Connectez-vous S'inscrire

Érotisme : le slow sex


Par La Rédaction | Le 1 Août 2015 | 0 commentaire(s)


Si vous souhaitez enrichir votre couple au lit, le slow sex vous permettra de vous (re)inventer. Une autre façon de prendre le temps de s'aimer.



© rocketclips
© rocketclips
Le slow sex traduit bien l'intention, le sexe tendrement, lentement... Pour vivre cette expérience, les deux partenaires doivent s'abandonner, dévoiler leur sensibilité, afin d'explorer une intimité profonde et renforcer le plaisir. Si vous êtes amateur du sexe vite fait bien fait, ce sera compliqué mais cependant pas impossible.

SE RETROUVER
Le rythme de la vie ne doit pas obliger à tout faire vite, et même à ne rien faire du tout ! Une fois par semaine ou par mois (Oui, si vous n'êtes pas trop fatigué[e]), retrouvez-vous et réveillez vos 5 sens (l’ouïe, le goût, le toucher, l'odorat, la vue). C'est un bon moyen de (r)allumer ou de raviver la flamme.

SE PARLER
Avant de commencer, la première chose essentielle est de communiquer. Si les partenaires n'ont pas un minimum d'indications, comment réussiraient-ils leur slow sex ? Échangez, demandez-lui ce qu'il souhaiterait. Parlez de vos désirs : ce que vous aimez et ce que vous n'aimez pas. Vous êtes-vous déjà posé la question : « qu'est-ce que j'aime ? ». Il faut assumer ce dont on a envie ! Pas de gêne, ouvrez la boite de pandore (Eh oui, ce n'est pas si facile de se dévoiler).

La prise de Rdv : vous n'avez pas forcément envie au même moment (lui le matin, vous ?? – peut-être, après avoir vu votre acteur préféré à l'écran). Alors, le timing est très important ! Prenez rendez-vous (ça éveillera votre désir) ; annoncez-le avec un texto, au téléphone : « ça te dirait un slow sex, ce soir ? » ou face à face. Ce qui est important, c'est que ça doit vous faire plaisir à tous les deux !

La rencontre : veillez à ne pas être dérangés ; elle doit se faire en débranchant tout appareil susceptible de vous déranger y compris le cerveau (oui, celui qui lance des milliers de pensées chaque seconde, non merci !). Les enfants doivent être en vacances hors du foyer (le slow sex, c'est l'occasion de se lover dans toutes les pièces de la maison).

L'ambiance : vous pouvez allumer des bougies pour un éclairage tamisé, de l'encens ou des bougies parfumées à base de jasmin (et mettre des draps frais, voire neufs). La télé est éteinte, mettez de la musique en fond sonore, particulièrement une playlist qui vous rappellera de bons souvenirs avec doudou comme les slows américains ou du Zouk love des années 80-90.

EN PLEINE LUMIÈRE
Le complexe du corps pousse régulièrement à faire l'amour dans le noir. « Mon ventre n'est pas plat », « j'ai de la cellulite » ne sont pas recevables. C'est le moment de faire abstraction de tout cela. Et réciproquement, évitez les « chéri, tu n'as pas d'abdos ». (Entre-nous, si la vision d'un corps athlétique vous excite, poussez le gentiment à faire des abdos). Néanmoins, ne créez pas de malentendus, de barrières : zéro complexe, zéro barrière pour un 100% Slow Sex.

FAIRE DES PAUSES
Dans le slow sex, l'orgasme n'est pas le but final. L'homme n'a pas le rôle du performant et la femme de l'orgasme absolu, même si vous passez quelques heures, une journée portes closes à vous aimer. L'objectif c'est de donner et de recevoir. Pendant les pauses : vous pouvez regarder un film langoureux (pour augmenter la passion) ou lire un magazine, un livre érotique. Mangez des aliments aphrodisiaques comme le chocolat avec des morceaux d'ananas, de melon – pastèque... de la chantilly (pas de crainte pour les kilos) avec du champagne. Le goût et les odeurs peuvent exciter et booster le désir. Léchez une glace à deux. Faites des jeux de rôles, libérez votre créativité ! Toutes les activités pendant la pause se font ensemble.

ACTION
Vous avez décidé de commencer 24 ou 48 heures avant, excitez-vous avec des regards suggestifs sans vous toucher comme aux premiers jours de votre rencontre. Quand vous viviez cet amour platonique, seul un regard était la promesse d'une nuit folle.
Le jour J : commencez par les préliminaires : effleurements, murmures au creux de l'oreille ; étreintes : assis, restez enlacés quelques minutes dans les bras de l'autre pour éveiller la connexion. Regardez-vous dans les yeux. Écoutez vos respirations, sentez vos souffles. Embrassez-vous dans le cou.
Le cunnilingus, si vous n'aimez pas : montrez-lui comment vous aimeriez qu'il fasse (sans reproches, avec douceur). Pendant l'acte, massez-vous mutuellement. Les mouvements de coups de rein se font langoureusement, passionnels, doux (parlez-en).
Échangez des câlins. 15 minutes après, c'est la mi-temps (la pause). Ça parlera à votre chéri, s'il aime le foot, laissez lui le contrôle du match.

GK avait omis ces quelques exemples de pauses : faites-vous couler un bain chaud avec quelques huiles essentielles ou sous la douche, savonnez-vous mutuellement.
Après la pause, il recommence avec une cadence réduite (même si vous préférez que la pénétration soit rapide). Si vous avez mal, c'est l'occasion d'incorporer la pénétration à la fin (la douleur risquerait de vous crisper et rendre ce moment peu agréable).

A éviter pendant l'acte : ne dites rien qui pourrait soulever des non-dits ou blesser pendant ce slow sex « Chéri, tu es nul, c'est pas comme ça ». C'est maintenant que vous devez user de toute votre bienveillance. Libérez-vous et laissez l'autre se libérer. Écoutez vos cœurs battre à l'unisson. Prenez conscience l'un de l'autre.

L'AVANTAGE POUR LE COUPLE

Après quelques temps, la déconnexion peut se faire dans le couple, on s’emboîte sans s'investir dans l'échange émotionnel et sexuel. A mesure que le couple prend de l'age, la libido baisse (bien heureuse, si vous n’êtes pas concernée).

Rares sont les couples qui parlent librement de leurs désirs. Si c'est votre cas, vous n’êtes pas des extraterrestres, pas de panique ! Cependant, la routine en elle-même n'est pas un frein dans le sexe à deux. Les partenaires connaissent le chemin à emprunter pour arriver à destination (ce qui n'est pas désagréable en soi). Mais si vous souhaitez vous sentir en communion avec chéri(e) – si vous sentez qu'il manque quelque chose, avec le slow sex la connexion se recréera, vous relancerez la machine. En pratiquant le slow sex, chaque partenaire peut renouer avec l'autre.

GK vous parle fréquemment de la pleine conscience. Et dans le slow sex, cette pleine conscience vous pouvez la vivre à deux, intégrer votre partenaire dans ce mouvement – impossible de faire semblant quand il faut se regarder dans les yeux et prendre son temps. Garder l’étincelle dans le couple, ça s'apprend.
Et même si vous changiez de chéri(e), vous vivrez certes, les premières émotions d'une nouvelle relation.
Mais à la longue, le même cheminement se reproduira : baisse de désir, le train-train habituel... Il est important de se connaître et d'apprendre à connaître l'autre pour s'épanouir ensemble. ​

S'abandonner à l'autre n'est pas chose facile !




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF