Connectez-vous S'inscrire

MAJ : "Artiste très sensible et femme avant tout"


Par La Rédaction | Le 31 Juillet 2011 | Lu 940 fois

Elle nous transporte avec sa sublime voix...


MAJ : "Artiste très sensible et femme avant tout"
Qui est MAJ ?

M.A.J est une abréviation de Mathilde ALBON JACOBSON. Je suis auteur-compositeur interprète et poétesse. Artiste de live avant tout, je privilégie les moments de partage avec mon public. Je pense donner naissance sous peu à mon recueil de poèmes qui est prêt. L'écriture fait partie intégrante de ma vie artistique: c'est une continuité et ce qui me permet de Dire ce que je n'ai pu chanter !

Quel est votre parcours professionnel ?

Fille de musicien, j'ai été bercée par la musique. À l'âge de 13 ans, mon père m'a proposé d'intégrer son groupe en tant que choriste. En travaillant , je suis devenue chanteuse lead n°3 , dans ce groupe qui s'appelait à l'époque: Milflè. Un album est alors sorti en 1994, j'avais 17 ans. Cet opus a beaucoup marqué et est demandé jusqu'à ce jour. En 2003, j'ai participé à une comédie musicale intitulée : "la mulâtresse solitude", que j'incarnais. J'étais également compositeur des musiques de cette pièce, et c'est dans ce contexte qu'est née la biguine : "Ti son péyi" . Ce titre a également été présenté la même année au concours de la "Plus Belle biguine", puis primé. En 2006, j'ai sorti mon premier single solo : "Ti son péyi". Puis, un prix Sacem "Meilleure biguine ", en 2007.
De nombreuses scènes sont venues s'ajouter à mon parcours, entre autres, ma participation à 9s et un jour sur RFO, puis au très prisé festival "Terre de Blues" à Marie-Galante, partageant la scène avec Johnny Clegg et Women of Chicago Blues. C'est ainsi qu'en 2008, j'ai sorti l'album-recueil de poèmes "Mon Paradis", également titre de mon 2ème clip après "Ti son péyi". Très bel accueil d'ailleurs pour cet opus.
En 2010, est paru "Identités", qui représente pour moi le fruit d'une certaine maturité artistique, puisque c'est un album entièrement live. J'y interprète des titres de ma composition tel que "Sé bigin an-mwen"(clipé), mais également des compositions de Roland Louis (célèbre pianiste-arrangeur-compositeur). Cette année 2011 est marqué d'une toute nouvelle expérience : la sortie d'un livre-cd-video intitulé: "Cerise café", sur le thème de l'histoire des cafés de Guadeloupe. C'est l'aboutissement d'une année de travail avec l'artiste Nossa Jacobson qui a réalisé le reportage sur le site (en partie vidéo du cd), ainsi que toute la conception graphique du Projet.
Et les illustrations du conte que j'ai écrit ont été réalisées par mon fils aîné : Randy Jacobson. "Cerise Café " est aussi le titre de ma dernière biguine qui y figure et dont le clip se trouve aussi sur ce même cd-vidéo.

Est-il difficile de percer dans ce métier ?

C'est un métier qui comporte ses difficultés, comme tous les métiers. Mais je pense qu'elles sont surmontables si on met en avant l'amour de ce que l'on fait. Chacun aussi a sa définition de "percer". Pour moi, il s'agit d'allier adroitement ma vie personnelle et les grandes scènes sur mon île ou à l'extérieur. "Percer", c'est aussi aller chanter là où l'on est attendu pour ce que l'on fait, voir le public entonner mes chansons.
Ayant déjà ressenti ce bonheur avec mes biguines les mieux connues, comme "Ti son péyi", "Mon paradis" ou "Sé bigin an-mwen", je pense finalement travailler pour arriver à ce résultat : composer des airs qui marquent. Artiste très sensible et femme avant tout, je me protège des difficultés du métier pratiquant mon art tout en restant en retrait du "milieu artistique" proprement dit, qui n'est pas toujours fait que de strass et de paillettes.

Comment voyez-vous votre métier aux Antilles-Guyane ?

Les Antilles sont mes racines. Je porte un message très fort à travers le titre de mon album "Identités" : nous sommes un peuple qui a une identité culturelle issue de la pluralité et du métissage. Ce qui est l'histoire de la biguine. Pour un petit retour en arrière, elle est la fille du "gwo -ka" -plus précisément d'un rythme appelé "Graj"- des petits instruments laissés par nos ancêtres caraïbes (marakas, ti bois, chacha...) et des instruments venus d'Europe par la colonisation(violon, saxophones, clarinettes, piano...).
Mon métier est avant tout de faire plaisir à ceux qui me "suivent" et aussi de les représenter au mieux. Lorsque je pars à l'étranger, il me plaît de chanter de la biguine, car finalement dans cet océan de musique du monde, il faut bien trouver une place !

Vous êtes une Femme Active, comment conciliez-vous la vie familiale et professionnelle ?

Oui, effectivement, Maman de 3 garçons, il y a un exercice particulier à réussir. Mon petit "secret" est de privilégier les moments que je passe avec eux. Pouvoir leur donner le meilleur, tout en ne sacrifiant pas ce que j'aime faire : ils sont ainsi" impliqués". Mes enfants partagent mes passions. D'ailleurs l'aîné dont je palais tout -à-l'heure en tant que dessinateur, est aussi le guitariste de ma formule live. Et je pense qu'en grandissant les 2 autres sauront trouver leur place. Ils ne sont pas forcés, car j'essaie de leur donner une éducation "libre", tout en gardant une certaine rigueur.
À la maison, tout le monde chante et fait de la musique, l'ambiance est de mise.

Avez-vous déjà été confrontée à un dilemme de Femme Active ? 

Parfois, lorsqu'on a une mère encore active, on peut rencontrer des petites difficultés de "garde". Mais ce n'est jamais très grave ! Je mets néanmoins davantage l'accent sur "trouver" des solutions plutôt que de laisser tomber, car certaines occasions ne se présentent pas 2 fois et je refuse d'être une personne frustrée, car tôt ou tard, ça se ressent. En étant une femme épanouie, je ne peux être que meilleure mère et meilleure épouse. Je suis surtout une artiste dans l'âme et me priver d'une scène représente une petite "fin", quelque part.

Elle vous fait rêver, Qui est votre Femme Active préférée ? 

Il y a des chanteuses que j'admire comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald ou Sade. Mais je voue une admiration particulière au parcours spécial de Tina Turner. Elle est un exemple de volonté, de professionnalisme et de charisme. Lorsque je vois cette femme, je me dis qu'elle mérite ses lettres de noblesse et force le respect, pour ceux qui connaissent son histoire.

Vous êtes Sexy, Glamour, pouvez-vous nous décrire votre style ?

Je me situerais plus dans le Glamour. J'aime ce qui est chic et sensuel ! D'ailleurs, je suis très fière de savoir me maquiller, j'y trouve même un véritable plaisir !!!







Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF