Connectez-vous S'inscrire

Nessy Abidos-Politano : La journée de la femme


Par La Rédaction | Le 28 Février 2012 | Lu 1677 fois

La journée de La Femme vue par la chroniqueuse littéraire de " Midi en vues " sur Martinique 1ère !


Photographie : Micha Bellemare
Photographie : Micha Bellemare
Que représente pour vous, La Journée de La Femme ?
La journée de la femme ? C’est tous les jours selon moi (rires) … Plus sérieusement, c’est tout de même une journée de manifestation mondiale ! Cela nous rappelle que nous sommes bien loin de cette époque où les femmes réclamaient l'égalité des droits, de meilleures conditions de travail ainsi que le droit de vote. Je sais que dans certains pays du monde, ce jour est férié.

Est-ce que cela empêche certaines femmes d’être violées ou maltraitées ?
Il existe encore beaucoup de pays où la femme n’est pas considérée comme une personne à part entière, hélas. La victoire aura lieu quand nous n’aurons plus de jour consacré à la femme et que nous aurons la satisfaction d’être journellement respectée. Mais ne nous leurrons pas trop, Simone de Beauvoir nous avait prédit : « La liberté ne sera jamais donnée, mais toujours à conquérir. »

Que pensez-vous de la situation de la Femme dans la société d'aujourd’hui ?
La femme occupe une place de plus en plus prépondérante dans la société actuelle. Je crois que d’un côté elle revendique encore l’égalité alors que d’un autre, elle éprouve toujours le besoin d’être considérée comme ce vase fragile, cette personne à protéger. Cette volonté de « dénaturaliser » les rapports entre les sexes est sa plus grande contradiction. Sommes-nous véritablement prêtes à occuper la place des hommes ? L’idéal masculin se définit par la force, l’action, la puissance, la maîtrise, le pouvoir.

Au sein de la famille, sur le marché du travail, ce n’est pas si facile de remplir le rôle de l’homme. Je suis une féministe, mais pas au sens stéréotypé du terme. Je connais bien mes limites. Je ne me vois pas encore changer des roues de voiture, faire la plomberie ou bricoler chez moi. Simone de Beauvoir a insisté sur le fait qu'il n'existait pas une nature des femmes, mais que la féminité était un produit social : "on ne naît pas femme on le devient ». On devient une femme dans toute sa splendeur mais jamais un homme.

Je crois que l’on devrait garder cela à l’esprit. On peut être respectée en tant que femme sans avoir à prendre la place des hommes dans la société. Ce n’est aussi surtout pas en dévalorisant, en dénigrant les hommes sans cesse que cela en fera une femme plus digne.

Quel message, feriez-vous passer à la Femme noire surtout des Antilles-Guyane ?
Aux Antilles, il est difficile de ne pas tomber dans les stéréotypes sexistes qui nous entourent au quotidien. Nous avons une expression qui désigne le pilier familial, la mère, le « potomitan ». La mère-courage, la femme combattive des Antilles-Guyane ne doit surtout pas baisser les bras. Néanmoins, ne surjouons pas.

Ne perdons pas de vue que nous sommes des femmes et que jouer les Wonder Woman ne nous aidera pas dans notre évolution personnelle. Acceptons donc d’avoir nos limites et de ne nous reposer sur l’homme que quand cela s’avère nécessaire et que ce dernier a des épaules suffisamment larges !

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre vie de Femme ?
J’oscille entre l’amour de l’enseignement des lettres et celui des médias. Mais tout peut se concilier, n’est-ce pas ? Nous sommes des femmes modernes et polyvalentes ! A vrai dire, je ne désire plus vraiment enseigner les lettres mais la philosophie et je suis en préparation d’une thèse de doctorat de lettres modernes. En ce qui concerne ma seconde passion, je suis chroniqueuse littéraire dans une émission 100% féminine sur Martinique 1ère, « Midi en vues ». J’aime vraiment le concept de cette émission, entre girly, culture et humour. Il y a une véritable entente entre les femmes de cette émission. Je les aime beaucoup ! On ne se prend pas toujours au sérieux et surtout, on ose « oser ».

Je suis également sur Trace FM entre la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, avec une équipe formidable ! On se réveille ensemble pour la matinale, « les Malades Du Réveils » et on se couche ensemble pour une Libre Antenne « Génération 9-7 ». Je réalise aussi sur mon propre média « Nessytv » qui demande de la rigueur et de l’originalité. Je m’essaie au montage, au cadrage... Heureusement, Je suis bien entourée ! Par ailleurs, je passe beaucoup de temps à lire et je tente toujours d’être à la pointe de l’info. Ce qui me stimule, c’est de savoir que je peux changer de voie à tout moment.

Devenir journaliste, rédactrice en chef, maitre de conférences, professeur de philosophie, animatrice radio… On peut tout faire si on s’en donne les moyens ! J’ai peu de temps libre mais je m’arrange afin d’en trouver pour ma famille et mes amis. Je n’oublie pas le sport, des soins du visage et du corps en institut de temps à autre, la plage et comme la plupart des femmes, je suis une fashion victim qui aime le shopping !!! (Rires...)





Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF