Connectez-vous S'inscrire

Préparatifs de rentrée scolaire d'antan lontan


Par | Le 30 Août 2014 | 0 commentaire(s)


Une rentrée des classes reste une rentrée… Antan lontan cependant, il y avait moins de moyens en tout genre : finances, transports, technologies… Une autre ambiance… Un tout autre esprit… Juste une question d’époque en fait : autres moeurs, autres valeurs familiales et humaines… autres générations et système inter-générationnel… autre contexte socio-économique. Sûrement beaucoup de créativité, d’imagination et d’astuces pour que la rentrée se passe au mieux et pour certains pour que «timoun la pa manké twop bitin» ! Définitivement des souvenirs narrés aujourd'hui avec moult détails, grand bonheur et fierté d'avoir été de cette époque-là !



© aloha2014 - Fotolia.com
© aloha2014 - Fotolia.com
EN GUISE DE SOUTIEN SCOLAIRE
Chez Madame Untelle, une quinzaine de jours de révision basée sur le calcul mental, la prononciation, la lecture avec le ton, les règles d’orthographe… Autre moment de prédilection : la séance de coiffage (le matin et par la mère) était l’occasion de passer en revue les tables et les automatismes du calcul mental (et à chaque oubli, d’être vivement rappelée à l’ordre par un coup de peigne !)… Pendant les vacances, tout était matière à éveil, à apprendre et ce, quelque soit le niveau scolaire des parents : «Racontez-moi ce que vous avez vu hier… ce que vous avez fait aujourd’hui… Les parents donnant toujours et par principe toute autorité au corps enseignant, doublaient souvent les punitions ou ajoutaient leur couche aux commentaires qui parvenaient à leur oreille attentive, sur une «leçon toujours pas connue» ou«une impolitesse commise»…
 
LA SACRO-SAINTEMENT DÉTESTÉE PURGE
La toute-veille de la rentrée, les parents - généralement la mère - «téka kouri dèyè sé timoun-la» pour leur administrer «de force» la purge à l’huile de ricin (suivie dans certains foyers d’une tranche-récompense de saucisson «de France», denrée rare à l’époque de la guerre) mélangée pour certains à de l’orange «bosko», des jaunes d’oeuf… Une personne rencontrée a témoigné que sa mère a dû lui courir après autour de la propriété avec une cuillère… qu’elle l’a même une autre fois surprise à régurgiter dans le wc ou du moins  l’huile flottant à la surface de l’eau l’avait bel et bien trahie… Les formules de purge ne manquaient pas : huile de carapate agrémentée d’un peu de café OU cure d’huile de foie de morue OU émulsion Scott (liquide blanc épais acheté à la pharmacie) OU autres préparations à base d’huile de ricin et jus de feuillages appelées «lok» ou «jidev»… «Simagré» des enfants ou pas, «né pincé» ou pas, «ziyé fèmé» ou pas, «gès a vomi»… il fallait que cela «descende» dès la première fois ! Généralement, ce procédé de «purification» du corps commençait l’avant-veille par la consommation de «tépéyi» ou «tizann a chyiendan», bouillons et repas plus légers : on se sentait après «prop», quelque peu «flèguèdè» et le lendemain, jour de rentrée, «biyen dibout». En résultat, tous et chacun, à l’unanimité n’en retiendront que l’odeur et le goût «pabon mèm !» Personne n’a trépassé - au contraire : moins de «tibobo» infantiles pendant l’année scolaire.
 
LES PRÉPARATIFS POUR LA RENTRÉE
Les vêtements pour l’école étaient réalisés par des couturières ou les personnes sachant coudre dans les familles ou dans le quartier… Pendant la guerre, ce sont les sacs de farine qui servaient de tissu (marques et écritures diverses comme «Racoon» étaient soigneusement retirées avec du pétrôle)… ce tissu durait longtemps !… Quelqu’un a même parlé d’un «siriyen» qui (en pleine période de pénurie) est venu vendre du tissu à sa mère, laquelle insistant vraiment pour voir la marchandise qu’il proposait, l’a vu avec très grande gêne ouvrir sa chemise pour dévoiler un coupon de tissu habilement enroulé autour de son buste ! … Quant aux livres et fournitures scolaires, les achats étaient faits à la ville et certains articles de l’année précédente, transmis à l’intérieur d’une fratrie et éventuellement offerts aux enfants du voisinage. 

De tels préparatifs de rentrée des classes… de telles fins de grandes vacances… Woah - aujourd'hui, je comprends que nos aînés soient quelque peu nostalgiques de cette époque-là ! Et puis moi… LIKE-de-chez-Like… si c'était à refaire (hum - comme si j'ai jamais eu le choix de mon époque !?!) j'aurais bien aimé vivre à cette époque-là avec tous ces anecdotes-là ainsi narrées, avec toutes les illustrations de ces moments-là qui m'ont été livrées avec tant de détails et de couleurs… ! Et ils disent manquer de mémoire !?! 


Une experte de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Je télécharge le Mag' PDF

Installez


Les + lus

Facebook
Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF