Connectez-vous S'inscrire

Princess' Lover, la princesse du Zouk Martiniquais


Par La Rédaction | Le 8 Août 2015 | Lu 3261 fois

Nicole Neret aka Princess'Lover nous revient toujours aussi pétillante, vraie... Rencontre avec une chanteuse sans langue de bois qui ignore les faux-semblants.


Les trentenaires (et plus) se souviennent de la chanson « Inmin [1992] » avec Master MX (son frère), le succès est au rendez-vous. Vous aussi, vous vous êtes déhanchés sur les pistes de danse !?
Non contente d'être une chanteuse de Dancehall, elle change de registre avec « Mizik Lanmou  », chanson de Zouk. Et depuis, elle n'a pas cessé de composer des succès musicaux : « Mon Soleil », « Les Bons êtres », « Jalousie »... Comme à son d'habitude, Princess' Lover bouscule, plaît ou dérange, mais elle ne laisse pas indifférent. Elle le dit si bien : « Je préfère qu’on m’aime pour ce que je suis et qu’on me déteste aussi pour ce que je suis. Je ne sais pas comment je réagirai si on devait me détester pour ce que je ne suis pas ». Elle prouve une fois encore avec son nouveau single « Je les laisserai » qu'elle est une machine à tubes. Ce sont ses fans, « ses 230 000 soleils » comme elle les surnomme qui sont heureux de la retrouver.

« Je les laisserai » est sorti le 1 juillet. Le 7 juillet, le single était 7ème au Top Ten sur iTunes. Est-ce que ce sont les paroles, ce que vous représentez ou un ensemble qui justifient un tel succès ?
Princess' Lover :
Oh ! J’avoue que l’accueil de ce titre est extraordinaire. Et nous n’avons même pas encore présenté le clip, ni même commencé la promo réelle ! À mon avis, c'est un ensemble : les gens font énormément attention aux thèmes, surtout aux paroles (certes), mais ma longue absence a ramené une part de curiosité et de désir d’entendre de nouveaux titres de moi. Donc à l’annonce d’une nouvelle chanson, entre ceux qui n’attendaient que ça, ceux qui n’espéraient plus, et ceux qui pensaient que je n’en ferai plus... Ça a créé l'engouement.

Vous vous êtes autoproduite, avec votre acolyte Jim Rama pour la composition et les musiciens Frédérick Caracas à la basse, Thierry Delannay à la guitare et Audray Clodion au piano. Comment avez-vous vécu cette première expérience d’autoproduction ? Comment s'est passée la réalisation ?
Princess' Lover :
Pour mon premier album « Juste moi… », j’étais déjà en co-production avec le Label Section Zouk. J'étais en terrain connue je savais un peu ce qu’il fallait faire malgré les nouvelles technologies et supports. Donc, j’avoue que ça s’est très bien passé ! Tous les intervenants sur ce single se sont donnés corps et âme pour ce projet – comme si c’était leur propre projet. Rien que de vous en parler, j’en ai encore des frissons. J’aime beaucoup la couleur des hits de Jim Rama et quand il m’a fait cette musique, il me suffisait d’y ajouter ma mélodie et d’écrire les paroles. Un pur bonheur ! Et quand Fredo, Thierry et Audray y ont ajouté leur excellence, Wouah, là… c’était l'apothéose !

Vous êtes l'ambassadrice de la Martinique, vos soleils (fans) vous adulent, les médias vous aiment, que ressentez-vous, dites-nous tout ?
Princess' Lover :
J’avoue que ce que je vis avec mes soleils, ça reste inqualifiable ! C’est une osmose, une fusion absolue, un respect, un amour incontesté qui laissent nos cœurs s’exprimer de façon extrêmement constante et à l’unisson : oui, je vis toutes ces émotions avec mes soleils. C’est magique ! Tant qu’il est difficile de décrire le sentiment que j’éprouve. Je crois qu’il faut le vivre pour le comprendre. Je considère mes soleils bien plus comme une famille que comme un public.
Nous nous parlons avec amour, c'est sincère, très fort et réciproque... cet amour continu à grandir.
Avec les médias, c’est pareil ! A force de travail, tu te lies d’amitié et tu échanges avec des gens qui apprennent à te connaître et qui te donnent l’opportunité de savoir qui ils sont. Alors les échanges deviennent passionnants et passionnés. MERCI d’ailleurs pour tout ce que vous faites pour moi !

Un franc-parler, sans tabou (lors d'une prestation en Martinique, vous parliez de votre santé, de votre prise de poids), est-ce qu'en plus de votre musique empreinte de sincérité, c'est cette authenticité que vos « soleils » adorent ?
Princess' Lover :
Oui, ils me le disent très souvent, qu’ils aiment ma franchise. Être sincère est primordial pour moi. On ne peut pas faire l’unanimité.
Alors, je préfère qu’on m’aime pour ce que je suis et qu’on me déteste aussi pour ce que je suis, (rires), je ne sais pas comment je réagirai si on devait me détester pour ce que je ne suis pas (rires).


Derrière cette apparence souriante, les paroles de « Je les laisserai » expriment des blessures. Est-ce une autre chanson autobiographique et/ou simplement un message « profond » à toutes les femmes : « s'aimer, prendre soin de soi, aller de l'avant, laisser tomber les gens néfastes » ?
Princess' Lover :
Oui, c’est encore une chanson autobiographique mais également un fort désir de dire à tout le monde et pas qu’aux « femmes » qu’il est préférable de s’occuper de soi, DE PRENDRE SOIN DE SOI et de laisser les choses et les personnes néfastes de côté. Verser des larmes pour eux, c'est inutile ! À trop se préoccuper des gens négatifs et méchants – qui, de surcroît, ne changeront jamais – nous leur offrons toute notre énergie et nous nous détruisons à petit feu. Ça ne sert absolument à rien.

À 36 ans, 22 ans de carrière, deux albums, de nombreux singles et compilations, un public toujours présent, à quoi Princess' Lover aspire ? Que souhaite-t-elle ?
Princess' Lover :
Oh la la à plein de choses (rires). J’espère réaliser déjà le prochain album et mettre en place la tournée des spectacles (en salle) assez rapidement afin de satisfaire la demande. Mais vous savez que je suis une éternelle insatisfaite, donc je pense que mon équipe et moi-même devrons travailler beaucoup pour présenter des shows et pas juste un live. Mais on adore les challenges, on se fera un plaisir de tout concocter pour offrir des grands shows.

GK en Mode Makrelage, Princess ban nou dènié ti kamo la !?
Princess' Lover :
Mwen pa te paré pou fè albom tala. « Je les laisserai – An ké lésé yo », mizik lasa sòti kon sa ! Mé aprézan y ka maché mwen pri ! Mwen blijé fè’y, débwouyé kò. (pété ri )


Mise à jour : octobre 2015






Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF