Connectez-vous S'inscrire

Je mise sur mon plus beau défaut


Par La Rédaction | Le 13 Août 2016 | 0 commentaire(s)


Vous êtes fière de vos qualités et vous voudriez oublier à jamais que vous avez des défauts (rabâchés par les autres), ça vous complexe même. Et si vous en tiriez profit !?



© terryleewhite
© terryleewhite
Bon ! Est-ce que ce qu'on croit être un trait de caractère négatif de sa personnalité à gommer (de toute urgence) ne peut-il pas être cultivé pour devenir un allié et non un obstacle ? Décryptage. Que ce soit pour se marrer, vérifier ce que vous savez déjà : « eh oui, c'est bien moi ! », vous découvrirez une autre facette de votre « défaut ».

Vous êtes autoritaire
On vous reproche d'être une leader née, ce n'est pas de votre faute si vous avez de l'assurance, par contre penser que vous avez toujours raison est vite déstabilisant, lassant et peut devenir un handicap à la longue.
L'atout : utilisez cette manie de dire vos désirs à bon escient, c'est une ressource pour votre carrière (si elle est bien exploitée), bien sûr sans ce côté petit chef tyrannique (même si vous ne supportez pas la contradiction). L'écoute (plutôt que ne de parler que de vous), vous pouvez entendre les doléances des autres et petit à petit, apprendre à vous remettre en question, vous reconnaissez vos torts (ok dans votre for intérieur), ça ne fait pas de vous une faiblarde. Bon, on apprend aussi des autres, ne perdez pas de vue l'essentiel.

Vous êtes timide
On peut croire que vous manquez de caractère : « elle est effacée, rien à craindre ». On ne naît pas timide, ce sont les expériences de l'enfance qui font qu'on ne s'affirme pas et naissent des blocages, des peurs... qui se poursuivent à l'âge adulte.
L'atout : les grandes gueules vous connaissez, vous n'oserez jamais la confrontation, mais vous pouvez en profiter pour vous imposer tranquillement – défendre vos points de vue (même si on vous contredit) de manière subtile. Il existe des tas de manières plus efficaces que les coups de gueule pour obtenir ce que l'on veut. Au final, on ne vous verra pas arriver et ça c'est un avantage. À la longue, les dictateurs n'aboutissent à rien, en plus d'être très fatigants.

Vous êtes naïve
On vous surnomme la candide, mais c'est votre bouée de sauvetage face à la réalité du monde.
L'atout : ce dont on peut être sûre, c'est que vous n'avez pas d'idées préconçues et cela vous donne une avance.  Comment ? N'hésitez pas à vous lancer dans des projets qui vous tiennent à cœur, vous avez cette faculté de porter un regard neuf... Cependant, vous pouvez apprendre à l'orienter pour que ce soit un joker, les autres ne s'y attendant pas, mais vous développez d'autres perceptions : le réalisme, la perspicacité, celle d'être éclairée ni vue ni connue en continuant à vous émerveiller.

Vous êtes exubérante
On vous voit comme la fille qui ne tient pas en place, a toujours besoin de se manifester, de montrer qu'elle est là que ce soit en communiquant, en gesticulant... Ça peut exaspérer certains au point qu'on vous reproche d'être fofolle et même de ne pas être fiable, certes.
L'atout : transformer cette facilité, cette belle énergie qui vous permet de vous exprimer, d'être spontanée, de vous rapprocher des autres en un talent. Et comme tout talent, il faut le travailler. Apprenez à voir quand vous débordez, que vous fatiguez les autres pour faire une pause (débranchez-vous), réfléchissez... Mais il est primordial que vous alliez jusqu'au bout des choses.

Vous êtes égoïste
Vous avez un ego en béton armé et cela ne fait pas de mal. Mais si un zeste permet de prendre soin de soi, l'être trop peut nuire au fonctionnement avec l'entourage parce que faire preuve aussi d'empathie nous rend profondément humains.
L'atout : du coup, vous avez la largesse pour réussir (avoir des objectifs) tant sur le plan personnel que professionnel. En fait, c'est un bon moyen de permettre à ceux qui vous entourent (ceux qui donnent de leur personne tout le temps) de s’apercevoir qu'ils peuvent donner, mais sans se sacrifier (être un peu égoïste, pardi ! ).

Vous êtes une manipulatrice
« J'aime bien manipuler mon entourage ! ». Vous serez d'accord avec GK que la manipulation perverse, c'est déloyal !? Il est fondamental d'en faire la distinction, n'est-ce pas ? Sans vouloir vous culpabiliser, bref, le pervers narcissique n'en aura rien à foutre de nos bavardages.
L'atout : si votre comportement est loyal (gagnant-gagnant), cela ne fera pas de mal à l'autre. Et c'est une aubaine pour faire de bonnes actions : vous pouvez en profiter pour réunifier, aider les autres sans forcing si vous êtes celle que l'on sollicite pour régler les problèmes... à condition de toujours garder le côté bienveillant.

Vous êtes rigide
« Je suis comme je suis, c'est à prendre ou laisser », oui, les autres doivent vous accepter telle que vous êtes ; oui, l'obstination peut être rassurante, c'est votre protection face à la déception, à vos propres émotions (peur de l'abandon), vous gardez le contrôle. Mais attention !
L'atout : vous ne pliez pas face aux exigences des autres et cela peut être bénéfique si vous en faites bon usage. Cependant, cela ne coûte rien d'avoir la sagesse de changer ce qui peut l'être (oui pas tout). Progresser nécessite de douter aussi de son comportement, ses pensées... Laissez-vous la possibilité d'avoir aussi un bon rapport avec la tolérance, vous vous sentirez moins sous pression.

Êtes-vous ok !? GK arrête de tourner autour du pot et va droit au but, eh oui, chacun de nous peut finalement faire d'un manque, d'une imperfection... Une qualité d'Achille en travaillant un peu dessus.




Mieux-être


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF