Connectez-vous S'inscrire

Elodie Christophe : L'esprit de Cutysun


Par La Rédaction | Le 20 Juillet 2013 | Lu 825 fois

On a été sublimé par les couleurs, l'esprit de CUTYSUN. Des cartes décoratives et éducatives de la faune et la flore des Antilles (Chaque dessin est réalisé à la main et accompagné du nom du végétal en trois langues : français, anglais et créole) pour l'éveil des enfants. C'était l'occasion de découvrir sa créatrice Elodie.


Elodie Christophe : L'esprit de Cutysun
Vous êtes ?
Elodie Christophe, 29 ans, graphiste webdesigner, 1 conjoint et deux chats. J'ai ouvert  il y a un an le studio de création graphique High Design et dans la foulée, j'ai présenté et lancé le projet Cutysun, une ligne d'objets de décoration et de jeux pour les enfants et la famille, basée sur des thématiques antillaises.
 
Comment vous vous lancez dans l'entrepreneuriat ?
Disons que c'était une étape planifiée, ma profession me permettant de travailler à mon compte, j'avais conclu de passer 4 ou 5 ans dans une entreprise avant d'espérer monter la mienne. Après quelque année en agence de communication, l'occasion de lancer ce projet s'est présentée et me voilà !
Bien entendu, je ne me suis pas précipitée à la CCI pour ouvrir l'entreprise, j'ai d'abord suivi quelques formations en gestion et en vente, deux notions qui font cruellement défaut à un graphiste. Ensuite, j'ai intégré une couveuse d'entreprise, organisme qui permet de tester un projet en situation réelle sans faire une déclaration d'activité. Cela fait maintenant 1 an, et au vu des résultats obtenus ça vaut la peine de continuer.
 
Qui ou quoi vous a mis le pied à l'étrier ?
Comme je le disais au début, monter ma structure faisait partie du parcours que j'espérais emprunter. Je crois que je dois cette indépendance d'esprit à mes parents, en les voyants s'investir dans leur propre projet, cela m'a donné le goût, je ne dirai pas d'entreprendre, mais juste de faire.
Faire des bancs pour la terrasse soi-même ou faire son entreprise, c'est toujours faire pour moi. Je trouve cela stimulant de pouvoir réaliser des projets quelle que soit leur nature.

Cutysun
Cutysun
Est-ce qu'on peut réussir tout seul ?
J'avoue que je suis plutôt solitaire voir individualiste, mais seul, on finit par s'ennuyer et l'esprit tourne en rond. D'ailleurs, je ne suis pas seule dans le studio de design graphique, c'est avec mon conjoint que l'entreprise suit son évolution, idem pour Cutysun.
Au départ, l'idée à germé dans ma tête, puis j'ai eu envie d'avoir un retour extérieur dessus.
Et début décembre 2012, j'ai entendu parler du concours Etinc'Elle (qui met en avant des projets liés au numérique et portés par des femmes). Le jury était composé d'un large panel de professionnel et je me suis dit : Voyons-voir ce qu'ils en pensent. Le projet a été bien accueilli et je me suis fait des contacts dans des domaines variés.

C'est grâce à ces rencontres qu'aujourd'hui je fais partie du #guadeloupetech, un groupement de professionnels du numérique qui œuvrent pour son développement et sa valorisation.
S'entourer de personnes, c'est comme apporter de l'air frais à vos projets.

Faut-il faire des sacrifices pour réussir entant que femme entrepreneur ?
Dans la mesure où je n'ai pas encore d'enfant, je ne peux pas parler de sacrifice qui serait lié à ma seule condition féminine (et le mot en lui-même est un peu gênant !). Au lieu de sacrifice, je dirai plutôt que je fais des choix.
Par exemple, à l'époque où j'étais en agence de communication, j'économisais pour me payer un voyage au Japon. L'entreprise a malheureusement fermé et j'ai transformé cette fermeture en opportunité pour ouvrir ma propre structure.
Comme vous vous en doutez, le voyage au Japon a été reporté, mais l'argent économisé m'a permis de me lancer.

Après tout, j'aurais pu attendre que le vent tourne et intégrer une autre société, mais j'ai décidé de tenter l'aventure avec High Design et d'attendre un peu plus pour le Japon. De la même façon, j'ai décidé de réduire sur les sorties et les achats lourds pour me concentrer sur mon entreprise. Ce sont des décisions nécessaires, autrement dit, c'est normal, donc ça n'est pas un sacrifice.
 
Pour vous, réussir est synonyme de ?
Prendre du plaisir, mon métier à une part de création, et sans plaisir, les maquettes sont fades.
Certes, je pourrais utiliser des astuces graphiques, des trucs répétitifs et faciles à mettre en œuvre pour abattre une tonne de travail et me faire un joli chiffre d'affaire, mais chaque jour me semblerait plus lourd que le précédent. D'ailleurs, si j'avais voulu devenir riche, je ne serais pas devenu graphiste indépendant aux Antilles !

Réussir, c'est se lancer dans un projet, peu importe le résultat, du moment que l'on a tout donné (autant qu'on le peut en tout cas) et que l'on y a pris du plaisir, c'est le principal.
 

Comment percevez-vous votre entreprise dans 3 ans ?
Je souhaite qu'High Design tourne comme il faut en Guadeloupe ce qui lui permettra de s'exporter dans la Caraïbes. Ce serait vraiment enrichissant de travailler sur un festival de musique à la Dominique, ou tout autre événement culturel dans les îles de la Caraïbes.
Pour Cutysun, que les produits se multiplient et qu'ils soient distribués dans différents points de vente.
 
Peu importe la fin de l'histoire, lancez-vous !

 






Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF