginale), c'est la preuve que vous êtes excitée. Et quand le pénis de votre partenaire lâche aussi son liquide. Si ça tarde pour vous, il est préférable d'opter quand même pour un lubrifiant : la salive (lors de l'acte oral) mais si ça ne suffit pas, utilisez l'huile végétale sur votre table de chevet, par exemple l'huile de jojoba, de pépins de raisin, de bourrache, de coco, même l'huile d'olive avant le rapport (les huiles ne sont pas compatibles si vous utilisez un préservatif). Mais vous pouvez prendre l'habitude, hors des rapports, de vous masser le vagin avec une huile au coucher pour lutter contre la sécheresse vaginale (le test a été fait avec l'huile de ricin sur plusieurs semaines et le résultat a été probant, en plus d’éveiller le désir). A vous de choisir l'huile végétale qui vous plaira (l'huile de bain, crème pour le corps, produits parfumés ne comptent pas et peuvent être allergisants). Souvent, le lubrifiant acheté en pharmacie à tendance à sécher assez vite et à amplifier la douleur.

JE FAIS LES POSITIONS QUI ME CONVIENNENT : Si on souffre d’endométriose, des douleurs profondes peuvent être ressenties lors des rapports. Il est préférable d'en parler avec son conjoint et de trouver des positions plus douces, d’éviter les positions profondes comme la levrette.

J'AI UNE BONNE HYGIÈNE INTIME : Abstenez-vous de la douche vaginale (le jet de la douche dans le vagin) qui perturbe la flore vaginale (très controversé), il est préférable de faire une irrigation du côlon (par l'anus) pour nettoyer votre organisme. Privilégiez les bains et douches avec des produits naturels (non parfumés). Se laver à l'eau claire ou du vrai savon de Marseille est conseillé contre les mycoses (demandez un prélèvement).

JE BOIS DE L'EAU : Boire de l'eau permet d’évacuer les bactéries, privilégiez les eaux alcalinisantes par exemple l'eau de vichy pour diminuer l'inflammation causée par les infections.

JE PRIVILÉGIE CERTAINS ALIMENTS :  Votre assiette peut vous permettre de lutter contre les infections. En antibiotique naturel : La canneberge (cystite), les aliments comme le céleri, le fenouil, les pois chiches, le quinoa peuvent lutter contre les infections urinaires.

J'UTILISE DES COMPLÉMENTS :  Un des compléments qui pourra changer votre vie : les probiotiques vaginaux (plusieurs souches de lactobacilles) pour rééquilibrer la flore vaginale, plus d'infos dans cet article. L'aromathérapie : L'huile essentielle de bouleau, de bois de cèdre, de cyprès, de pin sylvestre pour soigner les infections uro-génitales.

JE PORTE DES MATIÈRES NATURELLES : Quand on souffre d'infections qui gênent le rapport, il est conseillé de porter de la lingerie en fibres naturelles (coton) et de proscrire les matières synthétiques. Faites en sorte de porter plus souvent des jupes que des pantalons (eh oui, l'air doit passer).

BILAN : Vous avez déjà vu tout cela avec votre gynéco et malgré tous les antibiotiques et quelques temps de répit, les douleurs réapparaissent ? Ne vous faites pas une raison (ce n'est pas normal). Essayez de combiner ces conseils tout en continuant votre traitement, même par la suite.

Si vous souffrez de vaginisme (contraction involontaire des muscles du vagin donc impossibilité de pénétration), il est vivement conseillé de consulter un sexologue.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable



Les + lus

Facebook
Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF