Connectez-vous S'inscrire

Les femmes de l'ombre aux Antilles


Par | Le 26 Juillet 2014 | 0 commentaire(s)




© Laurin Rinder - Fotolia.com
© Laurin Rinder - Fotolia.com
Mon précédent article sur l'Infidélité aux Antilles, m'a valu quelques retours acérés d'hommes antillais qui fustigeaient ma vision, soi-disant, erronée de l'infidélité. Je le redis ce n'était qu'un avis personnel et général ne prenant pas en compte les cas par cas et l'individualité de chacun. Néanmoins, j'assume totalement mes propos.
 
Je tiens à la parité en toute situation et j'avais tenu à préciser un "détail" de haute importance: l'homme n'était pas l'unique responsable de ses infidélités plus ou moins récurrentes. Comme dirait l'adage: L'homme propose, la femme dispose.
 
Le paragraphe suivant [...] Les femmes ont aussi le vice dans leurs veines ! Nombreuses sont celles qui s'enorgueillissent d'une victoire écrasante quand elles parviennent à "emprunter" le mari d'une autre. Un homme marié a un sex-appeal bien supérieur à un homme célibataire, il semblerait. Mais ici, c'est un autre débat! [...] avait éveillé la curiosité des lecteurs.
 
Qui sont ces femmes en question ? Des femmes de l'ombre aux profils variés, voire opposés. Les fameuses maîtresses ne correspondent pas toujours au cliché de la faible femme transi d'amour pour un homme marié, pris au piège de ses propres sentiments. Oubliant toute dignité au passage et se contentant d'être l'éternelle seconde. La femme a gagné son indépendance personnelle, professionnelle et financière au fil des ans, la maîtresse aussi !
 
Les fameuses maîtresses d'hommes mariés peuvent revêtir différentes apparences, qu'il serait trop long à lister ici. D'ailleurs, une liste est-elle réalisable tant l'histoire de tout un chacun ne ressemble à aucune autre ? Je choisirais de me concentrer sur un profil précis de maîtresse, que je nommerais "l'experte briseuse de foyer".
 
On perçoit souvent la maîtresse comme une briseuse de couple insensible, mais qui paradoxalement manque de confiance en elle. Elle semble souffrir d'une faible estime de soi et d'un sentiment d'infériorité. Sinon, comment expliquer le fait que ces femmes de l'ombre acceptent de ne recevoir que les miettes et de ne jamais être une priorité pour l'homme qu'elles "aiment" ?
 
Je dirais que ce constat est plausible, mais l'inverse peut tout aussi être vrai! La femme dans toute sa complexité ! Essayons de creuser plus profondément, pour revenir à l'éducation familiale locale. J'avais abordé le statut d'enfant-roi des mâles, destiné à devenir des coqs de basse-cour, des HOMMES, avec une destinée très égocentrique. À l'inverse, le statut des femelles était moins enviable, car souvent destiné à être rapidement bonne à marier et devenir une poule pondeuse pour être bien vu des allocations familiales. Ne me jetez pas la pierre, je reste consciente qu'il existe beaucoup d'autres destinées, plus enviables pour nous les femmes antillaises. Néanmoins ce constat, reste toujours malheureusement valable pour encore de trop nombreuses familles. Ne dites pas le contraire !
 
Ces fameuses femelles ont longtemps courbé l'échine, face à une destinée toute tracée. Mais comme toute nouvelle génération, les mœurs changent et la rébellion gronde ! Si les maîtresses ont longtemps été de faibles femmes prisonnières de leur dépendance et de leur sentiment face à un homme marié manipulateur.... elles ont aussi appris à prendre le pouvoir et devenir aussi maîtresse à bord !
 
Les femmes de l'ombre, les "maîtresses", notamment ces expertes briseuses de foyer, sont de plus en plus rarement les victimes plus ou moins consentantes de leurs amants au statut d'homme marié. Elles ont acquis un pouvoir de séduction dévastateur, savamment étudié, pour faire plier les hormones des mâles face à leurs exigences diverses et variées.
 
Pourquoi optent-elles, bien souvent, pour des hommes mariés ? Par égocentrisme exacerbé, en premier lieu et pour les mêmes raisons qui poussent les hommes à fauter dans le dos de leur officielle: le pouvoir et le contrôle sur autrui ! "Emprunter" l'homme d'une autre, dope leur sex-appeal et leur statut de "femme puissante" capable d'envoûter avec une cruelle facilité. Elles piétinent l'image pathétique des "épouses au foyer, bonne qu'à s'occuper des enfants". Elles, femmes fatales, prendront en charge, l'aspect passionnel et sexuel des besoins de monsieur avec des échanges de bons procédés à la clé. Il ne s'agit pas forcément de besoin matériel, la maîtresse est souvent indépendante et gagne sa vie elle-même.
 
Néanmoins, détrompez-vous la maîtresse briseuse de ménage, ne cherche pas forcément à entraîner son homme sur la route du divorce pour l'avoir tout à elle. Elle tient à sa liberté et à son statut, qu'elle revendique haut et fort. D'ailleurs, elles préfèrent s'attaquer à d'autres proies, quand la précédente est totalement à sa merci et ne présente plus beaucoup d'intérêt. Mais elle se sent rarement coupable des dégâts occasionnés sur le ménage de son amant. Car c'est cela la faille de la maîtresse briseuse de ménage, elle est incapable de discrétion. Un besoin d'agir aux vues et au sût de tous, pour le plaisir de transgresser les interdits et accentuer son pouvoir sur l'autre. Ce type de maîtresse ne supporte pas l'ombre, mais préfère la lumière. La cocufiée doit savoir qu'elle existe. D'ailleurs n'est-ce pas là le but de la manœuvre ?
 
Un conflit ouvert entre la sage épouse au foyer dépendante contre la maîtresse qui elle à osé dire non à une destinée de soumission ? À méditer !
 


Marie-catherine IDEL
Je suis auteure de romans, nouvelles et livres jeunesse. J’utilise ma plume en tant que... En savoir plus sur cet auteur


Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Je télécharge le Mag' PDF

Installez


Les + lus

Facebook
Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF