C’est un échec, quel gâchis ?


Un R de réussite | Le 7 Octobre 2017 | Lu 78 fois

Bienvenue à bord, « Un R de réussite » la chronique qui vous fait voyager en vous. Le premier samedi de chaque mois, j’exposerai une anecdote problématique de mon quotidien ou du vôtre. Grâce à nos outils, nous verrons comment transformer la situation en réussite.



C’est un échec, quel gâchis ?
C’est un échec, quel gâchis ?
Il y a 17 ans, je m’inscrivais dans une grande université française. J’avais déjà un métier que j’exerçais avec joie. Cependant, j’avais été séduite par la linguistique. Je souhaitais m’y intéresser particulièrement. J’avais mis en place une organisation rigoureuse afin de me permettre d’assister à tous les cours en plus de mes heures de travail. Mon emploi du temps avait été construit de telle sorte que je puisse participer aux cours magistraux, aux travaux dirigés et aux séjours linguistiques. Ce fut une année riche et extraordinaire en créativité et en apprentissages. Je courais sans arrêt, c’est vrai, mais je m’amusais et c’était ça finalement le principal.
Des raisons personnelles ont permis que je retourne vivre en cours d’année sur mon île natale : la Martinique. J’avais validé toutes les matières exigées par ce cursus (U.V.). Il ne me manquait plus que la soutenance d’un mémoire pour que je sois diplômée. Quand je rentre en Martinique, je décide de transférer mon dossier afin de finaliser mon mémoire de recherche et de le présenter devant un jury. Mon dossier scolaire est donc transféré vers l’université des Antilles. Quelle surprise ! Je découvre que le programme de l’université des Antilles diffère de ce celui de l’université parisienne. Je suis donc informée qu’il est indispensable que je suive, de nouveau, des cours magistraux et que je passe de nouveaux examens si je souhaite obtenir mon diplôme de linguistique. J’étais déçue, en colère et triste... C’était bien plus que je ne pouvais supporter. J’avais déjà fourni tant d’efforts afin de me rendre en cours, afin de travailler suffisamment pour valider tous les examens.
Mon seul souhait était de terminer ce mémoire de recherche afin d’obtenir mon diplôme en linguistique. Eh bien non... Ce ne serait pas si simple... J’ai considéré à l’époque que cette situation était injuste. Être obligée de suivre de nouveaux cours et de passer de nouveaux examens me paraissait insurmontable. Je n’avais plus assez d’énergie pour jongler entre le travail et les études durant encore une nouvelle année scolaire. Je décide alors à l’époque de tout abandonner... Adieu linguistique... J’ai vécu tout cela comme un échec, un gâchis... Je suis alors pleine de regrets... Je me dis que si j’avais su, j’aurais attendu de terminer mon cursus avant de rentrer en Martinique.

Ma confiance en la vie me sert de guide.

Ressources : heureusement que nous avons nos outils.

La colère gronde en moi durant les premières semaines. Je considère la colère comme une émotion à part entière. Elle cache ma tristesse.

Au bout de quelques mois, je repense à la richesse de cette année passée à étudier la linguistique à Paris. Je finis par me dire que je reprendrai mes études de linguistique un jour. Un jour où je serais prête à repasser par la case « suivre des cours de linguistique à la faculté ». Les années passent et je conserve un goût amer en bouche à cause de cette histoire. Je me dis que ma discipline de vie m’invite à terminer ce que j’ai commencé. Chaque année en septembre quand vient la période des inscriptions universitaires, je m’interroge : « Suis-je prête à suivre de nouveau des cours de linguistique à la fac ? ». Chaque fois, la réponse est : non. Plus le temps passe et plus je ressens une gêne en moi... Une petite voix me dit « cette histoire est inachevée, quand vas-tu te décider ? »

La discipline de vie et les valeurs que l’on se donne tout au long de notre existence nous permettent de faire des choix en conscience. Il ne s’agit pas de valeurs arbitraires. Il s’agit de celles que l’on a choisies pour soi, celles qui nous conviennent. Mes valeurs me murmurent aussi que « l’échec n’existe pas », que ce que je vis comme un échec est en fait une expérience, une leçon de vie.

En septembre 2016, comme chaque année, je m’interroge : « suis-je prête à étudier de nouveau la linguistique ? » Et là, pour la première fois depuis 16 ans, je décide que je me sens suffisamment d’énergie afin d’aller jusqu’au bout de cette démarche entamée 16 ans plus tôt.

Toute fière de ma décision, je contacte l’université des Antilles, qui retrouve mon dossier ; l’agent que j’ai en ligne est d’une amabilité rare, prenant le temps de bien m’expliquer toutes les démarches nécessaires afin de réactiver mon dossier. Je me sens remplie de gratitude, car je franchis un à un les obstacles. C’est alors qu’elle m’apprend une nouvelle de taille : « Madame, la linguistique n’est plus enseignée ici. »

Réussite

Le choc est grand... J’ai tellement attendu, j’avais pris le temps de bien me décider et quand enfin je suis prête, il apparaît qu’il est trop tard.

Je ne comprends rien à cette histoire... Je conserve ma confiance en la vie... Tout ceci est si surprenant que je décide de croire que je vais trouver une solution satisfaisante.

La solution arrive sans tarder, il m’est proposé de changer de filière. J’en choisis une par élimination. Je me sens confiante. Cependant, ma motivation est ébranlée.

Après avoir découvert tous les domaines de cette nouvelle filière, je me rends compte qu’elle répond parfaitement à mes besoins. 17 ans après cet échec, je valide un diplôme dans une filière que je n’aurais a priori jamais abordée s’il n’y avait pas eu cet échec. Ma gratitude est infinie.

Quelles sont vos valeurs ? Vivez-vous en accord avec elles ? Comment vivez-vous ce que nous appelons « échecs » ? Avez-vous confiance en la vie ? Avez-vous déjà vécu une situation similaire ? Comment avez-vous réagi ? Vous pouvez partager en commentaire votre histoire similaire qui s’est terminée d’une agréable façon ainsi que vos outils !

Merci de votre présence à bord, à bientôt pour notre prochain voyage. Magic life !

Vous souhaitez

– partager dans cette chronique, une problématique que vous avez transformée en réussite ?
– connaître mon regard sur une situation que vous souhaiteriez transformer en réussite ? Envoyez-moi un mail à rdereussite@girlykreyol.fr, vous serez peut-être publié(e).
– vous offrir des outils pour créer votre projet de vie sur mesure : UNE VIE QUI VOUS RESSEMBLE. Achetez mon ouvrage " Réussir sa Vie au quotidien " ? A la librairie Antillaise, Chez l'éditeur Edilivre, sur tous les sites libraires et chez votre libraire préféré en lui demandant de le commander pour vous s'il ne l'a pas déjà fait.
Ma page Facebook






Facebook
Twitter
Google+
App Store
Mobile
YouTube Channel







cookieassistant.com