Connectez-vous S'inscrire

Glwadys Phéron : Miss Beauté Noire Guadeloupe


Par | Le 10 Mai 2014 | Lu 1416 fois


Crédit photo : Eric CORBEL
Crédit photo : Eric CORBEL
Question incontournable à une Miss : rêve de petite fille, coup de tête, défi personnel... ou quelqu'un t'a inscrite à ce concours ?
Glwadys Phéron : Participer à ce concours a été un véritable défi personnel pour travailler la confiance en moi, dépasser ma timidité et affirmer davantage ma personnalité. Une sorte de challenge à relever. Et il faut le dire, aussi un rêve de petite fille : pouvoir participer à une élection de Miss et de surcroît la remporter : là je vis mon rêve en live et de façon optimum. Du moins la grande et belle aventure commence : un an pour embrasser ce rôle !

Pour que nos webzinautes te connaissent autrement, quelles sont tes préférences : Twitter ou Facebook, IPhone ou IPad, jus de groseille ou limonade ordinaire, bokit ou hamburger, e-book ou livre version papier, bain à la rivière ou à la plage, aile ou hublot, patate douce ou pomme de terre ?
GP : Puisqu'il faut choisir, je répondrais : facebook, iphone, jus de groseille (fait maison c'est encore mieux), bokit, livre version papier, plage (notamment le sacro-saint camping familial à Pâques), hublot, patate douce. Mais, je ne suis pas exclusive et aime varier les plaisirs. Cependant, globalement j'essaie de toujours privilégier les produits locaux (alimentation, beauté, mode…). Sinon au-delà de veiller à faire plaisir à mon miroir (devant lequel je ne passe point tout mon temps - Rires) et au delà de veiller à rester digne de tout le bon soin que mes parents ont mis à me faire (Rires) … mon sport favori est le football que je pratique réellement… Je fais de la danse et du chant (oui, je suis de celles qui chantent en conduisant et à tue-tête sous la douche - Rires). Et presque le plus important pour moi : je suis étudiante en Master 2 : Métier du conseil et de l'encadrement, je me destine à la carrière de Conseillère principale d'éducation en collèges et lycées.

En quoi ta préparation de Miss a changé ton quotidien et quel est l'enseignement reçu qui a le plus positivement impacté ta présentation sur scène ?
GP : Cette préparation m'a permis de mieux organiser mon temps, d'être plus rigoureuse et patiente. Car pendant 3 semaines, j'ai dû mener de front les études, le sport et cette préparation qui a été intensive. Au niveau relationnel, j'ai de façon significative renforcé les liens avec mes proches. Un réseau hautement relayé par l'électronique a été créé autour de ma candidature : top impact. Pour me donner un maximum de chances de gagner, j'ai fédéré et osé solliciter tous les talents dans ma famille, parmi mes amis, dans leurs réseaux, etc. Et dès que ma candidature fut confirmée, je me suis vue proposer de l'aide de tout un chacun : contributions de toutes natures, bénévoles et spontanées. Une chaîne de solidarité, une synergie s'est réellement mise en place autour de moi. Définitivement une belle expérience à tous les niveaux pour moi comme pour tous je suppose !

Du jour où tu t'es inscrite jusqu'à ton sacre : qu'est-ce que tu as aimé "un peu", "beaucoup", "passionnément", "à la folie", "pas du tout" ?
GP : UN PEU : le jour du casting : le stress de ne pas être retenue parmi les finalistes m'a envahie
BEAUCOUP : les essayages des différentes tenues ainsi que les séances de mise en beauté
PASSIONNEMENT : conceptualiser et présenter sur scène mon thème "Amazone"avec ma team
A LA FOLIE : partager des moments avec les autres candidates notamment le parcours sportif du Tapeur à Petit Bourg avec ses tyroliennes ou encore la journée de détente et de sport à l’Hôtel Fleur d'Epée à Gosier.
PAS DU TOUT : l'attente lors de l'annonce des résultats (certes toutes les candidates diront la même chose). J'étais pétrifiée et traversée par des pensées et visions qui allaient dans tous les sens (mais si tu… mais non… mais si…) et mêlée à une overdose d'impatience car je ne cessais de me dire que si près du sacre de l'une de nous, il était temps que les résultats soient proclamés. Sa ki fèt fèt. Je ne pense pas qu'une seule de nous était bien vaillante sur ces jambes. Je dirais que cette expérience m'a fait cheminer à travers joies, doutes et contraintes que j'ai su finalement gérer avec beaucoup de positivité : j'ai su tirer le meilleur des situations les plus complexes…

Quel est l'aspect de ta préparation qui parce que si nouveau à assimiler, si dur à réaliser, si contraignant à entériner... à cassé ton moral, voire t'a fait penser à tout abandonner ?
GP : J'ai quand même vécu tous ces jours avec la crainte entêtante de ne pas réussir le jour-J qui me poussait des fois à réfléchir, voire remettre en question ma participation. Mais grâce à mon fort caractère tout de même et aux personnes qui m'entourent au quotidien, grâce à mon réseau élargi pour l'occasion, j'ai été continuellement remotivée, re-boostée, remise en axe (Rires) : cette élection était devenue leur affaire presqu'autant que la mienne : c'est incroyable ! Donc même si certains doutes m'ont envahie parfois face à tous ces challenges à relever, je savais aussi que je pouvais et devais aller au bout de mes engagements vis-à-vis de moi-même, de ma famille, de mes amis… et de l'organisation aussi.

Crédit photo : Eric CORBEL - Boucles d'oreilles by Andémik Création
Crédit photo : Eric CORBEL - Boucles d'oreilles by Andémik Création
Je me suis laissée dire que ta famille et tes amis sont extra-or-dinaires ! Combien de membres de ta famille ont contribué à ta préparation ? Combien étaient présents à la soirée d'élection...
GP : La famille est essentielle chez nous : nous ne ratons pas les occasions et les prétextes de nous réunir, de prendre des nouvelles de l'un et de l'autre, de fonctionner comme une personne… Donc évidemment pour cette élection, ma famille et amis ont été d'un soutien, d'un conseil, d'une considération, d'une confiance et d'une présence incommensurables dans chaque étape jusqu'à la victoire. Oui, je peux dire et suis fière de le clamer : sans eux, cette belle histoire aurait été une affaire impossible. D'ailleurs le jour-J, trois générations se sont déplacées, une bonne vingtaine de supporters autour du patriarche : mon Grand Père (89 ans bien portés) m'a honorée de sa présence, avec sa compagne mais aussi ses enfants et ses petits enfants (du moins ceux qui ont pu être réellement là).  Les absents n'ont pas brillé par leur absence car ils étaient tout aussi présents de leurs coins de France, Navarre, Allemagne, Gabon... par leurs pensées, leurs incessants textos, emails, appels, "j'aime", messages. En résultat, je peux dire que chacun a contribué d'une façon ou d'une autre à ma victoire dès le début de cette élection. Encore merci à MY TEAM. Pour ne citer que ces exemples : pour le thème "Amazone" (pour lequel j'ai décroché le 1er prix) j'ai été assistée par ma grande cousine Djuna  et ses amis danseurs (JLM, YJ et RM - ils se reconnaîtront). Une autre cousine, Dory (Dory Selesprika) a assuré pour le slam. Fabienne Dacalor (aka Kalyani) qui maquillait s'est trouvée être une cousine. Les bijoux en cuir que j'ai portés pour mon passage en maillot de bain sont la pure création de ma cousine germaine et designer Aurélie Songeons (LILY'S ORIGINAL CREATIONS). Et ma team était si volontaire et passionnée, que certaines candidates ont pu en profiter. MERCI à tous et chacun ! Zot ja konèt ! Nou ja konèt !

Dis-nous presque tout : qu'est-ce qui s'est passé dans ton cerveau, dans tes yeux, dans tes tripes... Dès lors que ton nom fut clamé ? As-tu réalisé tout de suite ou quel fut le déclic ? Quand tu t'es retrouvée avec toi-même, à quoi et à qui as-tu pensé ? Comment se réveille une Miss, le premier matin ?
GP : Ce qui s'est passé n'est pas réellement exprimable, c'est une sensation assez bizarre. La concurrence était belle et bien là jusqu'au bout, nous étions si proches l'une de l'autre… A la suite de la fameuse phrase "Miss Beauté Noire 2014 est…" et alors que je quittais la scène et rejoignais la maison familiale, j'ai pensé à tous ceux qui m'ont soutenue mais aussi aux autres candidates toutes aussi belles et méritantes les unes que les autres. Le réveil fut presque normal car il faut quand même atterrir… la vie continue… je reste la même dans ma nature intrinsèque, avec mes valeurs, avec mes rêves… avec mes obligations quotidiennes… tout en assumant pleinement le fait que je suis désormais pour une année, en mission spéciale : ambassadrice pour la Guadeloupe de la Beauté Noire !

Tu es une Miss au look afro et aux cheveux naturels : quelle est ta motivation à garder et entretenir ce look en toutes circonstances - même pour une élection de Miss. APYE BRAVO de la part de GirlyKréyòl en tous les cas. Au fait, as-tu subi des pressions, des commentaires... ou plutôt des félicitations et encouragements à poursuivre dans cette voie ?
GP : Avoir les cheveux naturels fait partie de ma personnalité, je ne peux m'imaginer autrement. C'est aussi là que je trouve ma force et ma personnalité. Et le fait d'avoir tenu à les garder naturels pour toutes les tenues que j'ai eues à porter pour ce concours de Miss est un choix que certains ont trouvé plutôt audacieux pour participer à un concours voire prétendre à une place de Dauphine et encore plus à la couronne. Autant que moi, tout mon entourage a assumé, appuyé et validé. Ils connaissent mon attachement, la valeur de ces cheveux naturels pour moi, combien j'en suis fière : ce n'est pas un style, c'est plus profond, je dirais même que c'est par principe que je les garde "roots". La moralité n'est-elle pas que les cheveux naturels peuvent rimer avec beauté et classe ? ou mieux que les cheveux naturels sont justement beauté et classe noires ! et qu'une candidate à un concours de beauté peut se présenter avec SES cheveux. Il ne faut point se faire d'illusion : yes c'est beau, yes c'est roots… mais yes aussi les garder naturels demande une bonne quantité de soins et d'astuces surtout quand on est une femme active comme je le suis !

À ce rôle d'ambassadrice de la Beauté Noire qui est le tien pour 2014 : qu'est-ce que toi Glwadys prévoit d'ajouter de tout personnel, de quelque peu original... Qui fait que l'on se souviendra de toi comme s'étant distinguée ?
GP : J'avoue ne pas avoir une réponse toute prête même si je n'ai manqué d'y penser, de tirer des plans sur la comète, de me projeter dans un rôle et un autre… S'il y a quelque chose dont je suis sûre comme ressource à exploiter dans ma mission de Miss c'est justement de mettre davantage l'accent sur l'intérêt et presque la nécessité de rester naturelle. Rester une femme noire authentique : ce n'est pas facile, le contexte et les influences sont là. J'aimerais pouvoir rappeler combien nos racines et nos origines, la maîtrise de notre histoire sont essentielles pour nous construire de manière logique, stable et durable. Et je souhaiterais pouvoir - pour poursuivre le thème que j'ai présenté - prouver que toute femme est une Amazone, a sa beauté, et qu'au delà de comment elle peut plaire, les gens doivent pouvoir apprécier sa personnalité, son intelligence, sa sensibilité, ses perspectives, les valeurs et principes qu'elle défend… Ma définition de "poto-mitan", c'est pouvoir tant que faire se peut, être pour son entourage, une sorte de lumière, une force, une source d'inspiration, une "porteuse de manoeuvres"… Etre une ambassadrice, c'est au-delà de nos frontières, pouvoir démontrer, convaincre, insuffler que notre Archipel de Guadeloupe mérite d'être plus qu'un point discret dans la mer, mérite d'être connu, appréhendé et apprécié à sa juste valeur et bien sûr… visité et recommandé pour toutes ses ressources, ses richesses, ses spécificités.

Me permettez-vous de conclure en disant merci à toutes et tous pour cette élection.



Une experte de la presse avec une expérience à l’International ! En savoir plus sur cet auteur


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF