Connectez-vous S'inscrire

Le chik… c'est pas chic !


Par | Le 12 Juillet 2014 | 0 commentaire(s)




© patrylamantia - Fotolia.com
© patrylamantia - Fotolia.com
À la date à laquelle je vous livre ce témoignage, je ne révèle en fait rien qui ne soit pas connu de tous, qui n'ait été éprouvé directement ou indirectement par tous : quel foyer n'a pas été touché, quel service ne montre pas un absentéisme important, quel bulletin de nouvelles, ou émission spéciale, ou documentaire qui n'auraient été accaparés par les interventions de ces Messieurs et Mesdames des institutions qui disent quoi encore… je ne sais même plus… et personne ne semble savoir… du moins peut-être qu'on ne nous dit pas ce qui ne peut être répété… au fait, sauraient-ils plus s'ils l'attrapaient eux-mêmes… peut-être bien… peut-être pas !?!

Nous l'avons tant de fois bien ou mal écrit, bien ou mal prononcé, vociféré sûrement : le ChikDeLeurMerde comme je l'appelle (accordez-moi ce brin de trivialité !)… plus communément connu sous l'appellation africainement savante de CHIKUNGUNYA (il semblerait que la Tanzanie fut son premier terrain de prédilection, et ça remonte à 1952 paraît-il et… on en est encore là, en 2014 ?!?…).

Depuis le début de cette pandémie, voilà comme relégué à plus loin, à plus tard tout ce qui faisait l'actualité, tout ce qui faisait les conversations et préoccupations de tout un chacun au quotidien : la crise, le chômage, les scandales divers, le coût de la vie, les vacances à organiser, les célébrations religieuses et mariages… les succès aux examens n'auront sûrement pas la même tonalité festive des autres années.
 

LE CHIK ET MOI
Ce que je sais, c'est que je suis de ceux, individus dits actifs qui sont allés se coucher un soir, en pleine forme et qui le lendemain et SANS ALERTE AUCUNE, se sont levés, excusez-moi réveillés invalides, comme un crabe sur les pattes duquel on aurait marché. Plus d'un parlent de la sensation exacte d'un bulldozer qui leur serait passé sur TOUT le corps (qu'en savent-ils : ils ne seraient pas là pour le dire - ahahah !) Sans rigoler, c'est tout dire comment la douleur, les douleurs sont extrêmes, entêtantes, bizarres, envahissantes et surtout non vraiment narrables : tout kô-la pri… ou pa sav si sé zo-aw ou si sé miskl-aw… ou sav kè ou pri… kè sa rivèw… é ke pipi-a-lè-matin touprè météw adan an sitiyation rontèz pou an granmoun… ou ka pran pliziè balan avan ou rivé soti an kouch-la… mè zanmi, mi zafè mi… ou ka santi ou pa ayen, ou pa moun ankô !

Donc si je me souviens bien (ça remonte à 2 mois environ)… ah oui j'ai des souvenirs en live-différé puisque Chik est un harceleur, pa ka lagé, i asimwen ankô sé joula-sa… l'histoire que je ne l'oublie pas, peut être !?! Pour parler des symptômes, je suis sûre du premier signe et le reste c'est pangal. Chacun semble raconter les étapes de l'apparition de ces symptômes à sa façon. Ce qui nous unit : c'est qu'en final de compte : même dans un ordre différent… on aura tous reçu le package dans sa totalité !

Mi kirièl-la, mi foto a chikungunya-la :
- douleurs aigues et blocages articulaires
- forte fièvre
- manque d'appétit (sé yenki fri é légim kri mwen tépé manjé)
- douleurs et raideur à la nuque et dans les épaules
- douleurs et faiblesses à la main (c'est tout juste si vous pouvez tenir un verre… ce n'est pas le moment de vouloir dévisser une bouteille, porter votre ordinateur portable, vous coiffer, vous savonner… mé zanmi, mwen pranfè !)
- sensations bizarres au niveau physique, mental même (sé anchiyen ou anchiyen…)
- envie de pleurer, amorces de dépression pour certains
- éruptions cutanées (plaques…)
- hématomes dans le bas des jambes
- chevilles enflées dont une bien boursouflée
- sensations d'être comme un bibendom boscaf : paupières enflées (dènié bitin ou vlé, sè météw douvan an miroi)
- yeux douloureux au toucher

 
© michaeljung - Fotolia.com
© michaeljung - Fotolia.com

MA THERAPIE
Donc j'ai littéralement "varé" le sachet de CHLORURE DE MAGNESIUM qu'une amie positivement intentionnée et fraîchement débarquée de France - La France, Mère-Patrie, fournisseur exclusif apparemment puisqu'ici on est en rupture de stock éternelle - est venue me livrer à domicile au pipirit chantant. Ce fameux chlorure de magnésium - autant recommandé que décrié par certaines personnes-qui-ont-une-certaine-autorité - que prenaient pourtant nos grands-parents en cures !). Ma posologie à moi : 1 sachet versé DANS UNE BOUTEILLE EN VERRE et que j'ai bu sur 3 jours (chouboulement assuré des boyaux certes mais libérrrrration à tous les points de vue. Un karcher thérapeutique en profondeur, je dirais (je comprends qu'il faille utiliser ce produit avec précaution). À propos, voilà des courses "sexy" à faire faire en France.

Sans oublier : le fameux complexe "CUIVRE+OR+ARGENT" et  les CH HOMEOPATHIQUES prescrits par tout bon médecin traitant digne de ce nom.

Autre truc de rêvvvvve ! Ne cesser de masser avec insistance tout le corps avec ALOE HEAT LOTION (bande rouge) de chez FOREVER (pas vendu en pharmacie : il faut donc passer par un revendeur) : après une seule nuit, mwen té nèf- nèf dès le lendemain, doubout oka, ayant retrouvé un genre de prestance, de normalité dans la posture générale, de "rectilignité" dans la démarche… sé sa ki fè mwen vin an moun ankô! MERCI MERCI BAS !

Pour calmer mon éruption cutanée et démangeaisons dans la partie haute du corps : ALOE PROPOLIS CREME (bande orange) de chez FOREVER couplé avec UN ANTIHISTAMINIQUE.

Pour le bas des jambes en feu (problèmes veineux) et les pieds gonflés et endoloris : les BAS DE CONTENTION (tout juste couleur chair - hum ! yo poko opwen pou koulè kako-la) portés toute la journée et les pieds relevés la nuit (sans bas) : tout fut réglé en 2 jours. Pour les "chausser" avec des mains endolories : bon courage ! J'ai aussi pris un TRAITEMENT POUR JAMBES LOURDES (ampoules).

Et le sacro-saint VIRAPIC pour se refaire un bouclier immunitaire. Merci à jamais LES RIMED RAZIE BOCAZ et leurs gardiens. Oui, nommons-le, parlons de leurs actions : Henri JOSEPH et son équipe et ses recherches (TRAMIL)… et toutes les personnes connues ou inconnues qui ont compris avant nous. Rejoignons-les dans leur combat. Saki tannou ! Saki bon pounou !

Monsieur DOLIPRANE vous voilà "favori" de loin dans le camp des fournisseurs allopathiques. Ils ne jurent que par vous. Guilingue, guilingue an poch-aw, frè !!! Zafè aw bon avè Chik-la !

Ah oui, toujours rester "véyatif" : plus de deux mois après, me voilà assaillie par des douleurs résiduelles. Certaines personnes officiellement bien informées semblent annoncer que cela peut parfois durer 3 à 5 ans. Annou goumé… nou pépa lésé sa fèt… Fopa an zing a Chik-la resté an kô annou ! Tenez, je viens d'ingurgiter (avec grande grimace) la mixture faite de feuilles de papaye concassées. Voyons-voir si je serai soulagée ?!?

Evidence même : se vêtir sans modération de VETEMENTS BLANCS OU DE COULEURS CLAIRES… de MANCHES LONGUES et… couvrir au maximum son corps en soirée (et surtout quand on est en pleine crise).

ETRE JOUR ET NUIT A L'AFFUT DE L'ANIMAL, aller et venir en-dedans et en-dehors de nos lieux de vie et de travail… avec LA RAQUETTE grillante, déchiqueteuse et donc réel exutoire (préférer le rechargement électrique et non par piles) ! Exploser sans pitié tout élément volant identifié (ou pas) : plus question de les chasser d'un geste de la main, il faut les réduire à jamais en résidus carbonisés ; réduire leur ADN à zéro !

Et dès que je suis piquée et même en prévention - je badigeonne la zone avec de préférence du BAUME VEGEBOM, ou du citron, ou du vinaigre. Parano non - je ne peux plus les voir, ni les sentir ! Ah oui, les bèbètes rafolent de la bonne odeur de nos produits cosmétiques et donc de nos eaux de toilettes et parfums… ! Yoni gou !

Ah oui : s'il ne s'agissait que de moi, à-bas les tortillons et autres insecticides et répulsifs diffuseurs d'odeurs entêtantes et de produits chimiques qui finiront bien par gravement intoxiquer poumons et nez et cerveau et yeux… Entre nous, ces produits ne servent qu'à repousser les moustiques et en tuer que quelques-uns… 

Et j'ai beaucoup BU DE L'EAU : était-ce réellement salutaire ou était-ce juste la bonne sensation et conviction de me laver de cet empoisonnement en l'éliminant ?!?

J'allais oublier de vous citer une des mes parades les plus puissantes : j'ai mis en branle une méga dose de POSITIVITE, de RESISTANCE MENTALE au virus… en refusant notamment de garder le lit (PS : je suis solo-entrepreneur et travaillait diektement à cette période sur un gros projet - je n'ai point eu le choix que de doubout o ka dans mon corps et dans mon esprit !)


EN GUISE DE CONCLUSION
Adoptons les rimèd razié avec justesse, mesure, discernement, respect. Prenons conseil auprès des vrais-bons connaisseurs et utilisateurs qui-n'ont-pas-attendu-avant-hier-pour-s'y-mettre ! An plis apa pas i natirel kè fo nou pa mèzirey. Chimy natirel sé toujou chimi, mèm si sé ta Bondiyé ! 

Annou soti adan malfouti lasa, sa kipa tannou, sa kipa bon pou nou, sa noupa konèt adan nan-nan ay, annou pa kwè toutmoun, toutbitin !!! En avant pour la révolution verte, le geste citoyen-acteur ! Let's mind our own biiizness !
 
Tenez, il y a quelques jours, à la télé : nous avons été priés de ne pas relayer les rumeurs urbaines et donc de croire qu'il s'agit bien et essentiellement d'une "pathologie virale transmise par un insecte", qui est le moustique. Donc malparlants et déchoukè d'informations : halte-la (Rires !), pa vin mélanjé léta fransè é sa ki konèt ! Kazot konèt ?!? (hum !)

Ici s'arrête MON HISTOIRE ! Que chacun fasse ce qui lui va ! Faisons surtout la part des choses entre les mille et un conseils et recettes de X et Z. Au combat ! Vigilance soutenue ! 
 


Une experte de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Je télécharge le Mag' PDF

Installez


Les + lus

Facebook
Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF