Connectez-vous S'inscrire

C'est quoi le Zika ?


Par La Rédaction | Le 23 Janvier 2016 | 0 commentaire(s)


Après des mois de chikungunya, voici son cousin, le zika aux Antilles-Guyane.
Doit-on s'en préoccuper ?



© milkovasa
© milkovasa
Quésaco ?
Le zika – arbovirose, comme le chikungunya – est un virus originaire d'Afrique, la maladie est connue depuis les années 40 et appartient au même groupe de famille – Flavivirus – que la dengue, la fièvre jaune... Depuis 2013, le virus circule en Nouvelle-Calédonie et dans d’autres îles du Pacifique, en décembre 2015, l’Institut de veille sanitaire (InVS) faisait le point sur la situation épidémiologique sur le continent américain : sont touchés le Suriname, le Brésil... Et depuis janvier 2016, la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe.

Comment c'est transmis ? Quels sont les symptômes ? Quels risques ?
Le ZIKA est transmis par la piqûre de moustiques – aèdes – infectés. Les symptômes apparaissent au bout de trois à douze jours après l’infection au Zikavirus qui sont des douleurs articulaires, maux de tête avec ou sans fièvre (modéré), éruptions sur la peau, conjonctivite, fatigue... Cependant, c'est aussi une maladie asymptomatique – dépourvue de tout symptôme – 70 à 80 % des cas n'en présentent aucun. La maladie est souvent bénigne, mais il peut exister des complications, entre autres : neurologiques, des microcéphalies et des anomalies du développement cérébral intra-utérin (attention aux femmes enceintes).

Comment c'est dépisté ?
Le malade est porteur du virus dans son sang et le dépistage se fait avec des prélèvements sanguins et d’urine pour trouver le génome du virus, réalisé par un seul laboratoire, « Centre national de référence des arbovirus », l'antenne de Marseille.

Comment se soigner ? Se protéger ?
Il n'y a pas de médication – vaccin – propre à la maladie, on soigne chaque symptôme par un traitement symptomatique. L'inpes (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) précise qu'il faut du repos et du paracétamol (l'aspirine est prohibée à cause de la dengue et du risque de saignement), la plupart des malades se remettent au bout de deux à cinq jours, il est important de consulter un médecin pour diagnostiquer la maladie – sérodiagnostic – et obtenir une ordonnance.

Pour se protéger et limiter la transmission de la maladie, voilà les premières choses à faire : 1/ On évite de se faire piquer surtout en phase vérémique (un malade [piqué] peut contaminer une personne saine pendant au moins une semaine), de surcroît si on est dans une zone à moustiques.
2/ On se couvre tout le corps (vêtements amples et clairs), on peut utiliser un spray – des produits biocides insecticides (approuvé par le Ministère de l'Écologie) – à imprégner sur les vêtements (gare aux femmes enceintes et nourrissons). 
3/ On utilise une moustiquaire dans les chambres. 
4/ On protège sa maison : lors des nettoyages on bouge les meubles, les rideaux… (les moustiques adorent se cacher dans des endroits sombres), on pose des diffuseurs électriques. On dispose des serpentins (si on supporte l'odeur) autour de celle-ci, on pulvérise de l'insecticide ou on utilise des produits naturels sur la terrasse, le jardin. On fait en sorte de ne laisser aucune eau stagnante (pots de fleurs, tout récipient qui stocke de l'eau) ainsi que des déchets pour qu'il n'y ait pas d'apparition de gîtes larvaires.

Les remèdes naturels qui marchent
Ayant certains symptômes identiques au chikungunya (même si la maladie est moins douloureuse et paralysante), on peut utiliser certaines astuces qui ont été efficaces :

- En prévention : On s'offre une cure de magnésium pour renforcer le système immunitaire. On utilise les huiles essentielles pour éloigner les moustiques, recette : 5 gouttes de citronnelle + de géranium à diffuser régulièrement, en répulsif aussi l'HE de Tea-tree. Si malgré tout, on se fait piquer, on passe une goutte d'HE de géranium sur la piqûre. Si on n'a pas d'huile essentielle, le citron fait des miracles, on frotte un morceau de citron sur la piqûre, normalement, ça ne doit plus démanger.

- On a des symptômes : En Remèd razié, on pense au Zèb a pic (analgésique, anti-inflammatoire), l'Atoumo (qui guérit tous les maux), dolipràn, on le boit en tisane. Le bon geste pour soulager les douleurs articulaires, on se frictionne avec une lotion à base de bois d'inde... En huiles essentielles : l'HE d'eucalyptus pour enrayer les virus dans le corps, l'HE de Tea-tree pour stimuler le système immunitaire. On peut utiliser la cure de jus de citron pour lutter contre les douleurs, cliquez ici.

À lire aussi





Santé | Paroles de femmes | J'aime ça | Mariage | Love&Sex | Mode | Interview | Beauté | Bien-être | Forme | Cuisine | Kaz Pratique | Famille | Société | Hors-Séries | Top Musique | Travail | Inclassable


Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF