Connectez-vous S'inscrire

Erika Lernot : "Je suis une voyageuse"


Par La Rédaction | Le 4 Janvier 2012 | Lu 2094 fois


Erika, pouvez-vous vous décrire en quelques mots ?

Je m'appelle Erika Lernot, j'ai 28 ans et je suis une "Voyageuse"...
 Erika Lernot : "Je suis une voyageuse"

Quel est votre parcours musical ?

J'ai un parcours musical assez varié, j'ai commencé par le Gospel, j'ai fait un peu de lyriques, j'ai même chanté à l'Opéra ! J'ai été choriste pendant plusieurs années, puis j'ai rencontré en 2004 la chanteuse de soul créole Inès " Bwa Bwa ". J'ai été choriste pour elle plusieurs années. 
 
Ça a été une formidable découverte, Inès a vraiment redéfini les contours de la créolité, en la mêlant aux musiques que nous écoutions à l'époque, Erykah BaduJill ScottD'Angelo, elle avait une longueur d'avance ! 
 
Grâce à Inès, j'ai fait la rencontre de mon guitariste et compositeur Siam Lee, qui composait aussi pour Erik. Voilà donc qu'en 2006, je faisais à la fois les choeurs pour Inès et Erik !
Avec Erik, toujours dans le même élan de métissage et de créolité, nous avons vraiment formé un groupe, une petite famille.
 
Siam et Manuel Mondésir (l'autre compositeur d'Erik) ont formé le label AWImusic, ont signé Erik ainsi que le père de Manuel, Edmond Mondésir, un pilier du bêlè martiniquais. Grâce à cela, j'ai eu la chance de faire de très nombreuses scènes et de voyager... 
Depuis petite, j'ai toujours rêvé de voyages et d'aventures, de vallées lointaines et de cultures ancestrales. Je m'en suis nourrie, de ces voyages, de ces rencontres, d'histoires et de contes pour écrire mes chansons, le tout avec l'aide de Siam Lee.

Quelles sont vos influences ?

Je suis enfant du métissage, j'aime autant le compas haitien de Coupé Cloué que la nu soul de Badu, les mornas de Mayra Andrade que le jazz caribéen de Carib II Jazz, les biguines de Malavoi aux desert blues de Tinariwen... Les influences sont multiples, l'Afrique, le Brésil, les Antilles, même l'Asie... Tout ce qui nourrit mon imaginaire m'influence et m'émeut un peu plus chaque jour.

Parlez nous de ce projet "Le Voyage" ?

Le projet "Le voyage", c'est une rencontre, un partage, non pas entre deux personnes, mais entre plusieurs cultures et musiques, qui ont parfois les mêmes racines, qui se chevauchent et se côtoient.
 
Dans mes morceaux, Siam Lee et moi-même avons mélangé guitares capverdiennes avec rythmes afrocaribéens, flûte peul avec mélodies soul... Je pense être, comme beaucoup de jeunes d'aujourd'hui issu d'un milieu aussi cosmopolite que Paris, que nos repères ne sont plus du toutes les mêmes qu'avant.
 
Je vis à Paris, je suis martiniquaise d'origine, j'ai des amis, de la famille en Guadeloupe, aux USA, j'ai vécu en Angleterre, mes amis sont capverdiens, bélinois, algériens ou cambodgiens, mes musiciens sont français, antillais, brésiliens, capverdiens... Et tout cela se mêle sans heurt et crée une nouvelle culture métissée.

La soul, c'est la musique de l'âme, est-ce que vous recherchez à toucher nos âmes ?

Cela aussi fait partie de mon voyage, mais c'est un voyage "spirituel "...  Le partage est une valeur qui se perd dans notre société de plus en plus individualiste, mais lorsqu'on voyage ou qu'on accueille un voyageur, c'est un pur instant de communion et de partage qu'on retrouve face à l'autre. C'est très important pour moi, et c'est cette émotion que je cherche à donner avec mes morceaux. J'aime et je m'inspire de beaucoup de choses, mais l'imaginaire du voyage m'a toujours ému.

Où avez-vous tourné le clip "Oyaya La joie" ?

Ce clip a été tourné au Cap-Vert, sur l'île de Boa Vista.
C'est un archipel que j'ai pu visiter longuement l'an passé avec mon sac à dos, et j'en suis tombée amoureuse. La générosité de la population, la beauté des lieux et la richesse de leur musique... En tournant ce clip à Boa Vista, j'ai voulu encore une fois partager tout le bonheur que m'a donné ce "petit pays" et rendre hommage aux personnes qui nous ont accueillis. J'en profite pour remercier à nouveau tous les habitants du village de Cabeça dos Tarafes !

Que souhaitez-vous pour la suite ?

La sortie de mon album aura lieu dans quelques mois... J'ai hâte de le sortir et de monter à nouveau sur scène !

Un dernier mot ?

Tout d'abord, merci à toute l'équipe de GirlyKréyol !
C'est une chance pour moi de pouvoir chanter et faire de la musique.
J'embrasse tous ceux qui m'entourent et me permettent de la faire vivre, Siam Lee et Manuel Mondésir (la famille), ainsi que les autres talentueux musiciens avec qui j'ai enregistré, Stéphane Castry, Régis Thérèse, Arnaud Dolmen, Olivier Juste, Jussi Paavola, Frantz Laurac, Dramane Dembélé, Justino Evora... Il y a aussi le groupe Milk Coffee and Sugar avec qui j'ai fait un featuring sur le morceau Lévé, et la slameuse Säb, qui nous a offert un merveilleux interlude tout en poésie... Ma seule envie, pouvoir partager tout cela avec vous !






Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF