Connectez-vous S'inscrire

J'ai zéro désir, ça vous pose un problème ?


Par La Rédaction | Le 9 Juillet 2016 | 0 commentaire(s)


Y en a marre de tous ces conseils sur le sexe dans le couple, non mais ! Actuellement, vous ne savez qu'une chose, que c'est le néant, que votre désir s'est fait la malle, vous n'en avez aucun, qu'on vous lâche un peu le minou.



© bst2012
© bst2012

GK va en prendre pour son grade, mais si on vous disait que le désir ça se réveille, ça s'entretient, ça se provoque, pas besoin d'être une bête de sexe pour s'épanouir sexuellement ! Est-ce qu'on dépasse les bornes ? Bref, GK est là pour ça, on lance l'alerte désir jamais apparu ou perdu, comment faire pour le voir (re) apparaitre ?

Eh oui, on vous balance des études avec des statistiques, qu'il faut faire l'amour 1 à 2 fois par semaine et à chaque fois que vous nous lisez, vous vous dites dans votre for intérieur : " Mouais, les rédactrices ont fumé la moquette ". Entre le travail, la fatigue, les responsabilités (les enfants), le train-train habituel en plus d'avoir un petit appétit sexuel, vous n'avez ni l'envie, ni la force de vous envoyer en l'air autant de fois. On le sait, ce n'est pas une science exacte, vous pouvez bien faire l'amour 2 fois une semaine, 1 fois l'autre semaine, 1 fois seulement le mois suivant (ne dites pas à votre chéri où vous l'avez lu, on risquerait de se faire un ennemi), peu importe le nombre de fois. Là, on vous parle de désir, de votre désir. C'est vrai que le sexe, ça peut ne pas être votre truc, que c'est secondaire dans votre vie. Mais saviez-vous que le corps enregistre les expériences, plus vous l'exciterez, plus vous ferez l'amour, plus votre désir décuplera.
Pourquoi faire autant de tapage sur le plaisir sexuel ? C'est parce qu'une femme sexuellement épanouie, c'est une femme – encore, encore plus – épanouie dans sa vie et que votre plaisir – comme celui de votre partenaire – est plus que légitime.

AIMER SON MINOU

Si vous pensiez être la seule femme à avoir une libido quasi-inexistante, non madame, même si vous êtes unique, la libido est une machine qui demande à être bien huilée. Selon une étude de l'IFOP, 53 % des femmes sont victimes d'un manque de désir. Trois facteurs compliquent le rapport des femmes avec leur sexualité : le facteur hormonal, psychologique, et environnemental.
La libido, c'est du désir et cette pulsion sexuelle est un mélange de choses : sur le plan biologique, la sécrétion d'hormones, ces petites malignes font la pluie et le beau temps (ouf, avant l'ovulation, il y a les œstrogènes qui boostent la libido) ; le cerveau, " l'esprit " qui envoie des informations aux organes ce qui produit une réaction dans les comportements sexuels (donc des freins, par exemple les blessures/traumatismes, tabous/education de l'enfance, le vécu négatif peuvent entraver le mécanisme). Le corps, le rapport que vous entretenez avec lui est primordial parce que ne pas l'aimer est aussi un obstacle. Mais surtout comme GK vous le disait plus haut, le corps a une mémoire, plus vous vivrez de bonnes expériences sexuelles, plus inconsciemment vous aurez envie de réitérer l'expérience, à coup sûr votre minou chauffera, vibrera et réclamera du plaisir. 
L'une des bases pour un désir éveillé, c'est la curiosité, être curieuse de soi : " Qu'est-ce que j'aime ? ", " Comment mon corps réagirait si je tentais cela ? ". Des recherches prouvent que 80 % des femmes qui stimulent leur clitoris (clitoridienne) atteignent plus facilement l'orgasme. Euh, c'est vrai que ce n'est pas une obligation d'avoir un orgasme à tous les coups, mais être bien avec sa sexualité, être actrice et non-spectatrice, s'ouvrir à son plaisir... C'est top ! Qui a dit que vous devez être une illettrée de votre corps, de votre plaisir à vous ?

L'AUTRE, QUOI L'AUTRE ?

On peut aimer son partenaire et que les alchimies sexuelles ont du mal à s'unifier. Ce n'est pas gagné d'avance, chaque femme est unique et complexe face à sa sexualité. 
Erika nous raconte : " J'ai eu quelques relations et le sexe n'avait rien de transcendant. J'ai toujours pensé que ça venait de moi, mais une rencontre a changé la donne, j'ai vraiment connu le plaisir à deux, c'était fusionnel, je me sentais libre d'exprimer ma sexualité. Aujourd'hui, je sais que ça ne venait pas que de moi."

S'il est vrai que l'absence de désir vient souvent de soi, donc à régler par soi-même, il n'est pas rare que la connexion avec l'autre soit en panne. Beaucoup de femmes ne l'avouent pas, mais elles n'ont pas forcément de désir sexuel pour leur partenaire même si elles sont amoureuses. Et c'est sans compter sur une mauvaise cohésion avec l'autre parce qu'il ne sait pas s'y prendre (les embrassades, les caresses, la pénétration). Par exemple : 1/ On préfère une pénétration qui ne s'éternise pas tandis que lui si. 2/ Il aime octroyer un cunni, mais l'explosion n'est pas au rendez-vous. 3/ Il caresse mal les seins ou le clito, au point que tout cela irrite. Personne ne connaît parfaitement les attentes ou envies de l'autre. Et très peu de femmes ont le courage de dire ce qu'elles aiment – elles s'autocensurent – si elles le savent elles-mêmes, d'où la nécessité d'apprendre à connaitre son corps, ses désirs, et non évoluer que sur le plaisir du partenaire, de sa satisfaction. 
Houlà bravo, vous êtes une amante merveilleuse (il n'ira pas voir ailleurs, c'est à voir), mais c'est souvent au détriment de votre propre désir. Et le vôtre de plaisir dans ce tête-à-tête ? Pour éviter les frustrations, les simulations à outrance qui découlent en une absence de libido, les solutions sont d'écouter son désir, ses sensations, de savoir ce qui vous plaît (donc vous déplaît et en parler), d'être curieuse de votre corps (en solitaire) pour mieux vous épanouir.

Or qu'en est-il si c'est le cas contraire, vous voudriez bien réveiller votre désir, mais votre partenaire est aux abonnés absents. Eh oui, les hommes aussi ont leur petite panne de libido, difficultés avec leur sexualité (problèmes de santé, professionnels, fatigue, inquiétudes... ). Alors mettez une dose d'aphrodisiaque dans vos vies (aliments, surprises/spontanéité, massages, jeux érotiques [qui vous tentent], etc.), rien ne vous interdit d'être celle qui est demandeuse. Des femmes se sont battues pour votre liberté sexuelle.

Personne n'est obligé de faire comme les copines, même si vous avez une ou des amies qui ont un gros appétit et évoquent leurs performances, assumez-vous ! N'empêche, si vous voulez, vous pouvez vous libérer, vous délivrer et faire la paix avec votre sexualité.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF