Connectez-vous S'inscrire

Célibataire : je suis prête à me remettre en couple


Par La Rédaction | Le 2 Juillet 2016 | 0 commentaire(s)


GK vous donne cinq pistes pour vous permettre de savoir si vous êtes presque ou tout à fait prête pour passer du statut célibataire à en couple.



© Daniel Ernst
© Daniel Ernst

VOUS AVEZ FAIT LA PAIX AVEC VOTRE EX

La nostalgie n'est plus d'actualité, vous ne rêvez (quasiment) plus de votre ex, cet homme que vous pensiez ne jamais oublier ou que vous regrettiez. Vous avez mis cette relation passée derrière vous, en avez fait votre deuil à votre façon, soit en déchirant toutes ses photos ou en lui donnant tous les noms d'oiseaux... À votre rythme cela a pris le temps qu'il fallait. Que cela ait été court ou long, que vous ayez rechuté (quelques rencontres pour essayer de renouer) ou pas, au fil du temps la douleur a commencé à s’atténuer. Vous ne l'idéalisez plus, vous ne le détestez pas. Maintenant, vous n'êtes plus en mode blocage sur votre couple passé. Vous avez digéré – accepté le dénouement de cette expérience, vous en avez tiré les leçons, pardonné et vous le remerciez pour ce qu'il vous a apporté (euh, si ce n'est pas le cas, GK vous conseille de lire cet article). La page est tournée, vous êtes prête à écrire sur une nouvelle, vierge ! N'est-ce pas !?

VOUS AVEZ RENONCÉ AU PRINCE CHARMANT

Voilà, maintenant vous savez que le prince charmant est un prince quasi-charmant, il est imparfait comme nous tous. Plus question d'idéaliser un mec pour ne pas rééditer les mêmes erreurs. Bon, ne le diabolisons pas pour autant. Les fantasmes de petite fille ne resteront que des fantasmes et aujourd’hui, la femme que vous êtes est en mesure d'accepter l'autre tel qu'il est avec certes ses qualités, mais aussi ses défauts. Quoi ? Vous êtes d'accord, hein ? Ouf, sans devenir une princesse docile, l'essentiel, c'est d'être consciente, d'avoir intégré que vivre en couple avec un prince presque charmant, c'est d'accepter qu'il y ait des compromis et qu'il faut faire face à la réalité de la vie, etc.

VOUS N'ÊTES PLUS DEMANDEUSE À N'IMPORTE QUEL PRIX

Les larmes ont cessé depuis belle lurette, et même si quelques larmes perlent sur votre visage de temps à autre : « Je ne veux pas vieillir seule ! », vous êtes sereine et avez fait corps avec votre célibat, la joie, le sourire n'ont pas pris la poudre d'escampette. Aucune résignation, vous ne souffrez pas d'être seule. Vos peurs ne gouvernent pas votre vie, la solitude ne vous pèse pas au point de vous jeter dans les bras du premier mec qui vous baratinera de mots doux.

VOUS AVEZ APPRIS À VOUS AIMER

La solitude post-rupture, ça fait longtemps que vous êtes devenue copine-copine avec elle. Cette période a été enrichissante pour vous, vous avez appris à vous occuper de vous et même pris le taureau par les cornes en vous posant les bonnes questions, « Qui suis-je ? », « Qu'est-ce que je désire ? », à vous connaître, vos qualités mais aussi vos défauts. Dorénavant, vous savez vous remettre en question, vous y avez consenti volontairement, tout cela enveloppé de bienveillance. Eh oui, vous êtes une femme bien dans sa peau, « ce n'est pas encore le cas à 100 % » GK lit dans votre esprit, ce n'est pas grave, vous progressez, c'est l’essentiel ! Vous êtes bien avec vous.

VOUS ÊTES DÉCIDÉE À LA RENCONTRE

Depuis quelque temps, vous scrutez pour voir ce qu'il y a de bon sur le marché, mais vous êtes (encore) craintive. Après avoir fait un bilan de vos soirées avec la gente masculine, vous vous êtes rendu compte que les hommes ne sont plus ce qu'ils étaient (GK parle plus de galanterie). Mais bon ! Se taper une discussion de quelques minutes, bah, ce n'est pas l'idéal pour juger une personne sauf si votre intuition vous martèle de prendre vos jambes à votre cou. 
Bref ! Il est important d'avoir un bon état d'esprit. La foi, oui, oui, vous avez bien entendu ! Florence Scovel Shinn dans le livre « Le jeu de la vie et comment le jouer » nous en fait la démonstration : « La foi sait qu'elle a déjà reçu et elle agit en conséquence ». Voici son anecdote : un de ses étudiants lui demande : « Pourquoi tant de femmes qui préparent leurs trousseaux avec espoir ne se marient-elles donc jamais ? » Elle répond : « Parce qu'elles préparent avec espoir et non avec foi. » Elle rajoute que la mariée éventuelle viole également la loi en faisant part de ses projets aux autres. Ses amies doutent ou espèrent que son désir ne se réalise pas. Et... Donc, gardez pour vous votre désir, ne le racontez pas, ne parlez pas du dénouement de vos rencontres. Quand vous commencez à fréquenter quelqu'un, tant que ce n'est pas officialisé, gardez le secret (bouche cousue). Tout en sachant que vous renoncez au contrôle, vous êtes détendue face à l'inconnu parce que finalement, vous avez la foi. Vous vous êtes préparée à recevoir l'homme qui vous est destiné.

Si ces 5 pistes sont quasi-bonnes. Bravo ! Vous êtes tout à fait prête à donner une place à l'amour, au couple dans votre vie. Sinon, ne baissez pas les bras, tout est possible. Sautez le pas pour voir, vous verrez bien !




Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF