Connectez-vous S'inscrire

Dee Lay : "Je suis quelqu'un de nature assez joviale, j'adore la communication"


Par La Rédaction | Le 4 Janvier 2012 | Lu 2858 fois

Présentatrice TV, journaliste à TELESUD...


Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je suis Dee Lay, comédienne, présentatrice et journaliste. Je suis Guadeloupéenne avec des origines sénégalaises et indiennes, la parfaite représentante et descendante d'esclaves du commerce triangulaire comme j'aime à le dire à ceux qui s'étonnent de mes origines ! (rire)

Dee Lay : "Je suis quelqu'un de nature assez joviale, j'adore la communication"

Comment définissez-vous votre parcours professionnel ?

Atypique et enrichissant ! À la base, mon 1er amour, c'est la musique. 3/4 ans, je sautais comme une sauterelle quand j'entendais Kassav '! Puis j'ai commencé le piano à l'âge de 9 ans pour faire plaisir à ma mère. Ensuite de musicienne, je suis passée vers l'âge de 16 ans à chanter et danser pour mon propre plaisir cette fois ! J'étais payée pour me produire en spectacle, je rechantais les chansons d'Edith Lefel, N'jie, Orlane, etc. Sur lesquelles je me suis fait mes armes. J'ai adoré cette époque, c'était très amusant et à cet âge-là, on est désinhibé, insouciante !
À mon arrivée, sur Paris, j'ai intégré un groupe R'n'B appelé Diligence Féminine avec lequel nous avons enchainé les concerts et les interviews dans les magazines spécialisés. Puis j'ai enregistré quelques titres en featuring avec des artistes dont le fameux "Tu n'as rien compris" avec un célèbre rappeur gabonais prénommé KOBA. À dire vrai, je ne croyais pas du tout en ce titre qui est sortit à l'époque de cette mode musicale lancée par les Fergie, Nelly furtado, etc.
Cette façon de chanter/rapper, un peu parler... Et contre toute attente, ce titre à cartonner en Afrique et notre clip ne cessait de passer en télé-là bas, aux Antilles et ici sur Trace TV. Je dois avouer que c'était une très jolie aventure et je suis d'ailleurs restée très attachée au peuple Gabonais !
Depuis toute petite aussi, j'avais un autre rêve, caché celui-là, qui était de devenir actrice, mais je pensais à l'époque que c'était impossible pour une noire en France. Plus tard, j'ai compris que ce n'était pas impossible mais difficile et qu'il fallait se donner les moyens en travaillant hardiment, plus que les autres si je puis dire.
Ce que j'ai fait en décidant de suivre des stages intensifs dans une prestigieuse école d'acteur ; puis en travaillant avec un incroyable coach américain ayant travaillé lui-même avec Stella Adler, Lee Strasberg, Elia Kazan, etc... Il m'a appris les techniques de l'actor studio basé sur le système Stanislavski. Normalement à notre époque, ou la diversité est présente de manière grandissante , on ne devrait pas avoir d'à priori, comme je le dis souvent : "l'acteur n'a pas de couleur".
À côté de cela, j'ai bossé dans la presse écrite pour un magazine féminin "Couleur Métisse", puis pour un mensuel de foot appelé "Grand Pont" où je faisais les interviews des joueurs de l'Équipe de France à Clairfontaine. Ensuite, je suis arrivée sur la radio Tropiques FM que vous connaissez, où Claudy Siar m'a fait confiance en me laissant animer tout l'été.
C'était génial cet échange avec les auditeurs et enfin je pouvais parler avec mon gros accent kwéol ! Quelques interviews d'artistes pour une petite chaîne TV caribéenne, puis ce fameux poste au sein de Télésud.

Vous êtes journaliste, comédienne, productrice, quel est votre quotidien ?

Mon quotidien est très simple en vérité, je présente l'émission "La Vraie Émission" tous les jours en direct à 12h45 sur Télésud, elle dure 1h. Si je n'ai pas d'interviews à faire ou de montage, j'ai tout le reste de l'après-midi pour travailler sur mes projets musique, ciné et TV. Le soir, soit je suis conviée à des vernissages, avant 1ère, ou bien je vais au cinéma avec mes amis et dans les concerts aussi, j'adore ça ! Le reste du temps, je reste tranquille à la maison, car je dois l'avouer : je suis une grande casanière !

Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre métier de journaliste ?

Ce que j'adore dans mon métier de journaliste, c'est cette faculté d'être à la pointe de l'info, la recherche et toute l'interactivité que je peux avoir avec les personnes que je reçois. Mettre en avant le talent et l'intelligence des autres, c'est vraiment quelque chose qui me plait ! Je suis quelqu'un de nature assez joviale, j'adore la communication, échanger, apprendre de l'autre...

Avez-vous des projets artistiques ?

Alors oui ! J'ai de jolis projets artistiques en perspective dont le cinéma où j'ai écrit 2 courts-métrages que j'ai hâte de tourner, ajoutés aux courts-métrages qu'on me propose. J'écris aussi des concepts d'émissions TV, dont un gros bébé que j'espère mettre au monde très bientôt si Dieu le veut ! Et surtout, ce qui me fait du bien, qui me détend, ma passion, mon amour : la musique, où je suis en train de finir une chanson pop/folk caribéenne avec un merveilleux musicien que j'adore, originaire du Cameroun qui s'appelle Guy N'Sangué et un featuring zouk assez sympa avec un artiste réunionnais appelé Benjam.

Un dernier mot ?

Je voudrais dire à tous les lecteurs et lectrices de toujours croire en eux, de rester positifs même dans les situations les plus dures, car c'est justement elles qui nous permettent de nous forger. Que la persévérance et le travail finissent toujours par payer. Je suis une Afro-Optimiste et je vous encourage à le devenir aussi, car vous avez tout à y gagner !
N'oubliez pas de donner de l'amour autour de vous, de sourire, de profiter de cette vie comme il se doit et surtout de rester soudé, car c'est en se serrant les coudes, en s'entraidant que notre communauté sera plus forte et pourra avancer en faisant tomber toutes ces barrières liées à notre couleur de peau.

Merci à Girlykreyol de m'avoir reçu. Paix & amour à vous.





Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF