Connectez-vous S'inscrire

Emilie Carbasa : Tamboo Bamboo


Par La Rédaction | Le 12 Août 2013 | Lu 1103 fois


Emilie Carbasa : Tamboo Bamboo
Vous êtes ?
Emilie Carbasa, créatrice de prêt-à-porter féminin, de la marque Tamboo Bamboo et chef d'entreprise depuis 2010.

Comment vous vous lancez dans l'entrepreneuriat ?
C'était une évidence ! Après des années en salariat dans le domaine du textile, j'ai occupé plusieurs postes à la fois différents et complémentaires. Ma constante envie de changement s'expliquait par cette soif d'apprendre et surtout de comprendre le fonctionnement particulier de ce domaine d'activité.
 
Après 12 années d'expérience, j'ai décidé de franchir le cap en me lançant dans ce parcours de création. Je pense que c'était le temps qu'il me fallait pour comprendre que c'était ma voie... J'avais assez de bagages et de confiance en moi pour commencer cette aventure ! Même si au final, j'en apprends encore tous les jours, que ce soit simplement sur mon métier ou sur les fonctions d'un chef d'entreprise...
 
Qui ou quoi vous a mis le pied à l'étrier ?
Je ne sais pas exactement ! Il n'y a pas de créateurs d'entreprise autour de moi. Quoi que... Dans ma famille, on a souvent parlé en rigolant de monter une affaire après avoir bricoler quelque chose de nous-même, organiser de super fêtes (rires) !
 J'ai le goût de l'aventure, de réussir des défis personnels, je ne supporte pas l'échec.
Et surtout, je n'arrivais pas à me projeter plusieurs années dans une même entreprise, ou à un même poste. J'ai horreur de la monotonie et la seule façon pour moi de sortir de ce schéma était de créer mon propre emploi. 
L'envie de faire plaisir aux autres aussi. Dans les boites pour lesquelles j'ai travaillé, le boulot était trop standardisé. Il fallait toujours se reporter aux tendances, ne pas prendre de risques en création, coller à un cahier des charges strict quitte à enlever des détails stylistiques intéressants...
 Aujourd'hui, j'ai plusieurs casquettes, et au final, c'est ce qui me plait, même si ce n'est pas de tout repos.

Est-ce qu'on peut réussir tout seul ?
Non. La volonté est certainement personnelle. Cette fibre entrepreneuriale, on l'a ou on ne l'a pas.
 Je reste convaincue qu'on ne peut pas réussir seul. Il y a toujours une rencontre décisive, le soutien des proches. Je suis seule aux commandes de ma société, mais j'ai du monde autour de moi et sans eux, je n'aurais pas réussi mon pari !
 
Faut-il faire des sacrifices pour réussir en tant que femme entrepreneur ?
Pour réussir en tant qu'entrepreneur, il y a souvent des sacrifices à faire. J'en ai fait et en fait encore.
Je ne pense pas en faire plus parce que je suis une femme.
Pour ma part, je trouve plus d'avantage à ce statut que lorsque j'occupais mes anciennes fonctions ! J'ai une autre forme de stress, mais je profite plus de la vie et de ma famille. Quand on aime ce que l'on fait, les moments difficiles se gèrent beaucoup mieux (sourire).
 
Pour vous, réussir est synonyme de ?
Fierté ! Regarder derrière soi et voir le chemin accompli malgré les embûches.
Mais je ne considère pas pour autant avoir réussi. J'ai encore beaucoup à faire pour atteindre mes objectifs, si tant est que je puisse les atteindre un jour, ils évoluent sans cesse (sourire).
 
Et le propre d'une entreprise à mon sens doit être le dépassement. Une entreprise ne doit pas stagner, mais continuer à grandir, se solidifier, pérenniser...
 
Comment percevez-vous votre entreprise dans 3 ans ?
En 2016... Autrement dit dans 6 collections (sourire).
J'ai évidemment une vision de mon entreprise à long terme et je travaille quotidiennement pour façonner cette image. J'avance aussi en fonction de la conjoncture et du marché du textile qui change énormément.
 
Il est facile de donner une vision de son entreprise dans X années, et c'est souvent ce que l'on attend d'un chef d'entreprise pour mesurer ses ambitions. J'ai mes objectifs, mais il est parfois inévitable pour perdurer de dévier sa trajectoire, reculer ou avancer ses échéances en fonction du marché et du contexte. Rebondir, s'adapter et sans cesse se remettre en question, c'est aussi la vie d'un entrepreneur !
 
Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui veut se lancer ?
Le 1er conseil que je donne souvent, c'est de savoir être patient. Nous sommes une génération impatiente. Les succès-story de «Capital», c'est pour une minorité. Une entreprise, ça se construit au mental et sur le long terme.
 
Un dernier mot ?
Pour résumer, la réussite d'une entreprise, c'est de la volonté, du temps... Mais aussi du soutien, et surtout de la part des consommateurs ! Il faut les satisfaire, leur procurer du plaisir et l'envie de vous suivre. Alors si vous aimez, soutenez, visitez, achetez Tamboo Bamboo.






Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF