Connectez-vous S'inscrire

La douleur : une approche multifactorielle


Par Gisèle Frenette | Le 9 Août 2014 | 0 commentaire(s)




© Artem Furman - Fotolia.com
© Artem Furman - Fotolia.com
Tout le monde sait ce qu’est la douleur; elle existe depuis les temps les plus reculés. L’histoire ancienne nous fait part de rituels pour extirper le « mal » que l’on associait souvent à un sortilège malfaisant, de purifications, d’incantations et de saignées. Les infusions à base de plantes alors utilisées furent d’ailleurs un premier pas vers notre pharmacopée actuelle.
 
La douleur est un signe certain d’une réaction inflammatoire à quelque part dans le corps. C’est sa façon de nous prévenir d’un déséquilibre interne. De nos jours, la douleur mène trop souvent à une surconsommation d’analgésiques, qui à long terme, peut s’avérer dommageable à la santé. Le traitement de la douleur doit avant tout s’intéresser à la cause de l’inflammation. Un bilan médical complet est nécessaire afin de cibler la source du problème, mais lorsque la douleur devient chronique, qu’elle interfère avec la vie de tous les jours, il est plus que temps d’instaurer des changements à son mode de vie.
 
Les allergies et les intolérances alimentaires
Quand le corps est confronté à un allergène, le système immunitaire réagit immédiatement en produisant des anticorps. La réaction allergique entraîne une réponse inflammatoire qui cible les organes et les tissus. Les symptômes de l’intolérance ou d’hypersensibilité alimentaire sont plus insidieux et peuvent apparaître quelques jours après l’ingestion de l’aliment fautif. En fait, la réponse du corps face à cet irritant pourrait se comparer à un empoisonnement progressif. Il est parfois difficile de faire le lien entre les maux chroniques dont on souffre et l’alimentation, mais la clé de la guérison s’y trouve souvent.
 
L’acidité systémique
L‘équilibre acido-basique est l’équilibre entre les substances acides et les substances alcalines dans le corps. Notre corps tend naturellement vers l’acidité et, malheureusement, nos habitudes de vie l’encouragent en ce sens : aliments aux résidus acides (malbouffe), carence en minéraux, stress, surmenage, émotions négatives ou mal gérées, manque d’oxygène, sédentarité, prise de médicaments, tabagisme, déshydratation. Tous ces facteurs engendrent un excès d’acidité dans le sang, une surcharge de toxines dans le corps et l’encrassement de l’organisme qui mènent à leur tour aux symptômes physiques et psychiques causés par l’inflammation chronique sous-jacente. L’inflammation peut s’attaquer à n’importe quel organe ou tissu du corps causant immanquablement une douleur d’une plus ou moins grande intensité selon l’étendue des dommages en place.
 
Des bandelettes réactives disponibles en pharmacie sont utilisées pour déterminer le pH urinaire qui devrait idéalement se situer entre 6,5 et 7,5. Les aliments acidifiants incluent le sucre, les viandes, les produits laitiers, le café, le sel. Une diète visant à rétablir l’équilibre acido-basique doit contenir 80% d’aliments alcalins dont une large part de légumes de toutes les couleurs, des fruits non-acides, du riz, des avocats, des pommes de terre, des amandes, etc. Notez que le citron, malgré son goût acidulé, devient basique au niveau de l’estomac et constitue un excellent breuvage alcalinisant.
 
La candidose systémique et les parasites
D’autres facteurs que l’on oublie souvent de prendre en considération sont la présence d’intrus dans l’organisme tels que le Candida albicans et les parasites. Ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’ils n’y sont pas! Les parasites peuvent causer une multitude de symptômes allant de la simple démangeaison anale au syndrome du côlon irritable jusqu’à l’anémie, les maux de tête et la douleur musculaire et articulaire. Les parasites excrètent des substances toxiques qui peuvent endommager la muqueuse intestinale et irriter les tissus du corps provoquant une réaction inflammatoire douloureuse dans l’organisme. 
 
La candidose est une prolifération pathogène exagérée de la levure Candida albicans dans le corps. En temps normal, elle est présente en petite quantité et vit en symbiose avec les autres micro-organismes. Une alimentation riche en sucre et en amidon, les antibiotiques, la pilule anovulante et les corticostéroïdes encouragent sa prolifération malsaine et préparent un terrain inflammatoire.
 
L’éradication de la douleur doit nécessairement passer par l’élimination des facteurs inflammatoires mentionnés, ainsi que d’autres tels que la déshydratation, la présence de métaux lourds, le manque d’enzymes digestives et la carence en vitamines et minéraux.
 
 
Références :
Gisèle Frenette, Comment soulager la douleur, Édimag, 2011.
Gisèle Frenette, Tout sur la santé de l’intestin, Québec-Livres, 2012.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF