Elles ont créé leur entreprise !


Par La Rédaction | Le 18 Février 2017 | 0 commentaire(s)


Être sa propre patronne, ça a ses avantages et ses contraintes ; deux femmes entrepreneures nous en parlent.



© denisismagilov
© denisismagilov

Naomi, 32 ans, Guadeloupe

Je me suis lancée en 2010. J’ai commencé en tant qu’autoentrepreneur puis, 2 ans après, je suis passée en EURL, pour à nouveau changer de statut et exercer sous la forme de SASU pour diverses raisons. Être entrepreneure n’est pas un chemin de tout repos, il ne suffit pas de porter des talons de 8 cm à la montée (oui, je caricature un peu)...
Mon parcours est très atypique, mais n’a en même temps rien d’exceptionnel... Enfin, si, si, je suis fabuleuse (sourire). Les avantages d’être patronne ? Euh, comment dire ? Je n’ai pas envie de faire miroiter aux femmes qu’elles pourront avoir la belle vie. À mon avis, qu’on soit patronne ou salariée, l’essentiel, c’est d’être alignée avec sa vision dans le domaine professionnel choisi. À partir de là, on voit tous les avantages que l’on souhaite trouver.
Les contraintes... Oh, elles sont nombreuses : il faut savoir accepter de ne pas avoir de rentrées financières tout de suite, selon le domaine d’activité, ou d’avoir des périodes creuses (et vivre avec), de travailler plus de 35h/semaine... Il est important d’éviter les pièges, par exemple : accepter tout et n’importe quoi (clients, conditions, méthode de travail...) pour augmenter son portefeuille clients et son chiffre d’affaires. Le(s) message(s) que je désire partager avec les femmes qui souhaitent se lancer ou qui sont déjà dans l’entrepreneuriat et qui ont envie d’abandonner, c’est de définir leur vision (à court, moyen et long terme). Savoir se centrer (être alignée), prier, et vivre sa spiritualité (sans rentrer dans un débat religieux, la spiritualité est souvent associée à tort à la religion...). Accepter et relever les challenges (ne jamais baisser les bras). Poser des actions, se former, ne jamais arrêter d’apprendre et surtout investir dans son développement personnel via le coaching ou d’autres formes selon ses envies et aspirations du moment et surtout avoir des objectifs, travailler dans et sur son entreprise. Il y aurait encore tant de choses à en dire... Ces conseils me paraissent être déjà un bon voire un très bon début. 

Prisca, 35 ans, Guadeloupe

Mon rêve de jeune fille était de devenir chef d’entreprise. Sans vraiment en avoir les moyens, j’ai créé ma première entreprise individuelle à 18 ans, ensuite, j’ai enchaîné les entreprises secondaires : à 25 ans, un site internet, mais le projet est tombé à l’eau ; à 26 ans une boutique et le parcours du combattant des aides pour la création d’entreprise. Au moment où je pensais avoir compris les subtilités du monde de l’entreprise, la douche froide, une liquidation judiciaire.
Entre-temps, j’ai pu recréer sur le web. Impossible pour moi d’être salariée, j’aime la culture de l’entrepreneuriat. L’avantage principal d’être chef d’entreprise ou entrepreneur (oui, oui, il y a une différence), c’est la liberté ! Mais les inconvénients sont multiples. Imaginez les doutes, sacrifices et autres pour réussir à faire fonctionner son entreprise et à en vivre. Tout le monde peut créer, mais tout le monde ne peut pas créer une entreprise pérenne. Il faut être en perpétuel apprentissage, aimer les montagnes russes, apprendre régulièrement de ses erreurs, après un échec se remettre en mode réussite et surtout avoir un minimum de capital. S’il est vrai que le manque de moyens augmente l’imagination, l’intelligence, et fait qu’on écoute plus facilement son intuition..., il faut cependant avoir une base pour commencer (et qu’elle soit bien dodue dans les activités nécessitant du stock).
Le deuxième critère est de bien s’entourer ; pas forcément d’experts – parce que souvent, les prétendus experts ne connaissent pas les aléas de la vie d’entreprise –, mais de personnes qui ont envie de jouer un rôle dans votre réussite et celle de votre entreprise avec une réelle passion. Étant individualiste, j’ai toujours eu du mal à créer une équipe. Le temps et l’expérience ont fait que je sais maintenant que ça peut constituer un handicap.
Le troisième critère est de ne pas avoir peur de créer dans un domaine qu’on ne connaît pas ; c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Personnellement, ma naïveté dans le domaine du web m’a permis d’être créative et de me révéler à moi-même. On peut être autodidacte, l’essentiel est d’être professionnel. J’ai bien dit professionnel, car s’il est bon d’être perfectionniste, le revers de la médaille est de l’être trop. Attendre qu’un projet, une situation (surtout dans le monde du web) soit parfait pour se lancer, c’est un risque... On n’hésite pas à en parler et le meilleur moyen est de passer à l’action (tester, essayer), trop réfléchir soulève trop de craintes. Ça marche, tant mieux, ça ne marche pas, tant pis, on passe à autre chose. Surtout quand idéalement on n’a pas eu des masses d’investissements à fournir.
Le quatrième critère réside dans le fait de prendre en compte les besoins des consommateurs, de les chiffrer en faisant appel à un bon comptable, et de travailler sur un modèle économique viable. Mais il faut aussi laisser l’accès libre à la chance et aux bonnes rencontres.
Je ne voudrais pas trop m’avancer, mais selon moi, il est souhaitable de créer jeune. Pour ma part, ne vivant pas chez mes parents à l’époque, bâtir une entreprise a été très rude, mais une jeune personne qui vit chez ses parents ou dépend de leur foyer fiscal, et ne subit donc pas de contraintes financières pourra prendre son temps pour s’imprégner de la culture entrepreneuriale. Évidemment, on crée à tout âge. S’il est formidable sur bien des aspects de créer son entreprise, rares sont les pépites. Ma foi, c’est dur, il ne faut pas se louper, sinon il y a de la casse. Et cela a des répercussions sur le quotidien, la vie, et parfois pour un long moment. Ce n’est pas le monde des bisounours.




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Facebook
Twitter
Google+
App Store
Mobile
YouTube Channel