Connectez-vous S'inscrire

Les mamans solos et les amours en liberté


Vie de maman célibataire | Le 17 Septembre 2016 | Lu 547 fois



Les mamans solos et les amours en liberté
Dans mes précédents articles, j’avais pu aborder les difficultés des mamans solos face aux challenges de la reconstruction personnelle et des amours. Si vous imaginiez que trouver son prince charmant et refonder vaillamment un charmant foyer recomposé était un « Happy End » parfait, je crains que cela s’avère un peu plus complexe dans la réalité ! Loin de moi l’idée de détruire l’image d’un amour parfait et mérité, car j’y crois fortement. Cela peut finir joliment ainsi « Ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants ».

Néanmoins, nous savons mesdames que nous faisons face à un grand écart douloureux : Notre liberté retrouvée que l’on refuse d’abandonner de nouveau !

Vous avez été mariée, en concubinage, en couple… Bref d’un dévouement absolu et d’une fidélité irréprochable. Vous n’étiez plus un individu, mais un binôme plus ou moins soudé face à la vie et ses difficultés. La séparation a tout chamboulée, le chemin de l’individualité s’est avéré semé d’embûches et d’épuisement généralisé MAIS vous avez pu savourer à nouveau cette liberté d’être et d’agir ! Vous avez pu redécouvrir la femme oubliée au détriment de la mère et de l’épouse. Certes, les difficultés ne vous sont pas épargnées, mais vous vous délectez de n’avoir plus de comptes à rendre à quiconque ! Vous folâtrez, vous vous amusez et vous avez enfin trouvé la perle rare. Youpi ! Mais soyons honnêtes mesdames, nous sommes entre nous, avez-vous VRAIMENT envie de retrouver votre vie d’antan avec cet homme parfait que vous chérissez ? Routine, vie quotidienne, planning, travail, ménage, enfants … et j’en passe ! Non, bien sûr que non ! 

La liberté est une drogue douce, une fois qu’on l’a retrouvé, il est hors de question d’y renoncer. On voudrait que la passion, la séduction, le désir, les feux d’artifice avec notre moitié soient éternels. 

Il vous tanne pour vivre à deux et vous rechignez à obtempérer ? Il aborde des projets de bébé, de maison, d’avenir, vous vous contentez de sourire silencieusement, avec une pointe d’aigreur dans l’estomac ? Tout cela a un air de déjà-vu ? Certaines fonceront tête baissé dans cette nouvelle vie prometteuse. D’autres reculerons, déjà nostalgique de leur vie de liberté méritée.

Dans ces moments de doute et de brouillard, la modernité s’en mêle. Les relations d’antan (1+1=2) ont fait place aux relations aux multiples possibilités (sexfriends, plan cul, ami bonus…). J’avais abordé le phénomène des sites de rencontres et des réseaux sociaux qui ont eu un impact considérable sur les rapports humains. Ceux-ci sont un supermarché d’êtres humains disponibles 24h/24 et 7j/7. Un clic suffit pour une nuit ou une vie. La notion d’engagement a pris du plomb dans l’aile et l’attachement à l’autre prend des aspects variés. Vous auriez tort de penser que tout cela est uniquement de la faute des hommes, qui sont des prédateurs. Leurs instincts primitifs ont donné vie à des égarements relationnels subis par des femmes trop dociles. Non ! Les femmes ne sont pas en reste, loin de là. La libération féminine passe aussi par la liberté sexuelle. Parité oblige, les femmes agissent de la même manière que ces messieurs. Elles ont le choix de butiner pour l’éternité ou se caser sagement, et même… les deux à la fois ! Si le concept de relation libre n’a rien de nouveau, il se démocratise et s’exprime à haute voix et sans honte. Autrefois utilisé pour « sauver » des couples en difficulté, qui optaient pour l’attachement du cœur, mais pas du corps, afin de lutter contre la routine sexuelle et quotidienne… désormais le concept se décline pour les couples ne souhaitant pas s’engager !

Aaaahhhh l’engagement, la crainte numéro un des temps modernes ! On veut s’aimer, mais plus s’attacher avec une corde au cou. Notre individualité galopante à changer le concept des couples. Être deux… oui… mais pas trop ! On souhaite partager les bons moments, faire perdurer l’intensité des débuts et jeter le reste aux oubliettes. Je ne défends pas le concept, car il est à double tranchant. Comme au casino, les joueurs peuvent tout gagner et tout perdre en un clignement d’œil. Un pari risqué à considérer avec lucidité et parcimonie. Quand on aime, il est difficile de partager. La flèche de cupidon dans leurs cœurs laisse la place à l’épée de Damoclès au-dessus de la tête des tourtereaux. Quand la suspicion, la jalousie, la rancœur, l’incompréhension s’en mêlent, le chaos s’annonce ! 

Certes au début, c’est de bon augure. Nous nous aimons, mais nous nous donnons le droit de batifoler et d’avoir des amants de passage. Sincérité, honnêteté, transparence semblent être les clés de la réussite du concept. 

Génial ! Mais sur la durée est-ce vraiment viable ? Concurrence de tous les instants, risque de tomber amoureux, les aventures temporaires peuvent devenir régulières et faire de l’ombre à l’officiel… bref… complexité ! Néanmoins, de nombreux couples s’épanouissent ainsi et le concept fait écho aux mamans solos qui veulent aimer, mais ne sont pas prêtes à renoncer à leur indépendance et leur liberté. Elles veulent fuir comme la peste, la routine, l'ennui, la lassitude qui ont fait sombrer leur précédente relation. C’est compréhensible. Redevenir une femme désirable aux yeux de l’autre et le rester ! 

Le choix de la relation libre ou celui de la fidélité passionnément entretenue… c’est à vous de voir mesdames ! Le plus important est de savoir s’imposer des limites afin de ne pas perdre celui qui fait battre votre cœur.


Retrouvez ma chronique mensuelle " Ma vie de maman célibataire ", chaque 2ème samedi du mois, sur votre webmag favoris.





Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF







cookieassistant.com