Connectez-vous S'inscrire

Les mamans solos et les amours en numérique


Vie de maman célibataire | Le 13 Août 2016 | Lu 373 fois



Les mamans solos et les amours en numérique
Dans le précédent article, j'avais exposé de manière neutre et généraliste les amours des mamans solos, cette fois, je m'implique, car mon histoire est aussi la vôtre ! 
Quatorze ans de vie commune, deux enfants, un chien, un divorce, un univers paisible qui s'effondre. Je fais partie des chanceuses qui ont connu une séparation peu houleuse, car la maturité, l'intelligence et surtout une amitié sincère nous ont épargnées bien des dégâts. Ex-mariés, mais surtout amis pour la vie, pas seulement à cause des enfants, mais parce que notre vécu nous donne un lien indestructible. Puis arrive le moment ou l'envie de se recaser nous titille. 
Mais voilà, quand on a deux enfants à gérer, des études à la fac et un travail pour payer les factures, il reste peu de temps libre pour écumer les soirées et les boîtes de nuit à la recherche de l'homme idéal. J'ai connu le père de mes enfants via ICQ (un logiciel de messagerie instantané), les gens de ma génération savent qu'il s'agit de l'ancêtre de MSN Messenger, devenu obsolète au profit des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Google + et autres joyeusetés technologiques. À cette époque, les rencontres virtuelles étaient similaires à celle de la vie, si ce n'est que l'écran et la modernité pouvait rapprocher deux-êtres qui ne se seraient jamais croisés dans la rue. Un miracle qui a donné vie à deux magnifiques princesses et à de belles années.

C'est dans cette vision idéaliste, mais plus du tout réaliste, que je m'empare de ma souris à la recherche de l'homme parfait.

Les réseaux sociaux n'étant plus les lieux de prédilection pour ce genre d'espoir, je me suis dirigée vers les sites de rencontre spécialisés. " Adopte un mec ", " Meetic ", " Badoo " et autres " métis club " ont défilés sur mon écran. Chaque site ayant son propre fonctionnement, pour un objectif commun "trouver l'amour de votre vie". J'ai vite focalisé sur le fonctionnement de " Badoo " le plus simple d'utilisation et surtout celui qui me proposait une multitudes de prétendants, sans faire le moindre effort. C'est simple à peine inscrit, me voilà envahis de demandes en tout genre, qui me donne l'impression d'être un oasis en plein désert! Un constat surprenant, quand on sait que sur notre île Martinique, il n'y qu'un homme pour trois femmes !!! D’où sort tous ces hommes célibataires, esseulés, voir désespéré.
Oui, j'étais un peu stupide à l'époque. Trop choyée dans un doux mariage, je n'étais pas préparé à la nouvelle réalité des relations en tout genre. Me voilà dans un grand écart étourdissant, je passe du statut de la nana quelconque et quasi invisible à la perle rare et exceptionnelle qu'ils veulent tous ! Une réelle effervescence s'est emparé de mon clavier, il fallait que je parle à un maximum d'hommes, car "le mien" était quelque part dans ce fouillis de photos et de profils.
Je me faisais un devoir de ne pas le rater et donc de n'ignorer personne. Une recherche à plein temps, des discussions jusqu'à l'épuisement. Une avalanche d'idiots, de pervers, d'hommes mariés en quête d'aventure, de queutards bas de gamme, de sexfriends sans " friends ".... bref 99,99% cherchaient tout sauf une relation sincère. Il m'a fallu quelques désillusions et mésaventures pour enfin réaliser cela. J'étais restée figée à l'époque simple des amours " on se rencontre, on s'apprécie, on se met ensemble et on fait des projets d'avenir ". J'ai compris qu'il existait une multitudes de variantes et la liberté sexuelle primait sur le relationnel.

Après des larmes de désappointement, de désespoir et l'envie de devenir lesbienne, je tentais de retrouver une dose de positivisme pour les 0,01 % restant.

" Mon homme " s'y trouvait forcément ! J'avais raison, il s'y trouvait. L'homme parfait... divorcé, un enfant, une situation professionnelle et personnelle honnête et responsable, amoureux transi qui me promettait une vie tranquille, sereine et parfaite. Une jolie famille recomposée, des road-trips en été avec la belle-famille, des repas équilibrées en famille sur fond des jeux de société et devoir d'école. J'avais envie de me flinguer, tant l'ennui aspirait tout mes rêves et idéaux. 
Qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez moi ? Je le voulais, il était la, prêt à m'apporter la lune si je le demandais. Onze mois et j'ai pris la fuite avec mes enfants sous les bras. J'avais omis de faire une remise en question personnelle, avant de foncer vers le profil idéal. J'avais changé, je n'étais plus forcément motivée par une vie de famille telle que j'avais auparavant ou peut-être que mes aventures intenses et éphémères avaient modifié ma perception de l'amour. 
Je voulais la passion, l'intensité, le vertige, la découverte des sens et de l'autre ... une histoire bien à moi en tant que femme et pas juste une histoire de famille. Je voulais inclure cette personne pour moi avant tout et pas juste parce qu'il ferait un bon beau-père et viendrait parfaire une stabilité familiale.

Cet homme est arrivé, six ans de moins que moi. Un gosse... quelle tragédie.

La terre s'est écroulée sous mes pieds quand j'ai croisé son regard. Je n'avais jamais rencontré un si bel homme. Je n'étais peut-être pas objective, mais son magnétisme m'ensorcelait. Un coup de foudre étourdissant et asphyxiant. Je frôlais l'orgasme quand il posait sa main sur ma cuisse au cinéma. Une passion qui finissait dans toutes les postures de kamasutra dans tous les coins et recoins. Je fondais comme neige au soleil à chacune de ses paroles. Il n'avait pas du tout le profil que j'aurais cherché auparavant, mais je m'en fichais bien, il était parfait à mes yeux. Le monde s'effondrait quand je le voyais marcher vers moi. La passion, l'intensité, je l'avais trouvé puissance mille. Une histoire bien à moi... un peu égoïste. Mes filles ne cessaient de me demander qui était cet homme qui figeait ce sourire sur mon visage. De lui, elles ne savent que son prénom et n'ont vu qu'une photo. 
Elles l'ont trouvé "sublime" et elles ont bien raison. Mais je repousse le moment des présentations, car il est mon jardin secret, mon histoire à moi. Et puis la passion ne dure jamais il paraît, j'attends que tout s'effondre parce qu'on s'est déjà séparé plus d'une fois. L'intensité donne trop le tournis. Et puis l'amour est bien plus que tranquille que ça. Mais qu'importe, j'ai connu la passion une fois dans ma vie. Elle fragilise l'âme, le corps, les sens, la volonté, la cohérence, mais elle change la vie d'une femme. Il m'a sublimée, révélée. Je me suis découverte a travers son regard. J'avance plus sereinement désormais en amitié, comme en amour. 

Qu'importe ce que l'avenir me réserve, deux hommes ont chamboulé ma vie de femme et je ne les remercierais jamais assez pour ça.

L'un m'a redonné confiance en moi, en mon potentiel et a fait de moi une maman comblée. Le second m'a fait prendre conscience que j'étais une femme avant tout et que j'étais magnifiquement indépendante. Le virtuel peut se mêler au réel, pourvu qu'on sache ce que l'on veut, qu'on ait assez de recul pour ne pas y perdre ses idéaux, mais qu'on reste assez libre dans sa tête pour prendre un chemin imprévu.

Retrouvez ma chronique mensuelle " Ma vie de maman célibataire ", chaque 2ème samedi du mois, sur votre webmag favoris.





Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF







cookieassistant.com