Connectez-vous S'inscrire

Et si je parlais pour faire du bien à mon enfant


Par La Rédaction | Le 27 Août 2016 | 0 commentaire(s)


La tendance est d'apprendre aux enfants la communication non-violente pour des échanges bienveillants... Mais comment montrer l'exemple quand on est crevée, claquée... ? Parce qu'il faut avouer que ces garnements ont le chic de nous pousser à bout.



© Fotos 593
© Fotos 593
Tous les parents sont en conflit sur le mode d'éducation : comment agir ? Quoi dire ? Que faire ? Le psychologue Carl Gustav Jung a dit : « Les enfants sont éduqués parce que l'adulte est, et non par ses bavardages », donc, cessons le verbalisme, c'est simple les enfants imitent. Alors en s’initiant soi-même et en pratiquant l’éducation positive, ils apprendront naturellement y compris les enfants qui nous entourent. On ne cessera de le répéter que les mots sont puissants et que mal employés, ils peuvent être mal interprétés, pénalisants... Le livre de Paul Axtell « 10 phrases positives à dire aux enfants » peut aider à les aider.

En tant qu'enfant, les souvenirs les plus poignants qui reviennent en mémoire ou qui ont eu un impact sont toujours à la forme négative. « Pourquoi n’es-tu pas comme ta sœur ? », « Je ne voulais pas d'enfant, c'est à cause ton père », « Tu ne fais rien de bon ! ». Naturellement, on ne peut pas en vouloir à ses parents. Mais on fonctionne souvent par rapport à sa propre éducation, il est intéressant d'être conscient de la forme utilisée pour s'adresser à ses enfants. Et s'épargner de reproduire les mêmes schémas. Donc employons des phrases les plus bienveillantes possibles.

1. JE T'APPRÉCIE
On montre son amour en disant « je t'aime » à son enfant, cependant, il n'est pas exclu d’utiliser d'autres trois mots qui sont « je t’apprécie ». On confirme qu'on aime son attitude, ses qualités, l’individu à part entière qu'il est. En sachant qu'on peut formuler les deux. Idéal aussi pour le parent qui n'arrive pas à dire « je t'aime ».

2. TU APPRENDS RAPIDEMENT
Lui dire qu'on est conscient de ses progrès, le féliciter... On l'encourage pour qu'il ait une bonne image de lui-même. Cependant, il ne faut pas tomber dans l'excès.

3. MERCI
C'est l'un des piliers de la psychologie positive, lui apprendre la gratitude, remercier quand ça marche, remercier tout simplement et il acquiert ce sentiment dans le présent mais aussi pour le futur (relations sociales).

4. QUE DIRAIS-TU SI ON S’ENTENDAIT POUR… ?
« Je veux bien satisfaire tes attentes », mais on exprime aussi ses besoins et on lui demande de les prendre en compte. Coopération !

5. DIS-M'EN DAVANTAGE ?
On l'invite à s'exprimer, plus on l’écoutera sans arrière-pensées plus il aura envie de faire de même. Là encore, il aura un meilleur comportement vis-à-vis des autres, ses échanges seront plus dans l'écoute et l'expression que dans la confrontation.

6. LISONS ENSEMBLE
Le solliciter pour de la lecture, ça se traduit par une ouverture de l'apprentissage, de la connaissance, du goût de la lecture. C'est aussi un moment de partage entre parent et enfant.

7. NOUS FAISONS TOUS DES ERREURS
On l'aide à comprendre que faire des erreurs, c'est apprendre. C'est humain ! Il n'aura pas peur d'apprendre de ses erreurs et cela favorisa son auto-compassion. Il est bon de le lui rappeler, à force il saura que se tromper n'est pas une finalité qu'il n'aura qu'à recommencer. Et l'air de rien, il travaille l'estime de soi.

8. JE M’EXCUSE OU JE SUIS DÉSOLÉ...
Souvent, on entend les parents dire : « Je n'ai pas à m'excuser, c'est lui l'enfant et moi l'adulte ». Concrètement, comment peut-il s'excuser si en face l'adulte qui commet une erreur (phrase ou action blessante) ne le reconnaît pas ? En s'excusant, cela l'invitera à faire de même. Et c'est le premier pas pour réparer et éviter de créer des blessures d'enfance.

9. QU'EN PENSES-TU ?
Il comprendra mieux qu'on agit avec lui et non contre lui. Il se sentira valorisé. Cela permet de renouer le dialogue et d’aboutir à un consensus.

10. OUI
On s'exprime souvent en formulant le « non » pour ne pas se sentir trop permissif, mais on peut dire ce qui est envisageable et donc réalisable.

Aucun parent n'est jugé ou jugeable. Chaque parent fait de son mieux.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF