Connectez-vous S'inscrire

Ayden : " J'apprécie le mouvement Nappy"


Par La Rédaction | Le 1 Décembre 2011 | Lu 1585 fois

Animatrice TV, productrice, rédactrice...


Ayden : " J'apprécie le mouvement Nappy"
Parlez-nous d'Ayden ?
Je suis une jeune femme caraibéenne, passionnée de l'autre, de l'Afrique, de mode et de culture en générale.
En terme d'activité, je suis Animatrice-Productrice TV.
Je produis l'émission Planète Mode pour Trace TV et Canal 2. Je présente l'émission musicale Star Story sur DIRECT STAR (chaîne du groupe Bolloré sur la TNT) et je suis également la rédactrice en chef du magazine de mode Black Fashion.

Qu'est-ce qui vous pousse à vous orienter dans le média ?
J'ai choisi dès mon plus jeune âge de m'orienter vers les médias, car j'ai toujours été curieuse de découvrir l'autre, différents milieux, plats, coutumes, cultures.
Les médias me semblaient la voie parfaite pour vivre de ce que j'aimais, communiquer avec autrui et contribuer à transmettre, faire connaître aux autres des talents. J'étais alors en Guadeloupe et après un Bac littéraire, j'ai dû pousuivre mes études en France pour approfondir la communication et le journalisme. 

Pouvez-vous nous parler de Planète Mode ?
Planète Mode est une émission qui valorise la mode afro-caraibéenne, les stylistes, mannequins et l'ensemble des professionnels du secteur.
Dans chaque émission (qui dure 13 minutes), j'emmène le téléspectateur dans une capitale africaine, européenne ou caraibéenne, découvrir les plus grands défilés (comme le FIMA, Siravision, Afric Collection, Golden Glam, Africa Fashion Week en Afrique du Sud ou à Londres, etc...) mais aussi des reportages sur des artisans, la fabrication de tissus ou d'accessoires ...
L'émission existe depuis 3 ans et nous avons parcouru et montré déjà une quinzaine de pays.
 

Ayden : " J'apprécie le mouvement Nappy"
On parle de mode afro-caribéenne, de style ethnique, du naturel, qu'en pensez-vous ?
Je suis fière de nos créateurs, qui avec peu de moyens pour certains, font des choses superbes. Pour moi, la mode afro-caribéenne, le style ethnique se définit par le choix de certaines matières, de couleurs vives ou d'imprimés qui rappellent nos îles ou l’Afrique. Les couleurs de feu (rouge, safran, orangé, or), de terre (marron, beige sable), le choix du batik, de l'indigo, du madras, du pagne, du bogolan subliment la femme et l'homme qui les portent, tout en traduisant une fierté de ses origines.
Pour ce qui est du naturel, je suis définitivement pour! On nous vend du rêve. Comme si pour être belle, une femme doit porter : faux cheveux, faux ongles, faux cils, faux seins, lentilles... Ça me laisse perplexe. Dieu nous a fait avec une base, qu'on doit entretenir et améliorer, mais je trouve qu'on peut être bien dans sa peau, sans coller au modèle caucasien que la société nous impose et qui fait vivre un véritable business au détriment de notre porte-feuille. Aussi, tant mieux pour celles qui se sentent bien comme ça, mais je préfère rester naturelle. D'ailleurs, j'apprécie le mouvement Nappy (naturelle et happy) et je pense, à ma façon en faire partie.

Dans quelques années, comment voyez-vous le stylisme aux Antilles-Guyane ?
Je pense que la mode et le stylisme aux Antilles-Guyane ont une vraie marge de progression. Des stylistes comme Paul-Hervé Elisabeth, Denis Devaed, Olivier Couturier, Kévin O'brian, Kémé Roots, Fauvette Nacto, Alex Rotin ont réussi à acquérir une large notoriété, tout en faisant des créations de qualité dans lesquelles ont retrouve l'âme caribéenne.
Mais globalement, au regard du travail de certains, je trouve que l'on manque de maîtrise au niveau du style. On reste beaucoup sur le madras, la robe à cor revisitée. Il faudrait voir plus large, pour pouvoir toucher un vaste public et développer du business, communiquer, avoir des boutiques.
Aussi, j'espère que dans quelques années, il y aura en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane des boutiques et Show rooms des créateurs caribéens, plus d’événements de mode d'envergure, à l'image de la Fashion Week de la Jamaïque ou de Trinidad, et puis que l'on élargisse le marché de la mode aux autres îles et aussi aux USA. De mon coté, je continuerai à promouvoir les créateurs autant que possible dans Black Fashion et Planète Mode.

Vous êtes une femme active, avec de nombreuses casquettes, quel est votre secret ?
Juste aimer ce que je fais. Souvent, en réflêchissant aux 5 dernières années, aux pays parcourus, aux évènements d'envergures que j'ai pu présenter (gala de la Fondation Drogba à Londre avec Akon, Magic System, Concert SoS Racisme sur le Champs de Mars devant 1 million de personnes, FIMA, Trophées de femmes noires d'affaire à Paris, Conférence de presse d'Usain Bolt, etc...) aux personnalités que j'ai eu l'honneur de rencontrer, je me dis que ce métier est une chance. En quittant ma Guadeloupe natale à 17 ans pour étudier, je n'aurai jamais pu imaginer vivre tout ça. Alors je remercie Dieu en lui demandant la santé. Et je continue à travailler en essayant de me remettre souvent en question et de faire de mon mieux.

Un dernier mot aux femmes ? 
Restez fortes, belles, naturelles. L'avenir nous appartient!





Retrouvez votre webzine
sur l'APPLI Google Play
Téléchargez le Hors Série
Magazine PDF