Connectez-vous S'inscrire

Méïssa GUMBS de MAKE UP FOR EVER (F.W.I)


Par La Rédaction | Le 16 Novembre 2013 | Lu 1895 fois

Rencontre avec Méïssa GUMBS, jeune entrepreneuse à la tête de « MAKE UP FOR EVER Guadeloupe ». Elle vous transporte et vous touche jusqu'aux tripes. Côte à côte, Méïssa nous dit tout avec générosité.


Qui est Méïssa ?
MG : Je suis une femme de 33 ans, guadeloupéenne. J'ai grandi en Guadeloupe. Je suis amoureuse de mon île, des gens, de la vie. Extrêmement perfectionniste. C'est ce qui me caractérise. Entrepreneure dans l'âme, obsédée par la valeur ajoutée, j'aime porter des projets, apporter quelque chose de significatif (autour de moi), dans ma propre vie.
Significatif mais positif (rire), tant qu'à faire !

Qu'est-ce qui vous a amenée à l'entrepreneuriat ?
MG : C'est le fruit d’un long processus de réflexion, d'une construction personnelle. À la base, j'ai un cursus en Gestion, une Maîtrise des Sciences de Gestion - Spécialité Entrepreneuriat - de l'Université Paris 9 - Dauphine, j'ai enchainé à l'ESSEC (École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales) en suivant un Mastère Spécialisé en Achats.
Toujours avec l'idée, un jour, d'entreprendre. J'ai compris très vite que pour vendre, c'est mieux de savoir acheter. C'est stratégique. J'ai cheminé dans cette direction jusqu'à ce que ça soit le bon moment d'entreprendre. « Jusqu'à ce que je le ressente, que ça ait besoin de s'exprimer, d'exploser, d'être délivré ».
J'ai voyagé, j'ai créé une société de vente de casque de scooter personnalisable à Paris. J'ai été la première à lancer, en France Métropolitaine, des casques fabriqués en Italie et proposés comme support de communication, c'est-à-dire avec le logo de l'entreprise.
D’ailleurs, un de mes acheteurs explose en France et à l'international : « Sushi Shop, livraison à domicile ». Toute la flotte de livraison a un joli casque avec le logo Sushi Shop à l'arrière.
C'était un projet innovant et porteur, mais je me suis rendue compte qu'il me fallait plus que ça. Pas entreprendre pour entreprendre.
Mais entreprendre, en étant stimulée par un projet qui m'enthousiasme, qui me donne de l'énergie au quotidien, parce que, Entreprendre, c'est dur. C'est dur de rester motivé, c'est dur tout court !
Alors pour rester motivée dans le temps, avoir de l'énergie et embarquer les personnes autour de moi et leur communiquer cette énergie, je devais trouver ce qui m'enthousiasmait, ce qui m'intéressait, mes passions, mes centres d'intérêt...

À quel moment, avez-vous décidé  de créer la boutique MAKE UP FOR EVER Guadeloupe ?
MG : Je me suis rappelée que depuis mon jeune âge, j'adorais me maquiller. À 11 ans, j'allais à l'école avec l’eye-liner et la bouche rouge, (rires), à 11 ans, c’étais normal et spontané... tout en étant bonne à l’école.
J'ai finalement décidé d'explorer cette piste, car compte tenu de mon cursus, le maquillage n'avait jamais été une option.
Mais ça l'est devenu, à un moment où j'étais prête, j'étais construite pour ça. À devenir qui je suis !
Quand je veux faire quelque chose, je vise le top. Je veux ce qu'il y a de mieux, et là j'ai fait des recherches et la meilleure école, c'était MAKE UP FOR EVER indéniablement. J'ai suivi un module pour comprendre et apprendre le maquillage. Et c'est comme ça que les choses ont démarré.
« Je pense que quand on prêt, vous vous retrouvez à l'endroit où vous devez être, les choses arrivent, se font tout naturellement. » J'arrangeais mes affaires après le cours et je vois un monsieur qui répare la porte, je crois que c'est le réparateur. J'aime les gens, alors tout naturellement, on enclenche une discussion : « Vous venez de la Guadeloupe... », on échange de façon très naturelle, très sympathique ; à la fin, il me dit qu'il est le mari de Dany Sanz la fondatrice, donc qu'il est le fondateur, parce que MAKE UP FOR EVER est né grâce à ce merveilleux binôme. On échange nos cartes, une rencontre incroyable !
Je continue le maquillage, j'apprends, et à un moment tout fait sens dans ma tête, dans mon cœur, dans mes tripes, dans mon corps. Peu de temps après les événements du LKP, avec mon mari, on se regarde et on se dit : « c'est le moment, j'ai adoré mes 12 années à Paris, c'est très facile de critiquer son île sur son canapé au loin, mais qu'est-ce qu'on fait pour notre pays ? On apporte notre valeur ajoutée ? Notre pierre ? ».
Et là, on décide de rentrer. C'est comme un puzzle. C'était évident que je devais ouvrir une boutique MAKE UP FOR EVER en Guadeloupe, que je mette mes compétences d'entrepreneur aux services d'un univers créatif.
Rendez-vous pris, MAKE UP FOR EVER était ravi d'avoir un profil qui soit solide en matière de gestion et passionné par la mode et la beauté, le maquillage. Et l'aventure est née. Un an et demi plus tard, j'ai décidé d'ouvrir une école de maquillage professionnel, le PRO MAKE UP STUDIO .

En plus d'être entrepreneure, êtes-vous une maquilleuse professionnelle ?
MG : Je veux être utile avec humilité. Avec ce que la vie m'a donné, mes compétences, mes capacités, ma personnalité, mes atouts, voir ce que je peux faire concrètement et dans quelle mesure ça peut être utile pour moi-même et les autres (quel que soit le périmètre de rayonnement).
Au final, j'ai décidé de ne pas être une maquilleuse professionnelle, mais d'exploiter mon potentiel de chef d'entreprise, le Management, le Développement de la société.
 
Quelle est votre Journée type ?
MG : Une journée bien remplie. 6h30 - 20 minutes de yoga, je prends le temps, même si tout est minuté. Un bon et copieux petit-déjeuner face à la mer, voir mes chiens pour bien démarrer ma journée. Et me maquiller, ça fait partie de mon métier... 9h00 - Je m'occupe de l'ouverture de la boutique, je communique avec ma responsable de boutique, je suis à l'écoute de mon équipe. J'attaque mes taches de fond, celles qui sont les plus dures parce qu'en début journée, j'ai de l'énergie. Puis j’enchaîne avec le traitement des mails, des affaires courantes, etc ...
1 heure de pause déjeuner pour me détendre, manger tranquillement avec mon mari. L’après-midi est consacré aux rendez-vous, pendant lesquels je prends mon temps parce que je suis toujours à fond. 19h00 - Fermeture, j'essaie de partir à 19h00. Avant je quittais parfois à 22h00, voire 23h00, plus maintenant. Pour mon équilibre, du sport deux fois par semaine, un voyage par an, j'essaye de me l'offrir.

Votre conseil à une femme qui souhaite créer ?
MG : Je lui donne comme conseil de faire un choix. L'idée du projet importe peu, ou presque, il faut quand même essayer de répondre à un besoin, un marché, mais tout a une chance de succès phénoménal.
Selon moi, la clé du succès, c'est d'y aller à fond. De bien faire ce qu'on a décidé de faire. De devenir un expert dans son domaine, de façon à détenir une compétence extrêmement recherchée. Quand on pense à ce secteur d'activité, on pense à cette personne parce que c'est la meilleure ! Apporter une valeur ajoutée pour faire la différence. Il faut que quand les autres font 80 %, vous faites 120% du job.

Que souhaitez-vous dans l'avenir pour MAKE UP FOR EVER Guadeloupe ?
MG : Du succès, ça passe par le succès économique, qui n'est autre que le résultat de la qualité et l'utilité que nous aurons apportée. Que nous participions activement à la professionnalisation du métier et du secteur maquillage aux Antilles. Que le maquillage ne soit pas un hobby mais un métier d'expert.
J'œuvre dans ce sens. Que mon équipe et moi-même soyons toujours motivées pour apprendre encore plus et rendre un maximum de femmes heureuses, belles... Faire exploser certaines barrières, des complexes, apporter de la créativité, de la gaieté, de la lumière autour de nous, « être des boules de lumière ».






Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF